Critique du film « Elle l’adore »

Avis:

Twitter : #elleladore @STUDIOCANAL – Acteurs : Sandrine Kiberlain, Laurent Lafitte, Pascal Demolon – Réalisatrice : Jeanne Herry – Date de sortie: 24/09/2014 (1H45)

Muriel est esthéticienne. Elle est bavarde, un peu menteuse, elle aime raconter des histoires souvent farfelues. Depuis 20 ans, Muriel estaussi la première fan du chanteur à succès Vincent Lacroix. Avec ses chansons et ses concerts, il occupe presque toute sa vie.
Lorsqu’une nuit Vincent, son idole, sonne à la porte de Muriel, sa vie bascule. Elle est entraînée dans une histoire qu’elle n’aurait pas osé inventer.

Lorsque j’ai découvert ce film en projection blogueurs, il commençait déjà à jouir d’une bonne réputation, notamment grâce au Festival d’Angoulême. J’ai également appris par la suite qu’il a reçu les labels de cinq exploitants majeurs : UGC, Gaumont-Pathé, MK2, Kinépolis et CGR. Fait rare pour être signalé. Pour ma part, j’avais de toute façon envie de découvrir ce nouveau film avec Laurent Lafitte, que j’aime beaucoup, et Sandrine Kiberlain, femme discrète mais actrice toujours efficace et même surprenante.

Muriel Bayen (Sandrine Kiberlain), toujours bien placée lors des concerts de Vincent Lacroix

Muriel Bayen vit seule… Ses enfants, pourtant jeunes, sont partis vivre avec leur père… Enfin seule est un bien grand mot lorsque l’on découvre son appartement : des pans de mur entiers sont consacrés à Vincent Lacroix, célèbre chanteur dont elle est l’une des plus grande fan, depuis ses débuts. Ses meubles sont recouverts de bibelots à l’effigie de la star. Et il n’y a pas un concert auquel Muriel ne participe pas, à tel point qu’elle est bien connue des agents de sécurité qui la laissent, parfois, approcher les loges. Seul, Vincent Lacroix ne l’est point… Adulé par ses fans, invité sur les plateaux de télévision, entouré par ses proches… Il semble néanmoins vivre une histoire tumultueuse avec sa compagne Julie. Amour vache ? Passage difficile ? Un soir, alors que le chanteur joue au poker avec des amis, sous le regard de Julie, cette dernière semble distante, remontée, et finit par rejoindre la chambre conjugale en balançant tout ce qu’elle trouve sur son passage, tout en proférant des insultes qui mettent les invités mal à l’aise… La partie de poker est abrégée, chacun rentre chez soi, les deux tourtereaux vont pouvoir s’expliquer. Mais Julie saute violemment sur Vincent, il se débat, la repousse, et c’est le drame… Une mauvaise chute, une étagère qui cède, un trophée qui vient blesser mortellement la jeune Julie… Lacroix est tétanisé, ne sait pas quoi faire, et finit par paniquer : il emballe le corps dans une couverture, fait le ménage, et va cacher sa défunte compagne dans le coffre de sa voiture… Il a un plan pour faire disparaître le corps sans éveiller les soupçons. Il a besoin pour cela d’une complice, et pense alors à Muriel Bayen, qui ne pourra pas refuser de rendre service à son idole… La star machiavélique confie alors la suite de sa carrière et de son existence entre les mains d’une fan un peu mythomane qu’il ne connait au final que très peu… Risqué ou futé ?

Vincent Lacroix (Laurent Lafitte) est reçu par Michel Drucker sur le plateau de « Vivement Dimanche »

Ce film m’a beaucoup plu, agréablement surpris. En sortant de la projection, j’ai voulu en savoir plus sur la réalisatrice Jeanne Herry. Outre apprendre qu’elle est la fille de Miou-Miou et Julien Clerc, j’ai surtout découvert qu’elle est jeune et que c’est sa première réalisation ! J’ai donc été bluffé par une telle maturité et ce scénario bien ficelé, bien écrit. Du beau boulot, encore plus pour un premier film ! Le casting est bien choisi. Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte ne sont pas forcément les acteurs les plus « bankables » en France, mais depuis quelques films (séparément, puis ensemble avec « Elle l’adore ») je les apprécie beaucoup et leur trouve à la fois beaucoup de talent et une capacité à varier les registres et les personnages. A leurs côtés on retrouve des seconds rôles convaincants, des valeurs sûres comme Pascal Demolon et Olivia Côte, ou encore Benjamin Lavernhe (oui, la Comédie Française est bien représentée, et en nombre). Le film est à la base un polar, mais on flirte régulièrement avec la comédie, et le résultat est prenant, agréable, surprenant… Une fois de plus, un film produit par Alain Attal m’a enchanté… Un film que je vous recommande donc !

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire