Si tu voyais son coeur : critique du film

Si tu voyais son coeur

7

Scénario

6.5/10

Acteurs

8.0/10

Réalisation

6.5/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Bons acteurs
  • Belle musique

Les contre

  • Un poil trop sombre
  • Musique pas assez présente

#Twitter : #SiTuVoyaisSonCoeur

Réalisatrice : Joan Chemla

Acteurs : Gael Garcia Benal, Marine Vacth, Nathuel Perez Biscayart

Date de sortie : 10 janvier 2018

Durée : 86 min

Premier long-métrage pour la réalisatrice Joan Chemla qui avait déjà réalisé les trois courts-métrages Mauvaise Route (2008), Dr Nazi (2011) et L’Homme à la cervelle d’Or (2012). Ce film en lui-même est assez intéressant même si il tire en longueur par la fin malgré sa courte durée (83min). Il reste cependant un film avec des débuts prometteur pour la jeune réalisatrice.

Joan nous introduit au personnage de Daniel, cet homme qui a tout récemment perdu une personne lui étant cher : son meilleur ami. Il va devoir résider a l’hôtel Métropole, un hôtel miteux mais surtout un endroit de débauche où les âmes perdues s’y rendent.

Le personnage de Daniel est assez intéressant, notamment parce qu’il est interprété par le talentueux Gael Garcia Benal. Nous sommes plongé dans son esprit et sa façon de ressentir les choses suite à la mort tragique de son meilleur ami qui le ronge. Son arrivée à l’hôtel va encore plus le détruire. Joan déclare à ce sujet : « ce lieu est son tombeau et prend une couleur d’enfer, notamment à la fin quand Daniel y revient définitivement. » Malheureusement, malgré un début prenant et bien monté (montage alterné entre sa vie d’aujourd’hui après la mort de son ami et l’accident en question), l’arrivée de Francine interprété par la belle Marine Vacth va tout remettre en ordre et l’aider aller mieux, mais aussi le forcer à retourner là-bas à la fin.
Le film s’essouffle malheureusement à cette période. En effet, la relation entre Francine et lui est très étrange et la deuxième scène de leurs rencontre l’est tout autant. Malgré leur amour pour lequel on a du mal à croire, ils n’arriveront pas à se sauver et retourneront dans cet hôtel.

On ne comprends pas toujours pourquoi Daniel va réagir d’une telle manière et faire ce qu’il fait. C’est assez flou et cela vient interrompre les pensées qu’on se faisait de lui, ce qui amène le spectateur à être perdu en cours de route. Le tout donne un ton assez sombre et peut-être un petit peu trop dramatique.  La musique composée par Gabriel Yared, qu’on a pu entendre dans les films de Xavier Dolan Juste la fin du monde et Tom à la ferme, mais aussi dans Chocolat, réalisé par Roschdy Zem, est assez belle, ce qui fait gagner des points au film bien que celle-ci ne soit pas assez présente selon moi. Gabriel Yared déclare à ce sujet : « J’aime que la musique ait une force quasi subliminale. Souvent, les gens disent que la musique est un personnage du film. Certes, mais ils oublient souvent qu’un personnage ne parle pas tout le temps, n’envahit pas le film. » Quant au travail sur le son, les décors et l’image, les trois sont très bien ficelés et correspondent au thème du film.

Nous avons ici un premier long-métrage intéressant qui présente de bons points notamment au niveaux des acteurs, de la musique, du travail sur le son et au niveau aussi de l’histoire. Cependant il reste un poil trop sombre et s’essouffle sur la durée. 

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire