Cette semaine dans les salles

bases sorties 22-4

Cette semaine le nouvel opus d’Avengers devrait rameuter les fans dans les salles.
Entre amis revisite le thème de l’amitié mais cette fois ci sur un bateau.
Après A trois on y va et 3 Coeurs, on aura droit cette semaine à Caprice, encore un film sur le triangle amoureux.
Après deux documentaires, Wim Wenders revient avec un drame : Every thing will be fine.

 

  • AVENGERS L’ERE D’ULTRON (The Walt Disney Company France ~828 copies)  Un deuxième opus très attendu. Dépassera-t-il les 4.5M du premier ? Réponse dans quelques semaines.

Alors que Tony Stark tente de relancer un programme de maintien de la paix jusque-là suspendu, les choses tournent mal et les super-héros Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Black Widow et Hawkeye vont devoir à nouveau unir leurs forces pour combattre le plus puissant de leurs adversaires : le terrible Ultron, un être technologique terrifiant qui s’est juré d’éradiquer l’espèce humaine.
Afin d’empêcher celui-ci d’accomplir ses sombres desseins, des alliances inattendues se scellent, les entraînant dans une incroyable aventure et une haletante course contre le temps…

CRITIQUE

 

  • CAPRICE (Pyramide Distribution~182 copies) Par Emmanuel Mouret dont les deux plus gros succès sont Un baiser s’il vous plait (228k) et L’Art d’Aimer (205k) mais qui reste sur un échec Une Autre Vie (56k).

Clément, instituteur, est comblé jusqu’à l’étourdissement : Alicia, une actrice célèbre qu’il admire au plus haut point, devient sa compagne. Tout se complique quand il rencontre Caprice, une jeune femme excessive et débordante qui s’éprend de lui. Entretemps son meilleur ami, Thomas, se rapproche d’Alicia…

 

  • EVERY THING WILL BE FINE (Bac Films ~102 copies) Par Wim Wenders dont les deux derniers documentaires ont rencontré le succès en salles : Pina 3D (354k) et Le Sel De La Terre (353k).

Après une dispute avec sa compagne, Tomas, un jeune écrivain en mal d’inspiration, conduit sa voiture sans but sur une route enneigée. En raison de l’épaisse couche de neige et du manque de visibilité, Tomas percute mortellement un jeune garçon qui traversait la route. Après plusieurs années, et alors que ses relations volent en éclats et que tout semble perdu, Tomas trouve un chemin inattendu vers la rédemption : sa tragédie se transforme en succès littéraire. Mais au moment où il pensait avoir passé ce terrible événement, Tomas apprend à ses dépens que certaines personnes n’en ont pas finis avec lui…  

 

 

  • ENTRE AMIS (Pathé Distribution ~365 copies) Par Olivier Baroux qui reste sur des résultats en demi teinte : Mais Qui a Re-tué Pamela Rose ? (281k) et On A Marché Sur Bangkok (402k). On rappelera les scores de All Is Lost (72k) et En Solitaire (674k), derniers films sur le thème du huis clos en mer.

Richard, Gilles et Philippe sont amis depuis près de cinquante ans. Le temps d’un été, ils embarquent avec leurs compagnes sur un magnifique voilier pour une croisière vers la Corse. Mais la cohabitation à bord d’un bateau n’est pas toujours facile. D’autant que chaque couple a ses problèmes, et que la météo leur réserve de grosses surprises… Entre rires et confessions, griefs et jalousies vont remonter à la surface. Chacun va devoir faire le point sur sa vie et sur ses relations aux autres. L’amitié résistera-t-elle au gros temps ?

CRITIQUE

 

  • JAUJA (Le Pacte ~28 copies) Pour les fans de Viggo Mortensen.

Un avant-poste reculé au fin fond de la Patagonie, en 1882, durant la prétendue « Conquête du désert », une campagne génocidaire contre la population indigène de la région. Les actes de sauvagerie se multiplient de tous côtés. Le Capitaine Gunnar Dinesen arrive du Danemark avec sa fille de quinze ans afin d’occuper un poste d’ingénieur dans l’armée argentine. Seule femme dans les environs, Ingeborg met les hommes en émoi. Elle tombe amoureuse d’un jeune soldat, et tous deux s’enfuient à la faveur de la nuit. À son réveil, le Capitaine Dinesen comprend la situation et décide de s’enfoncer dans le territoire ennemi pour retrouver le jeune couple. JAUJA est l’histoire de la quête désespérée d’un homme pour retrouver sa fille, une quête solitaire qui nous conduit dans un lieu hors du temps, où le passé n’est plus et l’avenir n’a aucun sens.


  • BROADWAY THERAPY (Metroplitan FilmExport ~112 copies) Ce film trouvera-t-il son public ? Manque que le chien sur l’affiche et on aurait pu croire à un film sur Le Club Des Cinq.

Lorsqu’Isabella rencontre Arnold, un charmant metteur en scène de Broadway, sa vie bascule. À travers les souvenirs – plus ou moins farfelus – qu’elle confie à une journaliste, l’ancienne escort girl de Brooklyn venue tenter sa chance à Hollywood, raconte comment ce « rendez-vous » lui a tout à coup apporté une fortune, et une chance qui ne se refuse pas… Tous ceux qui se trouvent mêlés de près ou de loin à cette délirante histoire vont voir leur vie changer à jamais dans un enchaînement de péripéties aussi réjouissantes qu’imprévisibles. Personne n’en sortira indemne, ni l’épouse d’Arnold, Delta, ni le comédien Seth Gilbert, ni le dramaturge Joshua Fleet, pas même Jane, la psy d’Isabella…

 

  • LE DOS ROUGE (Epicentre Films ~21 copies)

Un cinéaste reconnu travaille sur son prochain film, consacré à la monstruosité dans la peinture. Il est guidé dans ses recherches par une historienne d’art avec laquelle il entame des discussions étranges et passionnées.

  • GOOD KILL (La Belle Company ~165 copies) Par Andrew Nicoll réalisateur de Lord Of War (1.3M), Time Out (1.1M) et Les Ames Vagabondes (395k).

Le Commandant Tommy Egan, pilote de chasse reconverti en pilote de drone, combat douze heures par jour les Talibans derrière sa télécommande, depuis sa base, à Las Vegas. De retour chez lui, il passe l’autre moitié de la journée à se quereller avec sa femme, Molly et ses enfants. Tommy remet cependant sa mission en question. Ne serait-il pas en train de générer davantage de terroristes qu’il n’en extermine ? L’histoire d’un soldat, une épopée lourde de conséquences.

CRITIQUE + VIDEO DE LA MASTER CLASS

  • SANGRE DE MI SANGRE (Iskra) Un documentaire argentin.

Ato vit entouré de sa mère, sa grand-mère, ses oncles et Dieu. À vingt ans, il découvre la vie et commence à travailler à l’abattoir avec les hommes de la famille. Sans patron et géré par les ouvriers, l’abattoir résonne des cris des bêtes et des discussions enflammées des hommes, pas forcément d’accord sur la conduite du lieu ou la répartition des bénéfices. On bosse, on mange, on s’engueule, on chante, on s’aime. Les enfants grandissent et deviennent peu à peu des hommes. Histoire de famille, de travail, de luttes, histoire de la vie drôle et touchante, bruyante et tonitruante.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :