Critique : Comancheria

Comancheria

7.8

Scénario

7.5/10

Acteurs

8.5/10

Réalisation

7.5/10

Bande originale

7.5/10

Les pour

  • Un casting parfait
  • Un réalisme poignant

Les contre

  • On a tendance parfois à deviner d'avance le déroulement de l'histoire

#Twitter : #Comancheria @WildBunch

Réalisateur : David Mackenzie

Acteurs : Chris Pine, Ben Foster, Jeff Bridges

Date de sortie : 7 septembre

Durée: 1h42min

Dans l’Ouest du Texas, Toby et Tanner Howard, deux frères, se lancent dans une série de braquages dans les agences d’une même compagnie de banque qui menace de s’emparer de la ferme de leur mère récemment décédée s’ils ne remboursent pas une certaine somme. Pour se faire, les frères ont donc choisi de se servir à la source.
Avec Comancheria, David Mackenzie nous offre un très bon scénario. Simple et efficace, celui-ci a pour force d’être très crédible et en plus très d’actualité. De ce fait, on a du mal à prendre partie entre l’honnêteté représenté par les Texas Rangers et les pauvres exploités (les deux frères) qui veulent se venger de la banque qui les a arnaqué.
comancheria-casting-01

Le casting est magnifique. Jeff Bridges a comme très souvent un rôle qui lui colle à la peau. Son être entier est au service de son interprétation et même le ton de sa voix est maîtrisé. Son collègue Texas Ranger est interprété par Gil Birmingham qu’on connaît pour la plupart grâce à son passage dans la saga Twilight. Ils forment avec Bridges un parfait duo où chacun s’amuse à charrier l’autre à coup de vannes principalement racistes mais toujours sur le ton de la plaisanterie.

Pour jouer les deux braqueurs de banque, on a la chance d’avoir Chris Pine et Ben Foster qui avait déjà eu l’occasion, il y a peu, de jouer ensemble dans The Finest Hours. Résultat le charme opère parfaitement et on croit à ce duo de frère prêt à tout pour se protéger l’un l’autre. Pour finir, certains petits rôles complètent l’affiche et restent mémorables pour certains comme la serveuse âgée d’un petit restaurant qui ne garde pas sa langue dans la poche.
Côté réalisation, David Mackenzie a choisi de rester sobre. Il n’y a pas de gros mouvement de caméra pour imposer une tension durant l’action des braquages. On suit tranquillement les personnages, on s’attache à eux et c’est un peu ça qui fait qu’on n’arrivera jamais à prendre parti pour un duo. On sent le réalisme de cette histoire. L’équipe du film aura bien pris le temps de faire ses recherches, de se rendre sur le terrain décrit dans le scénario, et aura eu notamment la chance de tourner dans une véritable banque pour un des hold-up.

Conclusion, Comancheria est un film à voir car il ne vous laissera pas indifférent.

2 commentaires sur Critique : Comancheria

  1. Bonjour zickma…

    Un très bel article qui donne vraiment envie de suivre ces deux frères qui veulent sauvegarder la ferme de leur mère et se venger dd la banque qui les a arnaquer. ..un très beau duo d’acteurs. ..a voir. ..je participe avec plaisir
    .

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :