Wardi : Interview avec le réalisateur Mats Grorud

Alors que Wardi sort dans les salles ce 27 février, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer son réalisateur Mats Grorud.

1 Pourquoi avoir voulu explorer la vie en camps avec ce film ?

J’ai vécu pendant un an dans le camp à Beirut au Liban et j’ai été frappé par la chaleur et l’intelligence de mes amis. Je voulais vraiment faire un film qui les dépeignait comme je les voyais ! Et j’espère que les perceptions des réfugiés palestiniens – ou des réfugiés en général – seront plus tridimensionnelles.

2 Ce film est à des kilomètres de ce à quoi les enfants sont habitués. Tu n’as pas peur que le film parle plus aux adultes qu’à ceux-ci ?

À l’origine, je n’avais pas vraiment les enfants en tête quand j’ai écrit le script. Nous avons fait le film que nous voulions faire avec comme but, celui d’être assez large pour toucher un maximum de monde. Puis dans les étapes finales du montage et du mixage sonore nous avons vu le potentiel du film vis-à-vis des plus jeunes – Cela s’est confirmé après avoir reçu des commentaires du public test que le film pourrait fonctionner chez les enfants et donc est aujourd’hui aussi annoncé pour eux. J’espère donc que le film communiquera aussi avec les jeunes et sur différents niveaux. C’est la rétroaction que nous avons obtenue après les projections et ce surtout en Norvège où il a été diffusé dans les écoles etc. Les gens aiment le film, car il introduit des thèmes et des questions que les enfants ne sont pas habitués à voir présentés de cette façon.

3 Pourquoi avoir choisi ce style particulier d’animation au lieu des dessins 3D ou 2D plus modernes ou classiques.

J’adore la tactilité des marionnettes et des décors faits à la main. Pour moi, cela représente vraiment le monde réel – et il y a un lien direct avec la robustesse du camp – et les gens qui y vivent. Je suis moi-même un animateur de marionnettes – ce choix d’avoir l’animation de marionnettes pour le présent a été fait très tôt. C’est la technique la plus proche de mon cœur et de mes mains ! Pour ce qui est des passages en 2D, le tout a été dessiné à la main et notamment pour les fonds et les personnages. Nous l’avons animé dans le logiciel Moho pour des raisons de budget, mais nous pensons qu’il fonctionne bien. Surtout que l’action et la scénographie ont été planifiées avec cette technique à l’esprit.

4 Est-ce que le film va sortir au Liban ?

Le film sera joué au Liban, oui même si actuellement on chercher à finaliser les différentes deals.

5 Après un sujet aussi puissant, où voulez-vous aller ensuite, quels sujets voulez-vous explorer?

Nous avons été contactés par des entreprises avec d’autres projets – En même temps moi-même et Rui Tenreiro qui travaillons en tant que directeur artistiques chez The Tower développons également un nouveau projet – un nouveau long métrage fait avec des marionnettes. Ce film a comme point de départ, la destruction de la nature par les compagnies de l’huile dans le Delta du Niger.

6 Aimeriez-vous faire un film en Live ou plutôt rester dan sue domaine de l’animation ?

Nous continuons actuellement dans l’animation, mais on verra ce que le futur nous réserve.

Photos de ANNA SIMONSSON

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :