Critique – Joy

Joy

5.5

Scénario

5.0/10

Réalisation

5.0/10

Acteurs

8.0/10

Musique

4.0/10

Les pour

  • Une Jennifer Lawrence impeccable
  • Le duo Lawrence/Cooper fonctionne toujours aussi bien

Les contre

  • Un manque de rythme constant
  • Une histoire mal développée
Avis:

Twitter : #Joy @20thCFox_FR

Acteurs : Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Bradley Cooper, Edgar Ramírez

Réalisateur : David O. Russell

Date de sortie : 30 décembre 2015 (2h3min)

Synopsis :

Inspiré d’une histoire vraie, Joy décrit le fascinant et émouvant parcours, sur 40 ans, d’une femme farouchement déterminée à réussir, en dépit de son excentrique et dysfonctionnelle famille, et à fonder un empire d’un milliard de dollars. Au-delà de la femme d’exception, Joy incarne le rêve américain dans cette comédie dramatique, mêlant portrait de famille, trahisons, déraison et sentiments.

Joy-Banner

Pour la troisième fois, Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert De Niro se retrouvent devant les caméras du réalisateur et scénariste David O. Russell. Cette fois-ci, il s’est inspiré de la vie de Joy Mangano, femme d’affaires qui s’est imposée dans les années 1990 sur le réseau américain de télé-achats QVC avec sa Miracle Mop, une serpillière qui fait donc des miracles, car on n’a pas besoin de la toucher pour essorer.

On se retrouve ici avec Jennifer Lawrence dans le rôle de cette femme qui a tenté tant bien que mal de démarrer une entreprise à son domicile,  de se frayer un nouveau chemin. Tant de femmes à travers l’histoire ont eu l’impression de se retrouver dans un cul-de-sac tout comme Joy, et ont dû se créer elles-mêmes leurs propres opportunités et c’est exactement ce que l’on retrouve dans ce film.

Si le film démarre bien, malheureusement ce n’est pas la même histoire par la suite avec un rythme ralentissant petit à petit au point de nous faire perde le fil et ne plus nous y retrouver, chose bien malheureuse, puisque le postulat de base  était très intéressant, mais victime ici de son développement.

Joy-JLaw

Neil Walker, incarné par Bradley Cooper est l’un des directeurs de la chaîne de télévision qui permet à Joy de vendre son produit. C’est un personnage assez intéressant, car on le voit toujours posé au milieu du chaos le plus total avec un certain calme, et c’est l’un des traits qu’il a en commun avec Joy.

Joy, incarnée par l’excellente Jennifer Lawrence est encore une fois de plus remarquable. C’est grâce à elle qu’on parvient à suivre l’intrigue sans réellement lâcher prise, car sans son parfait jeu d’actrice, on aurait eu du mal à accrocher à l’histoire qui est certes intéressante, mais le film tire beaucoup trop en longueurs et le rythme baisse au fur et à mesure. Beaucoup trop lent dans sa démarche, c’est dommage avec un tel sujet à traiter.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Oscars: Nos pronostics | Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :