Critique : Comment je suis devenu un super-héros

7

Scénario

7.0/10

Casting

7.0/10

Réalisation

7.0/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Une envie de faire autre chose

Les contre

  • Un casting mitigé

Twitter : #CommentJeSuisDevenuUnSuperHéros @DeauvilleFr #Deauville2020 @DouglasAttal @piomarmai @VimalaPons @benoitpoelvoorde @swannarlaud

Réalisateur : Douglas Attal

Acteurs : Pio Marmai, Vimala Pons, Benoît Poelvoorde, Leïla Bekhti, Swann Arlaud

Durée : 1h37

Date de sortie : 16 décembre 2020

Synopsis :
Paris 2020. Dans une société où les surhommes sont banalisés et parfaitement intégrés, une mystérieuse substance procurant des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas se répand. Face aux incidents qui se multiplient, les lieutenants Moreau et Schaltzmann sont chargés de l’enquête. Avec l’aide de Monté Carlo et Callista, deux anciens justiciers, ils feront tout pour démanteler le trafic. Mais le passé de Moreau resurgit et l’enquête se complique…

Pour son premier long métrage, Douglas Attal tente d’apporter un regard neuf et original dans le paysage du cinéma français. Débarquant avec un film de super-héros, le jeune réalisateur ne s’en sort pas trop mal, malgré quelques défauts.

Tout d’abord, force est de reconnaître l’effort qu’il a fait pour écrire un scénario qui change de ce qu’on voit habituellement, ce dernier est d’ailleurs adapté du roman homonyme de Gérald Bronner (également scénariste sur le film) et ensuite pour réaliser un long métrage avec des effets spéciaux qui fonctionnent très bien en plus d’êtres jolis.

Mais, comme je le disais plus haut, quelques défauts subsistent. Notamment quelques clichés assez agaçants et un jeu d’acteurs pas toujours très juste. Vimala Pons débute du mauvais pied, mais se rattrape après, par contre Swann Arlaud en fait beaucoup trop et a du mal à être crédible. Pio Marmaï n’est pas mauvais, mais on l’a vu en meilleur forme, en revanche Leïla Behkti et Benoît Poolvedore sont en très grande forme (leurs répliques à la fin sont très drôles).

Comment je suis devenu super-héros est donc un premier long métrage avec une certaine ambition, de jolies images, un scénario parfois trop cliché, mais qui arrive quand même à se rattraper sur d’autres points dont un humour qui passe bien et dont on retiendra le bel effort de vouloir faire autre chose, malgré de petites maladresses.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :