Critique : Green Room

Green Room

9.1

Film

9.0/10

Scénario

9.0/10

Acteurs

9.0/10

Etalonnage

10.0/10

Musiques

8.5/10

Les pour

  • Le casting est épatant
  • Le scénario est simple mais très efficace
  • Le film est intense et prenant

Twitter : #GreenRoom

Acteurs : Anton Yelchin, Imogen Poots, Patrick Stewart, Alia Shawkat

Réalisateur : Jeremy Saulnier

Date de sortie : 27 avril 2016 (1H34)

Synopsis :

Au terme d’une tournée désastreuse, le groupe de punk rock The Ain’t Rights accepte au pied levé de donner un dernier concert au fin fond de l’Oregon. Pour finalement se retrouver à la merci d’un gang de skinheads particulièrement violents. Alors qu’ils retournent backstage après leur set, les membres du groupe tombent sur un cadavre encore chaud et deviennent alors la cible du patron du club et de ses sbires, plus que jamais déterminés à éliminer tout témoin gênant.

Green Room

Après Blue Ruin qui avait fait un passage à Cannes et à Deauville en 2014, le réalisateur américain Jeremy Saulnier est de retour avec son nouveau film : Green Room.

Green Room (2)
Un scénario simple, mais très efficace, voilà en quelques mots comment on pourrait résumer ce thriller. Et pourtant, il y a beaucoup plus à dire… du moins si on réussit à tenir jusqu’à la fin ! Oui, parce que Saulnier ne fait pas dans la dentelle et nous offre un film gore bien comme il faut. Amateurs d’hémoglobine et de scènes dérangeantes ou violentes au possible, vous ne serez pas déçu(e)s ! Pour les autres, passez votre chemin, vous ne tiendrez pas très longtemps…

Green Room (3)
Le casting n’est pas très connu, à part certain(e)s comme Imogen Poots qui est excellente et continue de surprendre (dans le bon sens) ou encore Patrick Stewart également présent et divinement crédible et terriblement bon. Du côté des moins connu, Anton Yelchin est une belle révélation et nous offre une interprétation très prenante.

Green Room (5)
Comme il est dit plus haut, le scénario est certes assez simple, mais le réalisateur rajoute une ambiance tellement glauque et malsaine (sans compter la violence de certaines scènes, où il faut s’accrocher à nos sièges), que le film prend une tournure très intéressante et attractive.
Jeremy Saulnier impose son style et nous offre donc un thriller excellent, difficile à regarder, mais qui vaut franchement le détour.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Hallucinations Collectives – 9ème | Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :