Critique : Uncle Frank

Uncle Frank

7.3

Scénario

7.0/10

Casting

8.0/10

Réalisation

7.0/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Un bon casting
  • Une mise en scène classique, mais efficace
  • Une jolie photographie

Les contre

  • Un scénario parfois trop moralisateur

Twitter : #UncleFrank @DeauvilleFr #Deauville2020 @AmazonStudios

Réalisateur : Alan Ball

Acteurs : Paul Bettany, Sophia Lillis, Judy Greer, Steve Zahn, Peter MacDissi, Margo Martindale

Durée : 1h35

Date de sortie : prochainement

Synopsis :
En 1973, Beth, encore adolescente, quitte sa campagne natale pour aller étudier à l’Université de New York où enseigne son oncle Frank, un professeur de littérature réputé. Elle découvre rapidement qu’il est homosexuel et qu’il partage sa vie depuis longtemps avec son compagnon Wally, une relation qu’il a toujours gardé secrète. Mais le jour où Mac, le patriarche grincheux de la famille, décède subitement, Frank est contraint de retourner auprès des siens, accompagné de Beth et Wally, afin d’assister aux funérailles. Durant le trajet, il doit confronter les fantômes de son passé et regarder sa famille en face une fois arrivé sur place.

Bien connu pour ses séries comme Six Feet Under, True Blood, ou plus récemment Here and Now, Alan Ball revient après 13 ans d’absence sur le grand écran, avec son deuxième long métrage.

Doté d’un ton humoristique et de répliques très drôles, Uncle Frank sait être aussi plus dramatique et profond en abordant des sujets sensibles et de société.
Mais malgré un bon scénario qui parvient à ne pas trop tomber dans les clichés et à livrer une histoire de famille où des secrets refont surface, Alan Ball déçoit sur certains points.

Voulant aborder plusieurs thèmes comme le féminisme, la famille, les gays, la religion, etc. le réalisateur en fait parfois trop et son écriture reflète parfois des généralités dont on se serait passé et une moralité bien pensante assez pénible à certains moments.

Du côté du casting Paul Bettany est très bien et touchant, Sophia Lillis continue de monter, Judy Greer est très drôle, tout comme Peter MacDissi et Steve Zahn n’est pas mauvais non plus (même si son personnage prend une direction trop facile et assez cliché à la fin du film).

Un bon film, mais qui se veut trop moralisateur, malgré un humour qui passe très bien et une jolie photographie.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :