Critique de Phase IV

Phase IV

6.3

Scénario

7.0/10

Réalisation

6.5/10

Acteurs

5.5/10

Musique

6.0/10

Les pour

  • Un film qui pousse à la réflexion

Les contre

  • Un effet un peu daté
  • Manque quelques frissons

Twitter : #PhaseIV @CEfilmfestival

Titre VO:

Réalisateur : Saul Bass

Acteurs : Nigel Davenport, Michael Murphy, Lynne Frederick

Durée : 1h27

Date de sortie : 1 octobre 1975 – ressortie le 13 septembre 2017 (restaurée)

Proposé dans cette 6ème édition du Champs-Elysées film festival, Phase IV fait partie de ces découvertes plutôt intéressantes.

Bien que le public actuel trouvera ce film lent et manquant de panache, il faut plutôt regarder par son côté « crédible » malgré un départ ancré dans la science-fiction pour réellement l’apprécier.

Ce qui marque dans ce film est le fait que l’on évite l’aspect grand-guignolesque des autres productions du même genre dans la mesure où la menace (l’extinction de la race humaine) est créée par des fourmis à tailles réelles. Cela est d’autant plus intéressant que cela porte clairement à la réflection et notamment sur le fait que si un jour, celles-ci (comme d’autres espèces animales) venaient à avoir une plus haute forme d’intelligence et l’envie de renverser le monde, ils en seraient capables de par leur nombre important et surtout le manque de connaissances de l’homme vis-à-vis de celles-ci.

Si le jeu des acteurs est tout juste passable, on regrette également quelques frissons supplémentaires qui auraient pu rendre le film encore plus accrocheur pour le spectateur moderne qui aura plus l’impression parfois de regarder un documentaire (avec la voix off) sous narcotiques.

La bande originale du film est dans ensemble plutôt réussie, mais assez marquée par les années.

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez découvrir un film mélangeant Science-fiction et horreur plausible et réelle avec une véritable réflexion derrière, ce film est pour vous.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :