Critique de Les garçons sauvages

Les garçons sauvages

5.9

Scénario

5.5/10

Acteurs

7.0/10

Musique

5.5/10

Réalisation

5.5/10

Les pour

  • Un univers visuel marquant
  • Des actrices de talents

Les contre

  • Un genre particulier qui ne plaira pas à tous

Twitter : #LesGarçonsSauvages @UFODISTRIBUTION @etrangefestival

Réalisateur : Bertrand Mandico

Acteurs : Vimala Pons, Anael Snoek, Pauline Lorillard, Mathilde Warnier, Diane Rouxel

Durée : 1h50

Date de sortie : février 2018 (Proposé à l’étrange Festival 2017)

Début du 20ème siècle, cinq adolescents sont emmenés sur une île étrange après avoir commis un meurtre. Ce périple est proposé pour soit disant adoucir les jeunes hommes qui accumulent les actes insolents et ne respectent aucun ordre. Mais il se passe des choses curieuses sur cette île.

D’un point de vue visuel, Les garçons sauvages se positionne en bon film. L’univers représenté à la fois en noir et blanc puis parfois en couleur nous plonge dans cette histoire fantastique. Le cœur du sujet ne plaira pas à tous et surtout le traitement de ce dernier. Cette volonté d’imager la sexualité à travers les fruits consommés par nos cinq adolescents ou encore sur l’ensemble des décors de l’île est parfois lourde. Les dialogues sont souvent difficile à suivre et surtout à comprendre dans leur ensemble. Ainsi, on ne saisit pas très bien le passif de certains personnages et celui de l’île elle-même. Le rythme du film étant un peu lent, l’ennui finit par se sentir.

Bref, on n’a pas adhéré au film. Les garçons sauvages est peut être un peu trop complexe. Il faut sans doute une certaine culture pour comprendre le délire. Et pourtant, son aspect visuel restera un point marquant. Une esthétique à souligner. Puis il y a les actrices. En effet, les cinq jeunes hommes sont interprétés par des femmes. Un choix qui s’explique dans le film et qu’on peut saluer pour le talent des comédiennes.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :