C comme culte 33 : Le couteau sous la gorge

J’ai hésité à mettre ce film dans la catégorie « Culte » car ce film ne l’est sans doute pas pour le grand public là où il l’est en partie pour les amateurs de cinéma de genre.

Ce qui m’a poussé à le mettre dans cette catégorie, c’est le fait d’avoir eu la chance de le voir cette année à l’Étrange Festival et de me rendre compte à la fois de sa popularité et du fait qu’il avait tout pour devenir culte s’il était montré au grand public.

Synopsis:

Mannequins, Catherine et Florence posent pour des photos sexy. Un travail sans histoire jusqu’au jour où Catherine se sent suivie et épiée. Alors que la police refuse de la croire lorsqu’elle raconte son viol, son employeuse Valérie vient la récupérer. Une nuit, le petit groupe va faire dans photos dans un cimetière avec l’autorisation du conservateur qui ne se doutait pas du genre de photos. Ulcéré, il étrangle, dès le lendemain, une jeune femme très séduisante et se jette sous un camion. Lorsque Catherine et Florence reviennent d’un séjour aux États-Unis, l’atmosphère est tendue. Harcelée par des appels anonymes, tous ses proches pensent qu’elle délire. Très vite, l’entourage de Catherine est décimé par un mystérieux tueur. Paniquée, Catherine trouve refuge chez son voisin, Nicolas…

Qu’-est-ce qui peut donc bien rendre ce film culte ?

Et bien le fait qu’il soit atrocement mauvais et ridicule. Oui il n’y a absolument rien qui fonctionne dans ce film.

Cela débute par des dialogues totalement drôles, décalés et même parfois What the fuck. Impossible de vous les réciter tous ici d’autant qu’ils sont très nombreux et surtout ce serait vous priver de grands moments de rigolade. Mais oui on se marre devant certains dialogues lâchés ici et là de la manière la plus sérieuse possible par les comédiens.

Autre chose totalement loupée, la mise en scène. Claude Mulot n’est pas Spielberg et entre scènes définitivement trop longues et redondantes (les deux courses à pied de l’héroïne), une mauvaise direction d’acteurs et des passages totalement inutiles, on ne peut que se demander comment il en est arrivé là.

A titre d’exemple, il y a une scène où la syndic d’un immeuble est supposée couper une haie avec son sécateur… Sauf qu’on voit par deux fois en gros plan qu’elle coupe dans le vide ! Grand moment de fous rire dans la salle de par l’absurdité du truc et du jeu d’actrice catastrophique.

Mais cette actrice n’est pas la seule à être mauvaise puisque l’on retrouve dans un de ses rares rôles, le comédien Alexandre Sterling, qui interprétais l’amoureux de Sophie Marceau dans la boum offrant une performance mythique !

Entre un jeu d’acteur ridicule et des dialogues à crouler de rire, il nous livre clairement une mort des plus mémorables du cinéma. Si vous avez été choqué par la fameuse mort de Marion Cotillard dans le Batman de Nolan… Après avoir vu celle d’Alexandre Sterling et bien vous offrirez un second oscar à notre chère actrice française.

Pour ce qui est du reste du casting et bien… Ce n’est pas glorieux et si les deux héroïnes principales que sont Florence Guérin et Brigitte Lahaie essayent de rendre convaincants leurs personnages, ces dernières sont mises à mal par les mauvais dialogues et la pauvreté des scènes où elles apparaissent.

Autre moment de bravoure ridicule ; la bande originale poussive à souhait. Cette dernière est parfois utilisée on ne sait pourquoi sur certaines images (genre musique effrayante sur passage calme) ou se trouve être totalement absente sur des passages plus rythmés. On a ici une BO cliché bien ridicule aussi.

Concernant le scénario du film, on est dans du Slasher et forcément on va chercher après le coupable du film pendant environs… 10 minutes ! Oui le tueur est une évidence et par chance son motif est aussi ridicule que ce qui pousse le premier meurtre du film et le suicide qui s’en suit (le tout porté par une mauvaise réalisation en bonus). Comprenez par là que le suspens est loupé et le motif donné à la toute fin pour expliquer les meurtres ajoute une couche à l’absurdité du truc !

Ne reste alors qu’une seule chose à ce film et cela plaira aux amateurs de belles femmes… Claude Mulot qui a officié dans le pont ne manque aucune occasion pour déshabiller ses héroïnes. Après tout le film s’ouvre sur Florence Guérin courant totalement nue pendant facilement 3 minutes.

Les actrices sont charmantes, leurs formes sont bien mises en avant histoire que l’on puisse se rincer l’oeil et c’est finalement tout ce qui restera de ce film.

Alors culte ou pas ? Moi j’ai envie d’y croire parce que si aujourd’hui on se demande si ce film n’est pas une parodie érotique du cinéma Slasher, il est important de savoir que le tout avait été pensé de la manière la plus sérieuse à l’époque et qu’on se demande en permanence comment un tel film a pu voir le jour.

Alors oui, on vous conseille vraiment de découvrir ce film si vous voulez vous marrer, si vous voulez voir ce qu’était le cinéma français dans les années 80 quand il essayait de faire du « Genre » et pourquoi à cause de ce genre de film, ce dernier a bien du mal encore à exister en 2020.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :