Critique de Sans un bruit

Sans un bruit

10

Scénario

9.9/10

Acteurs

10.0/10

Musique

10.0/10

Réalisation

9.9/10

Les pour

  • Un nouveau classique du genre
  • Excellent casting
  • Un concept original
  • Une musique de qualité

Twitter : #SansUnBruit @paramountfr

Titre VO : A quiet place

Acteurs: John Krasinski, Emily Blunt, Millicent Simmonds, Noah Jupe

Réalisateurs : John Krasinski

Durée : 1h30

Date de sortie : 20 juin 2018

Je ne le dis pas souvent, mais… on a là un chef-d’œuvre de l’horreur !

A l’image d’un « La chose » ou du premier « Alien« , « Sans un bruit » rentre par la grande porte des classiques du cinéma de genre en proposant finalement la même recette que les deux chefs-d’œuvre précédemment cités.

Un scénario bien écrit, des acteurs exceptionnels, de l’émotion, de l’horreur et non du gore gratuit… Une recette efficace et au combien agréable.

Commençons par l’histoire qui n’offre pas d’explications sur l’origine de la créature (comme Alien et La chose avant ce film), mais qui parvient à rendre celle-ci effrayante d’autant plus qu’elle utilise contre nous une chose aussi naturelle que le fait de produire du bruit… Après tout, la première chose que fait un enfant en venant au monde est de « Pousser son premier cri » sauf qu’ici ce cri est synonyme de mort…

Plus qu’une idée effrayante jouant avec nos nerfs, le fait de devoir éviter le moindre bruit plonge le spectateur dans un stress permanent et palpable. Jamais une salle de cinéma n’aura retenu son souffle ainsi devant un film d’horreur depuis… Alien ! Il y a en effet des passages totalement dans le silence et ceux-ci sont réellement pesants, créant un malaise très fort chez le spectateur. Sur plusieurs scènes, on se retrouve avec le cœur qui bat et la crainte de laisser échapper le moindre son sous peine de casser l’ambiance instaurée, de gêner les autres ou simplement d’avoir peur.

L’écriture est si bonne que l’on s’attache instantanément aux personnages et il n’est évidemment pas question de faire dans la salle le moindre bruit par peur évidemment,  mais étrangement aussi,  par respect vis-à-vis de ces personnages que l’on aime et dont on se soucie incroyablement.

Pour donner vie à cette famille, 4 acteurs extraordinaires avec des performances dignes de très grands films. Millicent Simmonds trouve ici un rôle digne de ses qualité d’actrice là où Noah Jupe confirme son talent et son statut de véritable révélation ciné de ces derniers!ères années. Du côté des adultes, Emily Blunt est simplement parfaite, mais John Krasinski est si bon qu’il vole clairement la vedette à tout le monde en offrant une performance à la fois forte et bouleversante. Incroyable.

Au niveau de la réalisation, certains diront que le film comprend quelques grosses ficelles… ce à quoi je vais répondre qu’en réalité, celles-ci sont nécessaires pour nous emmener à la conclusion du film qui,  sans ces « ficelles » serait arrivée telle un cheveu dans la soupe au point de sembler ridicule. Même si l’on imagine certaines choses arriver avec l’aide d’un gros plan sur un indice… John Krasinski parvient à détourner l’évidence pour faire avancer l’histoire, nous emmener où il veut et ce sans jamais nous faire lever les yeux au ciel ou rire de la situation.

A ce sujet, le film vous arrachera plus facilement les larmes que des rires…

Un autre aspect intéressant du film et rappelant une fois encore Alien, est que l’on a ici un film d’horreur qui joue plus sur l’atmosphère, la  tension, la qualité du casting et une musique angoissante plus que sur des effets gratuits ou du gore ridicule. Cela en fait un film d’horreur grand public mais évitant les erreurs des productions cheap apparues ces dernières années où horreur rime avec humour au ras des pâquerettes avec une musique pop pour ado mangeur de popcorn.

Sans un bruit montre qu’il est possible de faire un bon film d’horreur « grand public » sans tomber dans le ridicule… Comme Alien ou Les dents de la mer avant lui.

Alors je vais à nouveau dire ce que je dis depuis le début… Sans un bruit est un nouveau classique du genre qui marquera l’histoire du cinéma d’horreur et rappellera aux plus âgés qu’avec du talent on peut encore faire des chefs-d’œuvre du genre.

A noter qu’un opus 2 a déjà été annoncé et on ne peut qu’émettre une écriture aussi bonne et l’espoir d’une approche différente dans la veine d’un Alien 2 qui bouleversait les codes du premier film en instaurant de nouveaux enjeux et de nouvelles règles. Selon moi partir dans une direction différente, mais bien écrite permettrait à la suite d’être aussi marquante si ce n’est plus…

Si dans l’espace on ne nous entend pas crier… sur terre il vaut mieux l’éviter !

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire