Champs-Elysées film festival 2020 : Découvrez les longs métrages en compétition

Ça y est, la 9ème édition du Champs-Elysées film festival se dévoile en même temps que l’ouverture des inscriptions afin de participer à cette édition 100% online et 100% gratuite en raison des restrictions sanitaires actuelles.

Spécialisé dans le cinéma indépendant depuis ses débuts, cette année se verra donc concourir des films venus du monde entier dans la catégorie US, mais aussi des films made in France dans les deux grandes compétitions de ce festival.

Découvrons les films en compétition longs pour cette 9ème édition.

Du côté du cinéma Français

À L’ABORDAGE

Réalisé par Guillaume Brac avec Éric Nantchouang, Salif Cissé, Édouard Sulpice…

Paris, un soir au mois d’août. Un garçon rencontre une fille. Ils ont le même âge, mais n’appartiennent pas au même monde. Félix travaille, Alma part en vacances le lendemain. Qu’à cela ne tienne. Félix décide de rejoindre Alma à l’autre bout de la France. Par surprise. Il embarque son ami Chérif, parce qu’à deux c’est plus drôle. Et comme ils n’ont pas de voiture, ils font le voyage avec Édouard. Évidemment, rien ne se passe comme prévu. Peut-il en être autrement quand on prend ses rêves pour la réalité ?

GRÈVE OU CRÈVE

Réalisé par Jonathan Rescigno

En décembre 1995 débute l’un des plus violents combats pour la justice sociale de l’histoire contemporaine française. Un millier de mineurs descendent dans les rues dans une lutte sans merci contre le gouvernement pour conserver leurs droits.
Vingt ans plus tard, la désindustrialisation couplée à une muséification éclair de leur histoire voudrait avoir amputé le peuple de son sens de la lutte.
Grève ou crève est composé de vidéos d’archives exclusives de cette époque, filmées au cœur des grèves, et d’images des habitants actuels de la ville. Le film dépeint le portrait de deux générations qui se battent, corps et âme et pour lesquelles le combat n’a jamais cessé, malgré les apparences.

LA NUIT VENUE

Réalisé par Frédéric Farrucci avec Guang Huo, Camélia Jordana, Xun Liang…

Paris 2018. Jin, jeune immigré sans papiers, est un chauffeur de VTC soumis à la mafia chinoise depuis son arrivée en France, il y a cinq ans. Cet ancien DJ, passionné d’électro, est sur le point de solder « sa dette » en multipliant les heures de conduite. Une nuit, au sortir d’une boîte, une troublante jeune femme, Naomi, monte à bord de sa berline. Intriguée par Jin et entêtée par sa musique, elle lui propose d’être son chauffeur attitré pour ses virées nocturnes. Au fil de leurs courses dans la ville interlope, une histoire naît entre ces deux noctambules solitaires et pousse Jin à enfreindre les règles du milieu.

LOS CONDUCTOS

Réalisé par Camilo Restrepo avec Luis Felipe Lozano, Fernando Úsaga Higuíta, Camilo Restrepo

Librement inspiré d’une histoire réelle.
Medellín, Colombie.
Pinky est en fuite. Il vient de se libérer de l’emprise d’une secte religieuse. Il se trouve un abri de fortune et un petit boulot dans une fabrique de t-shirts. Trompé par sa propre foi, il questionne tout.
Mais alors qu’il tente de reconstruire sa vie, il est bientôt rattrapé par des réminiscences violentes qui demandent Revanche.

RETIENS JOHNNY

Réalisé par Simon Depardon, Baptiste Drouillac, Arthur Verret

À la mort de Johnny Hallyday en décembre 2017, des milliers de fans, orphelins, éprouvent le besoin de se réunir pour faire revivre leur idole. À leur demande, l’église de la Madeleine ouvre ses portes et organise chaque mois, un hommage à l’intention du chanteur disparu.

LE KIOSQUE

Réalisé par Alexandra Pianelli avec Marie-Laurence Fay, Gérard Jacq, Christiane Rémoleur…

Le Kiosque est le journal filmé d’Alexandra, jeune plasticienne venue prêter main forte à sa mère, vendeuse de journaux dans un quartier chic de Paris. De la découverte du métier à la complicité qui se noue avec la clientèle, la réalisatrice joue à la marchande, comme dans un vieux rêve d’enfant. Derrière la caisse, où se succèdent depuis un siècle les membres de sa famille, Alexandra s’amuse à enregistrer le monde comme il va avec son téléphone. Mais la presse papier est en crise et ce petit jeu s’avère finalement plus compliqué que prévu…

Du côté du cinéma US

17 BLOCKS

Réalisé par Davy Rothbart

En 1999, Emmanuel Sanford-Durant, 19 ans, et sa famille de Washington, D.C., commencent à filmer leur quotidien dans le quartier le plus dangereux des États-Unis, juste à 17 pâtés de maison du Capitole. Ils n’ont pas arrêté de filmer depuis. Réalisé dans une unique collaboration avec le réalisateur et journaliste Davy Rothbart, le film se concentre sur quatre générations de la famille Sanford, incluant Emmanuel, un étudiant prometteur, son frère Smurf, un dealer local, sa sœur Denice, une future policière et sa mère Cheryl, qui doit vaincre ses propres démons pour faire prospérer sa famille. Sur une période de deux décennies, 17 BLOCKS nous éclaire sur la crise actuelle d’une nation à travers une saga familiale profondément personnelle, brute et émouvante.

BLOODY NOSE, EMPTY POCKETS

Réalisé par Bill & Turner Ross avec Michael Martin, Cheryl Fink, Marc Paradis…

Dans l’ombre des lumières vives de Las Vegas, sonne le dernier appel d’un bar de quartier affectueusement connu sous le nom de Roaring 20s. Prémices d’une histoire où la réalité semble aussi irréelle que le monde extérieur duquel les habitués du bar s’échappent. Bloody Nose, Empty Pockets est une mosaïque de vies disparates, où chacun vacille entre dignité et débauche, se remémore son passé face à un avenir incertain, et continue de chanter tandis que sombre le navire.
Le duo de réalisateurs Bill et Turner Ross (Western, 2015, Festival de Sundance) revient avec un portrait élégiaque d’un monde minuscule qui disparaît peu à peu, mais qui chaud encore, continue de battre au rythme réconfortant d’une communauté. Leur captivante approche de la narration non-fictionnelle crée une mémoire brumeuse d’expériences égarées parmi les verres vides et les bouffées de cigarettes.

CRESTONE

Réalisé par Marnie Ellen Hertzler avec Champloo Sloppy, SADBOYTRAPPS, A.M. The A1, RyBundy

Dans un monde oscillant entre réalité et fiction, numérique et physique, un groupe de rappeurs œuvrant sur SoundCloud vit une existence post-sociétale et solitaire dans la ville de Crestone, en plein désert du Colorado. Jadis une Mecque religieuse et spirituelle, ses dunes infinies, ses cascades et ses grottes sombres constituent désormais une toile de fond pour les images de corps tatoués, de garde-robes fantaisistes et de nuages de fumées d’herbe. Crestone explore les aspects souvent dissimulés de la coopération et de l’amitié, mais aussi le désir humain d’avancer contre vents et marées.
À quoi ressemblerait la musique s’il n’y avait plus personne pour la partager ?

SLOW MACHINE

Réalisé par Paul Felten & Joe DeNardo avec Stephanie Hayes, Chloë Sevigny, Scott Shepherd, Eleanor Friedberger…

Stephanie, notre héroïne, est une actrice résidant dans le New York d’aujourd’hui. C’est une personne vibrante et tourmentée pour qui chaque rencontre contient la promesse d’un potentiel changement de vie. Professionnellement, Stephanie traverse un passage à vide, comme en connaissent régulièrement la plupart des artistes. Apparaît alors Gerard, un expert dans la lutte anti-terroriste de la police new-yorkaise, passionné de petites productions théâtrales et probablement fou. Les deux entretiennent une amourette malsaine qui n’aboutit à… rien. Stephanie doit rompre, rapidement. Elle s’enfuit vers le nord avec Jim, un homme un peu louche qui possède un van et qui se trouve être l’ingénieur son du groupe de musique d’Eleanor Friedberger. Le groupe enregistre un disque dans une maison délabrée. Stephanie reste là, écoute, repousse les avances de Jim et essaie de tenir le coup. Elle finit par craquer et retourne en ville, obligée de faire face aux conséquences de sa rencontre avec Gérard.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :