Rencontre avec Laurence Equilbey

Il y a quelques jours, dans la très jolie salle du Carré Belle-Feuille de Boulogne-Billancourt, j’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer la chef d’orchestre Laurence Equilbey. Quelques heures avant le concert, j’assistais donc à un dernier raccord avec l’Insula Orchestra et le chœur Accentus avant de passer en loge pour un échange privilégié au côté d’autres blogueuses.

rencontre-avec-laurence-equilbey

Laurence nous parla de sa première œuvre discographique, sortie le 29 septembre dernier chez Naïve, Mozart Requiem. C’est dans la prestigieuse chapelle royale du Château de Versailles que la chef dirigea l’Insula Orchestra et le chœur Accentus.

« Je voulais un titre assez grand public. Le Requiem étant une œuvre inachevée c’est assez complexe de savoir comment on va la faire, il y a beaucoup de questions musicologiques et scientifiques. On a voulu montrer que nous avions également un regard historique, scientifique, musicologique assez fort. C’est une œuvre à la fois grand public et une œuvre où il faut se positionner, de ce point de vue là c’est pas mal. »

L’utilisation d’instruments d’époque mêlée à l’acoustique exceptionnelle du lieu nous offre une sonorité de qualité pour ce Requiem au combien grandiose.

Pour accompagner la sortie de cet album, Laurence et son équipe ont décidé d’aller plus loin en proposant un Log Book, un carnet de bord vidéo de cet enregistrement.

Un peu dans la lignée de Jean-François Zygel et sa Boîte à Musique, l’objectif de cette démarche et de transmettre au grand public les clés de cette œuvre classique.

« Lorsque je me suis replongée dans ce Requiem je me suis remémorée toute cette saga, toutes ces légendes, tous ces mythes, la complexité du sujet. Je me suis dit qu’au lieu de faire un reportage sur l’enregistrement traditionnel j’adorerais transmettre au grand public ce que j’ai pu redécouvrir en le travaillant. Notamment avec les jeunes. Il fallait un médium adapté, qui fasse sourire, qui soit poétique et amusant. »

Cette web série de 4 épisodes met en scène le jeune Lorenzo Lefebvre, fan absolu de la chef d’orchestre et grand mélomane, pendant les 4 jours d’enregistrement. On y découvre des extraits musicaux comme le Dies Irae ou encore le Lacrimosa mais pas seulement. Le Requiem étant une oeuvre inachevée, cette série va plus loin en ajoutant des anecdotes très intéressantes sur le contexte de conception de l’oeuvre ou encore sur la vie de Mozart à cette époque. On peut aussi en apprendre sur les coulisses d’un enregistrement avec un aperçu du travail en régie.

Laurence Equilbey fait partie des 4% des femmes chefs d’orchestre programmées en France. La place de la femme dans un milieu aussi hostile et conservateur que celui de la musique classique reste un sujet important.

« A niveau égale, un homme a beaucoup plus de chance dans ce milieu là. […] Il faut être exigeant avec soi-même, travailler beaucoup et essayer de ne pas trop y penser pour ne pas avoir de complexes. »

rencontre-avec-laurence-equilbey-credit-jana-jocif

Photo : Jana Jocif

Ce fut un réel plaisir de partager un moment musical avec cette grande chef qu’est Laurence Equilbey. Je ne peux que vous conseiller de regarder cette web série et d’écouter ce Requiem.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :