Critique : Lorelei

5

Scénario

5.0/10

Casting

5.0/10

Réalisation

5.0/10

Bande originale

5.0/10

Les contre

  • Un rythme qui perd trop en intensité dans la seconde partie

Twitter : #Lorelei @DeauvilleFr #Deauville2020

Réalisateur : Sabrina Doyle

Acteurs : Jena Malone, Pablo Schreiber, Chancellor Perry, Amelia Borgerding, Parker Pascoe-Sheppard

Durée : 1h51

Date de sortie : prochainement

Synopsis :
Wayland sort de prison après avoir purgé une peine de 15 ans pour braquage à main armée. De retour dans sa ville ouvrière natale, il tombe par hasard sur Dolores, son amour de jeunesse. Devenue mère célibataire, elle se bat pour élever ses trois enfants. Peu après leurs retrouvailles, Wayland emménage chez cette famille chaotique et devient contre son gré la figure paternelle manquante. Les fins de mois étant difficiles, Wayland se fait rattraper par ses vieux démons, tandis que Dolores aspire à réaliser son rêve de jeune fille : vivre à Los Angeles.

Après avoir fait ses armes en réalisant plusieurs courts métrages, Sabrina Doyle nous présente son premier long.

Plutôt pas mal dans sa première partie, Lorelei perd en rythme et devient un peu longuet dans sa seconde partie et son final est quelque peu étrange.

Malgré tout l’histoire est plutôt jolie et la réalisatrice a quelques bonnes idées, notamment dans sa mise en scène à certains moments.

On notera également un joli casting avec Jena Malone, Pablo Schreiber, Chancellor Perry, Amelia Borgerding et Parker Pascoe-Sheppard qui sont bon(ne)s.

Un peu trop lent et un peu raté dans son final (malgré quelques jolies scènes juste avant les toutes dernières minutes), Sabrina Doyle livre un premier film qui laisse mitigé, malgré de bonnes idées.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :