Cette semaine dans les salles

  • Conjuring Sous L’Emprise Du Diable (Warner Bros. Entertainment France) Nouveau long de Michael Chaves après La Malédiction De La Dame Blanche (807k). C’est le huitième film de l’univers cinématographique Conjuring après Conjuring Les Dossiers Warren (1.16M), Annabelle (1.54M), Conjuring 2 Le Cas Enfield (1.47M), Annabelle 2 La Création Du Mal (1.24M), La Nonne (1.39M), La Malédiction De La Dame Blanche (807k) et Annabelle La Raison Du Mal (955.8k).

Conjuring 3 : sous l’emprise du diable retrace une affaire terrifiante de meurtre et de présence maléfique mystérieuse qui a même ébranlé les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren, pourtant très aguerris. Dans cette affaire issue de leurs dossiers secrets – l’une des plus spectaculaires – , Ed et Lorrain commencent par se battre pour protéger l’âme d’un petit garçon, puis basculent dans un monde radicalement inconnu. Ce sera la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense.

  • Nomadland (The Walt Disney Company France) Nouveau long de Chloe Zhao après Les Chansons Que Mes Frères M’Ont Apprises (72.9k) et The Rider (111.6k), Le film est basé sur le livre « Nomadland surviving America in the twenty-first century » de Jessica Bruder. Le film a obtenu de nombreuses récompenses : lion d’or à la Mostra de Venise, meilleur film, meilleure actrice et meilleur réalisation aux Oscars, meilleur film dramatique et meilleur réalisation aux Golden Globes.

Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.

CRITIQUE

  • Le Discours (Le Pacte) Nouveau long de Laurent Tirard après Mensonges Et Trahisons Et Plus Si Affinités (743.2k), Molière (1.24M), Le Petit Nicolas (5.60M), Astérix & Obélix Au Service de Sa Majesté (3.79M), Les Vacances Du Petit Nicolas (2.45M), Un Homme A La Hauteur (708.6k) et Le Retour Du Héros (815.9k). Le réalisateur adapte le leivre éponyme de Fabcaro.

Adrien est coincé. Coincé à un dîner de famille où papa ressort la même anecdote que d’habitude, maman ressert le sempiternel gigot et Sophie, sa soeur, écoute son futur mari comme s’il était Einstein. Alors il attend. Il attend que Sonia réponde à son sms, et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Mais elle ne répond pas. Et pour couronner le tout, voilà que Ludo, son futur beau-frère, lui demande de faire un discours au mariage… Oh putain, il ne l’avait pas vu venir, celle-là ! L’angoisse d’Adrien vire à la panique. Mais si ce discours était finalement la meilleure chose qui puisse lui arriver ?

  • L’Instant Présent (Panoceanic Films) Nouveau long de Florian Hessique après La Légende (3.2k).

Après une chute de cheval qui l’a plongé dans le coma durant près de dix années, Joshua revient aux écuries qu’il a si bien connues. Accueilli par Mario et Alice, il ne reconnaît rien ni personne. Durant toute cette journée, ces derniers vont tout tenter pour faire renaître quelques souvenirs dans la tête de celui dont ils ont été si proches, mais qui, aujourd’hui, semble être un parfait étranger.

  • Juliana (Bobine films) Un long de Fernando Spinoza et Alejandro Legaspi.

Lima, dans les années 80. Maltraitée par son beau-père, la jeune Juliana prend la fuite. Livrée à elle-même, l’adolescente coupe ses cheveux et se fait passer pour un garçon. Sous une autre identité, l’adolescente intègre alors une bande d’enfants des rues qui se débrouillent comme ils peuvent pour survivre. Face aux menaces du monde adulte, le clan va rapidement devoir unir ses forces.

  • 200 Mètres (Shellac) Un long d’Ameen Nayfeh.

Mustafa d’un côté, Salwa et les enfants de l’autre, une famille vit séparée de chaque côté du Mur israélien à seulement 200 mètres de distance. Ils résistent au quotidien avec toute la ruse et la tendresse nécessaires pour « vivre » comme tout le monde, quand un incident grave vient bouleverser cet équilibre éphémère. Pour retrouver son fils blessé de l’autre côté, le père se lance dans une odyssée à travers les checkpoints, passager d’un minibus clandestin où les destins de chacun se heurtent aux entraves les plus absurdes.

  • Un Printemps A Hong Kong (Epicentre Films) Un long de Ray Yeung.

Pak, chauffeur de taxi et Hoi, retraité, vivent à Hong Kong. Ils ont construit leur vie autour de leur famille mais leur rencontre, au hasard d’une rue, les entraîne sur les pentes d’une belle histoire d’amour, qu’ils décident de vivre sans toutefois bouleverser les traditions de leur communauté.

  • Le Père De Nafi (JHR Films) Un long de Mamadou Dia.

Dans une petite ville du Sénégal, deux frères s’opposent à propos du mariage de leurs enfants. Deux visions du monde s’affrontent, l’une modérée, l’autre radicale. Les jeunes Nafi et Tokara rêvent, eux, de partir étudier à Dakar, la capitale, et de vivre avec leur époque. A la manière d’une tragédie, et alors que s’impose la menace extrémiste, les amoureux doivent trouver un chemin pour s’émanciper des conflits des adultes.

  • Vaurien (Rezo films) Premier long de Peter Dourountzis.

Djé débarque en ville sans un sou, avec pour seule arme son charme. Il saisit chaque opportunité pour travailler, aimer, dormir. Et tuer.

  • The Last Hillbilly (New Story) Un long de Thomas Jenkoe et Diane-Sara Bouzgarrou.

Dans les monts des Appalaches, Kentucky de l’Est, les gens se sentent moins Américains qu’Appalachiens. Ces habitants de l’Amérique blanche rurale ont vécu le déclin économique de leur région. Aux États-Unis, on les appelle les  » hillbillies  » : bouseux, péquenauds des collines.The Last Hillbilly est le portrait d’une famille à travers les mots de l’un d’entre eux, témoin surprenant d’un monde en train de disparaître et dont il se fait le poète. 

  • L’Oubli Que Nous serons (Nour Films) Nouveau long de Fernando Trueba après Le Singe Fou (7.7k), Belle Epoque (70.7k), Two Much (138.9k), Calle 54 (21.2k), La Fille De Tes Rêves (13.6k), Chico & Rita (114.9k) et L’Artiste Et Son Modèle (85.8k). Le réalisateur adazpte le livre éponyme de Hector Abad Faciolince.

Colombie, années 1980. Le docteur Hector Abad Gomez lutte pour sortir les habitants de Medellin de la misère. Malgré les menaces qui pèsent sur lui, il refuse d’être réduit au silence. Le destin de ce médecin engagé et père de famille dévoué se dessine à travers le regard doux et admiratif de son fils. Adapté de faits réels, L’OUBLI QUE NOUS SERONS est à la fois le portrait d’un homme exceptionnel, une chronique familiale et l’histoire d’un pays souvent marqué par la violence.

  • 17 Blocks (Sophie Dulac distribution) Documentaire de Davy Rothbart.

En 1999, Emmanuel Sanford-Durant, 19 ans, et sa famille commencent à filmer leur quotidien dans le quartier le plus dangereux des États-Unis, juste à 17 pâtés de maison du Capitole. Ils n’ont pas arrêté de filmer depuis. Réalisé dans une unique collaboration avec le réalisateur et journaliste Davy Rothbart sur une période de deux décennies, « 17 Blocks » nous éclaire sur la crise actuelle d’une nation à travers une saga familiale profondément personnelle, brute et émouvante.

  • May B (Naïa Productions) Documentaire de David Mambouch.

Inspirée de l’oeuvre de Samuel Beckett, avec ses dix interprètes enduits d’argile, May B saisit une humanité de pauvres, de vieillards, d’exilés, dont les corps difformes se situent aux antipodes de toutes les représentations classiques et idéalisées du corps dansant. L’humanité dans ce qu’elle a de plus fragile et de plus émouvant, poursuivant vaille que vaille son interminable voyage, persistant envers et contre tout dans le sein même d’une fin du monde imminente. « Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir » sont les mots qui ouvrent et terminent le spectacle – mais May B ne semble pourtant pas sur le point d’en finir : trente-cinq ans, et huit cent représentations plus tard, toujours la même, toujours autre, la pièce continue de faire vivre ses êtres de poussière, de faire aller et venir cette humanité en haillons qui, dirait-on, n’en finira jamais de passer.

  • Les Barbapapa se Mettent Au Vert (KFD France) Film d’animation d’après les personnages d’Annette Tison et Talus Taylor.

La famille Barbapapa arrive dans votre cinéma. Partez découvrir la nature avec la famille Barbapapa et accompagnez-les dans leurs aventures : apprendre à moins de gaspiller de l’eau, protéger des oiseaux malades, comment vivre dans la nature, découvrir la création de la terre ou encore sauver l’arbre de naissance de Barbapapa et Barbamama. « Les Barbapapa se mettent au vert », une sélection d’aventures à revivre pour la 1ère fois au cinéma.

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :