Critique du film « Bon rétablissement »

Avis:

Twitter : #BonRétablissement @SNDfilms

Acteurs : Gérard Lanvin, Fred Testot, Jean-Pierre Darroussin

Réalisateur : Jean Becker

Date de sortie: 17/09/2014 (1H21)

Suite à un accident, Pierre, la soixantaine, se retrouve cloué au lit avec une jambe dans le plâtre. Misanthrope au caractère bien trempé rêvant de silence et de solitude, voilà que le monde s’invite à son chevet. Il assiste alors impuissant à la valse quotidienne des médecins, infirmières et personnels hospitalier, puis de ses proches dont son frère Hervé. Au fil de rencontres inattendues, drôles ou touchantes, Pierre reconsidère certains a priori et pose sur les autres un regard différent. Et, contre toute attente, ce séjour à l’hôpital finit par ressembler à une renaissance…

Voilà un film qui est sorti sans faire de bruit, et que j’avais hâte de voir ! Qu’ils soient drôles ou dramatiques, j’aime beaucoup les films de Jean Becker. Et la perspective de voir Gérard Lanvin (que j’adore) cloué sur un lit d’hôpital, avec des seconds rôles comme Jean-Pierre Darroussin, Fred Testot ou Claudia Tagbo, pour ne citer qu’eux, m’enchantait. L’occasion d’une sympathique sortie en famille…

Le générique est une succession de magnifiques images de Paris, depuis la Seine. Soudain, un crissement de pneus se fait entendre, un homme est projeté par-dessus un pont et se retrouve directement dans la Seine. Un jeune homme voit la Seine et n’hésite pas un instant, il va secourir le malheureux, inconscient, et le ramène sur la berge. Lorsque Pierre se réveille, au bout de deux jours, il ne sait pas où il est – mais comprend vite qu’il est à l’hôpital en voyant le défilé d’infirmières et médecins dans sa chambre – et ne se souvient pas de ce qui lui est arrivé. Le personnel hospitalier ne sait pas pourquoi il est là, et lui concède juste que lorsqu’il a été admis il n’était « pas très frais » et était en robe de chambre. Un policier vient lui rendre visite et lui parle d’un accident… Pierre ne comprend toujours pas. Mais une chose est certaine : avec une jambe et le bassin abîmés (multiples fractures) il n’est pas près de quitter son lit ni cet hôpital… Il doit donc prendre son mal en patience, s’habituer à la nourriture peu ragoutante, aux soins, aux visites éclair du chirurgien, et commence à recevoir la visite de quelques proches… Bougon, limite « vieux con », Pierre n’est pas sorti de l’auberge… Ou plutôt de l’hôpital… Et va petit à petit se rendre compte qu’il est seul dans la vie, ou presque, et qu’il n’a pas un caractère des plus faciles… L’occasion de changer ?

La bande-annonce peut laisser présager d’une satyre du monde hospitalier, d’une comédie pure et dure sous forme de huis-clos, avec un enchaînement de répliques drôles et croustillantes. Il y a de cela oui, mais pas que. Comme d’habitude avec Jean Becker, le sujet est plus profond. Alors oui il y a des échanges et répliques savoureux, de vrais moments de comédie. Oui, le réalisateur se moque gentiment de certains aspects de l’hôpital. Mais tout cela n’est qu’un habillage, un décor, pour raconter la vie d’un homme endurci par la vie et des événements personnels difficiles, un homme qui s’est renfermé sur lui-même avec ses préjugés, bref un type pas franchement facile ni agréable à vivre. Or avec une jambe dans le plâtre et une interdiction de sortir de son lit pendant quelques temps, il doit s’ouvrir un peu aux autres… A son frère, aux infirmières, aux rares amis qui lui rendent visite, au jeune policier qui prend de ses nouvelles, au jeune prostitué qui lui a sauvé la vie, et même à la jeune ado incruste qui vient régulièrement squatter son ordinateur… Gérard Lanvin est fidèle à lui-même, étant tour à tour bougon, drôle, râleur, puis faisant preuve de compassion et même de tendresse. Un personnage aux multiples facettes joué à la perfection par cet acteur si talentueux. Autour de lui, on retrouve des personnages drôles (notamment l’inoubliable kiné joué par Philippe Rebbot), sympathiques (le frère joué par Jean-Pierre Darroussin, l’infirmière jouée par Claudia Tagbo…) et touchants (le flic joué par Fred Testot, le jeune prostitué joué par Swann Arlaud…). Et de bonnes surprises comme Anne-Sophie Lapix ou encore Daniel Guichard. On passe un très bon moment devant ce film, drôle et touchant, du pur Becker et du pur Lanvin.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :