Critique de Annabelle – La Maison Du Mal

Annabelle – La Maison Du Mal

4.6

Scénario

3.5/10

Casting

4.7/10

Réalisation

4.0/10

Bande originale

6.0/10

Les pour

  • De jolies musiques

Les contre

  • Simpliste
  • Scénario en mode publicité géante

Twitter : #Annabelle3

Titre VO : Annabelle Comes home

Réalisateur : Gary Dauberman

Acteurs : Vera Farmiga, Mckenna Grace, Patrick Wilson

Durée : 1H46

Date de sortie : 10 juillet 2019

C’est qu’à force, cela devient flagrant que James Wan n’est là que pour toucher son chèque sans quoi il serait devenu un mauvais producteur au point de saboter lui même son fameux Conjuring Universe.

Oui ce Annabelle 3 est mauvais.

Autant l’opus 2 nous laissait l’espoir d’un travail de qualité sur la franchise dérivée de Conjuring tant ce dernier était plaisant et réussi, autant ce nouveau volet est certainement ce qu’il y a de pire dans le domaine de l’horreur.

Tous les défauts du film d’horreur sans âme pour ado se retrouvent ici-même

Cela débute par un scénario qui doit clairement tenir sur un post it et qui plus est, est mal écrit en passant par un casting fatigué et un aspect mercantile à peine caché. Il n’y a absolument rien à attendre ici et de fait, rien à voir. La vérité est que le film est en réalité une grosse publicité même pas déguisée pour les éventuels Spin off à même de remplacer Annabelle quand celle-ci sera usée… soit maintenant !

Des samouraïs tueurs, un loup-garou, une mariée parce que cela fait toujours flipper et même un jeu de société démoniaque pour ne citer que quelques un des monstres rencontrés dans le film et jamais développés. Voilà ce à quoi il faut s’attendre et pour certains avec seulement un temps de présence de 2 minutes à l’écran. En même temps faudrait pas se priver d’un origin story sur chacun d’entre eux dans les années à venir.

Le film ne cherche jamais à developer quoi que ce soit et s’amuse simplement à enchaîner les jumpscares non stop. Évidement il y a un public pour ça mais quand il n’y a rien derrière et bien c’est très réducteur et peu respectueux du public.

Le casting se compose essentiellement de deux jeunes filles sexy à qui on a demandé de crier non stop, d’une gamine qui sur-joue les torturées et enfin on retrouve Vera Farmiga et Patrick Wilson qui malheureusement semblent être à court d’idées et rejouent encore et encore la même chose que dans les Conjuring. Tout ce qui rendait intéressant leurs personnages semble aujourd’hui un peu sur-joué avec les mêmes regards, le même ton dans la voix et ainsi de suite.

La réalisation est évidement épileptique pour nous faire sursauter et prévisible non stop si bien que parfois certains JumpScares tombent clairement à plat.

Point positif du film, la bande originale assez sympa même si elle ne sera en rien mémorable non plus.

La saga Annabelle comprend donc 1 bon film perdu entre deux navets et clairement on espère que c’est le dernier, car ce qui faisait la force de la saga Conjuring commence à se perdre au point que l’on n’y croit absolument plus. La corde est usée et Warner continue de tirer dessus.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :