Critique : Christine

Christine

6.4

Scénario

5.0/10

Acteurs

10.0/10

Réalisation

4.5/10

Bande originale

6.0/10

Les pour

  • Rebecca Hall crève l'écran

Les contre

  • L'histoire est intéressante, mais parfois mal amenée
  • Le fil est un peu trop lent

#Twitter : #Christine

Réalisateur : Antonio Campos

Acteurs : Rebecca Hall, Michael C.Hall, Maria Dizzia

Date de sortie : prochainement

Durée: 1h59min

Synopsis :

1974, Sarasota, Floride. Christine est une journaliste ambitieuse, âgée de 29 ans, sûre de ses compétences et persuadée de réussir dans le métier. Mais le parcours d’une femme déterminée à faire carrière dans les années 1970 n’est pas sans obstacles. La concurrence pour obtenir une promotion est féroce et la crise identitaire n’est jamais loin, surtout si l’on nourrit, comme Christine, un amour non partagé pour un collègue de travail et que l’on mène une vie familiale tumultueuse. Lorsque la chaîne de télévision WZRB change de ligne éditoriale en décidant de passer davantage de « sensationnel » à l’antenne – en rupture totale avec l’implication journalistique de la jeune femme dans des sujets plus « sérieux » – Christine réussit pourtant à ne pas perdre de vue les objectifs qui sont les siens, tout en surmontant ses doutes et en donnant à voir ce que les gens attendent.

christine

Présenté cette année à Deauville, la 4ème réalisation d’Antonio Campos divise. Christine traite des médias (plus particulièrement des journaux télévisées qui cherchent à tout prix à faire dans le « sensationnel » pour remonter leurs audiences), de la peur de l’échec, de la dépression et du suicide (entre autres). Le réalisateur avait là un sujet déjà traité (par exemple avec l’excellent Night Call sur certains aspects), et avait de quoi proposer quelque chose d’excellent. Il n’en sera finalement rien.

christine
Pour ce qui est du casting, Rebecca Hall crève l’écran, l’actrice est impressionnante, on la sent très investie et sauve très largement les meubles avec son interprétation magnifique et tragique. Michael C. Hall est bien loin de son rôle de Dexter et l’acteur s’en sort vraiment bien. Maria Dizzia est superbe et J. Smith-Cameron n’est pas en reste non plus.

christine-3Antonio Campos se loupe sur plusieurs choses, mais réussi à garder quelques bonnes surprises. Tout d’abord, le réalisateur réussi à éviter les clichés. Ensuite, l’ambition, presque malsaine, de Christine et sa profonde dépression sont bien traitées, on ressent et l’on peut voir à quel point le personnage souffre (notamment avec son autre problème de santé) et intériorise. A côté de ces bonnes choses, le film prend trop son temps et 15 bonnes minutes seraient à enlever, le rythme est un peu trop lent et les premières longueurs se font déjà ressentir dès la première heure passée.

Tiré d’une histoire vraie et tragique, Christine aurait pu faire mieux, mais se défend bien sur plusieurs choses. De plus, (qu’on connaisse, ou non l’histoire) le dénouement est assez impressionnant et inattendu.

christine-2

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :