Critique de Ablations

Ablation ou Aberration ?

Ablation

0.9

Scénario

1.0/10

Casting

1.0/10

Réalisation

1.0/10

Bande originale

0.5/10

Les contre

  • Rien a sauver par ici
Avis:

Twitter: #Ablations @CEfilmfestival

Acteurs: Denis MénochetFlorence ThomassinVirginie Ledoyen, Philippe Nahon, Yolande Moreau

Réalisateur : Arnold de Parscau

Date de sortie: 16 juillet 2014 (1h34min)

Projection Champs Elysées film festival: 12 juin – Gaumont Ambassade

Ablation, aberration, tentation, innovation, incompréhension, effusion, conclusion

Ablation Critique2

Ablation: pour son titre qui pour le coup est un titre fort et annonciateur d’en excellent sujet dont malheureusement le traitement viendra gâcher le tout.

Aberration: Pour ses acteurs pourtant généralement excellents et qui livrent tous sans exceptions des performances d’une médiocrité sans nom. Il faut dire qu’entre des dialogues dignes d’une série télé de 3ème zone proche des télénovella, une musique d’une banalité incroyable et d’un scénario totalement idiot qui se clôture sur une connerie sans nom, ce film est à lui seul une aberration.  A ce petit jeu des mauvais acteurs, on retiendra surtout Florence Thomassin que j’adore habituellement et qui est d’une médiocrité incroyable ici. Aucune émotion ne transparait sur son visage, son rôle qui n’est ni crédible, ni attachant n’ai pas aidé par sa manière de délivrer ses dialogues telles une machine ayant parfaitement répété son texte sans y apporter la moindre nuance, la moindre saveur.  Les autres étant tout aussi mauvais, elle parvient à passer comme ça ni vu ni connu, mais dans la mesure où généralement je l’apprécie beaucoup, toute cette banalité n’a eu de cesse que de me sauter aux yeux si bien que j’avais de la peine pour elle.

Ablation Critique3

Tentation: C’est le mot qui m’a tourmenté tout le long du film… Cette tentation atroce de me lever et m’en aller tant je me suis ennuyé devant ce truc plat aux rebondissements sans queue ni tête.

Ablation Critique4

Innovation: Pour le manque de celle-ci dans la façon de réaliser. On pourra bien entendu excuser sur ce point le fait que le réalisateur n’ait que 25 ans et se dire qu’il se cherche encore, mais au delà de regrouper d’énormes clichés sans doute essentiellement dû au mauvais scénario, on ne pourra que regretter le manque d’idées ou d’ambitions dans cette façon vraiment plate de filmer. Entre belles images présentes juste pour faire belle sans aller plus loin, mauvaises juxtaposition de la musique, mauvais enchainement, montage un peu chaotique… Vraiment pas terrible. A noter que la musique est signée Matthieu Gonnet (Star ac) qui nous propose ici la musique la plus clichée qui soit pour créer un faux suspens ridicule.

Incompréhension: pour revenir une fois encore sur le scénario. Avoir une si bonne idée et la terminer sur un twist des plus idiots qui offre par la même occasion à Yolande Moreau l’une de ses pires, si pas la pire performance de toute sa carrière. Très grande actrice, elle est ici exploitée de façon ridicule poussant la bêtise jusqu’au boutisme.

Effusion: par le nombre de défauts que je pourrais encore sortir ici et en

Conclusion: le genre de film qui passera au mieux sur France 3 à 23h30 une fois dans 6 ans et qui disparaîtra totalement par la suite. Et ce n’est pas plus mal.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :