Cette semaine dans les salles

Une semaine où Coco devrait s’imposer sans oublier les autres films. Bon choix et bonnes séances.

  • Bad Moms 2 (Metropolitan FilmExport ~197 copies) Deuxième film des co-réalisateurs Scott Moore et Jon Lucas, à sortir en France après Bad Moms (341.3k). Les deux compères étaient auparavant scénaristes entre autres sur Very Bad Trip (2M) et Echange Standard (141.6k).

Comme toutes les mères de famille, Amy, Kiki et Carla angoissent à l’approche de Noël.
Entre les cadeaux, la cuisine, la décoration, l’organisation et la préparation, c’est toujours les mêmes qui s’y collent… Et pour compliquer les choses, leurs propres mères, exigeantes et critiques, s’invitent à la fête !
Au bout du rouleau, elles décident de prendre les choses en main et de s’éclater. Cette année l’esprit de noël va sérieusement trinquer…

 

  • Le Bonhomme De Neige (Universal Pictures International France) Nouveau long de Tomas Alfredson après Morse (29.9k) et La Taupe (632.5k). Le film est l’adaptation du roman éponyme de Jo Nesbo.

Lorsque le détective d’une section d’élite enquête sur la disparition d’une victime lors des premières neiges de l’hiver, il craint qu’un serial killer recherché n’ait encore frappé. Avec l’aide d’une brillante recrue, il va tenter d’établir un lien entre des dizaines de cas non élucidés et la brutalité de ce dernier crime afin de mettre un terme à ce fléau, avant la tombée des prochaines neiges.
CRITIQUE

 

  • C’Est Tout Pour Moi (UGC Distribution) Premier long de Nawell Madani et Ludovic Colbeau Justin.

Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père.
Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve…
Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes.
A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste.
Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père.
AVANT-PREMIERE

 

  • Plonger (Mars Films ~118 copies) Quatrième long de Mélanie Laurent après Les Adoptés (175.4k), Respire (229.6k) et Demain (1M). Le film est adapté du roman éponyme de Christophe Ono Dit Biot.

C’est l’histoire d‘un amour total entre César et Paz.
Paz, photographe espagnole, nourrit une soif de rencontres, d’expériences et de voyages, alors que César, ex-grand reporter de guerre, souhaite à l’inverse s’extraire du tumulte du monde.
Paz est enceinte, cette perspective l’angoisse, l’étouffe. Elle semble s’éloigner chaque jour un peu plus de César, comme obsédée par quelque chose qui lui échappe.
Jusqu’au jour où elle disparait, laissant son enfant et César sans véritable explication.

 

  • 12 Jours (Wildbunch Distribution ~71 copies) Nouveau documentaire de Raymond Depardon dont le meilleur score estLa Vie Moderne (295.3k) et qui reste sur Journal De France (61.7k) et Les Habitants (78.9k).

Avant 12 jours, les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement sont présentées en audience, d’un côté un juge, de l’autre un patient, entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et de la vie.

 

  • La Villa (Diaphana Distribution ~195 copies) Nouveau long de Robert Guediguian dont les meilleurs scores sont Marius Et Jeannette (2.65M), Les Neiges du Kilimandjaro (715.8k), Le Promeneur du Champ De Mars (588k), Marie Jo Et ses Deux Amours (571.9k) et L’Armée Du Crime (438k). Au casting, on retrouve ses acteurs habituels dont Ariane Ascaride et Jean Pierre Darroussin.

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

 

  • La Promesse (Films Sans Frontières) Nouveau long de Terry George après Hotel Rwanda (169.7k).

1914,  la Grande Guerre menace d’éclater tandis que s’effondre le puissant Empire Ottoman. À Constantinople, Michael, jeune étudiant arménien en médecine et Chris, reporter photographe américain, se disputent les faveurs de la belle Ana. Tandis que l’Empire s’en prend violemment aux minorités ethniques sur son territoire, ils doivent unir leurs forces pour tenir une seule promesse : survivre et témoigner.

 

  • Tout Mais Pas Ca (Saje Distribution) Premier long de Edoardo Maria Falcone récompensé par le David di Donatello du meilleur réalisateur débutant en 2015.

Tommaso, la cinquantaine, est un chirurgien reconnu. Avec son épouse Carla, ils ont élevé leurs enfants dans un esprit de laïcité. Or voilà qu’Andrea, son fils, annonce son intention de devenir prêtre. Tommaso est bien décidé à le « libérer » de son influence, coûte que coute…
CRITIQUE

 

  • Alba (Sokol Films) Premier long d’Ana Cristina Barragán.

Alba a onze ans. Elle ne parle pas beaucoup et aime les petits animaux. Elle a appris à s’occuper de sa mère, très malade. Elle l’aide à aller aux toilettes la nuit, la coiffe et a même pris l’habitude de jouer en silence pour la laisser se reposer pendant la journée. Une nuit, l’état de sa mère s’empire et requiert son hospitalisation. Personne ne peut s’occuper d’Alba qui doit aller vivre chez son père. Elle ne l’a pas vu depuis ses trois ans. Igor est un homme très solitaire qui vit comme un ermite. Il travaille dans les bureaux de l’État Civil et s’est retiré dans une petite maison après s’être séparé de sa famille. La cohabitation avec son père est très difficile pour Alba car ce dernier lui rappelle tout ce dont elle a peur. La honte, les premiers baisers, les visites à l’hôpital, les tendres tentatives de rapprochement d’Igor et le bizutage à l’école accompagnent Alba dans son voyage vers l’adolescence et l’acceptation de soi.

 

  • The Long Excuse (Mag Distribution) La réalisatrice japonaise Miwa Nishikawa adapte son propre livre.

Sachio, romancier aussi célèbre que cynique, est marié à Natsuko mais il y a bien longtemps que leur amour s’est envolé. Yoichi est l’époux de Yuki, la meilleure amie de Natsuko. Chauffeur routier, il s’use à la tâche pour faire le bonheur de son épouse adorée et de leurs deux enfants. Les deux amies périssent brutalement lors d’un accident de bus. A l’image de leurs vies, la réaction des deux hommes sera opposée. Quand Sachio ne ressent aucune tristesse et doit feindre l’affliction, Yoichi est inconsolable. Bouleversé par le chagrin de ce dernier, Sachio lui propose son aide. Face au quotidien humble et difficile de cette famille, l’écrivain va peu à peu s’ouvrir à la compassion et à l’altérité, et réalisera la perte qu’est la mort de sa femme.

 

  • Muse (The Jokers) Nouveau long de Jaume Balaguero dont les meilleurs scores sont Rec (544.3k), Rec 2 (493.4k) et Rec 4 Apocalypse (256.6k).

Samuel Salomon, un professeur de littérature, s’est absenté durant 1 an après le décès de sa fiancée. Depuis, chaque nuit, il fait un cauchemar dans lequel une femme est assassinée selon un étrange rituel. Quand cette femme est retrouvée morte dans la même position que le rêve de Samuel, ce dernier décide de se rendre sur la scène du crime. Il y fait la rencontre de Rachel, qui fait chaque nuit le même rêve que lui. Ensemble ils vont tenter de découvrir l’identité de cette mystérieuse femme et entrer dans un monde terrifiant contrôlé par Les Muses.

 

  • Les Moomins Attendent Noël (Les Films Du Préau) Retour des personnages créés par Tove Jansson (1914-2001) déjà adapté sur la toile avec Moomin Et La Folle Aventure De L’Eté (25.3k), Les Moomins Et La Chasse A La Comète (14.1k) et Les Moomins Sur La Riviera (33.5k).

La famille Moomins vit quelque part dans une vallée reculée de Finlande. Petits bonhommes tout en rondeur, inspirés des traditionnels trolls, ils ressemblent à des hippopotames. Tolérants, aventureux et épris de liberté, ils accueillent dans leur maison beaucoup d’invités qui restent le temps qu’ils le souhaitent…

 

  • Rey L’Histoire Du Français Qui Voulait Devenir Roi De Patagonie (Damned Distribution) Un long de Niles Atallah sur l’histoire d’Antoine De Tounens.

En 1860, un avocat français rêvait de devenir roi de Patagonie. Et il y parvint presque.

 

  • Problemski Hotel (Wayna Pitch) Un long de Manu Riche adapté du roman éponyme de Dimitri Verlhust

Quelque part dans un immeuble désaffecté de Bruxelles, un groupe de réfugiés, sans papier, essayent de trouver leur place en bordure du monde. Ils se laissent flotter, couler, rêver.

 

  • Vienne Avant La Nuit (Vendredi distribution) Documentaire de Robert Bober adapté de son livre éponyme.

Le documentariste Robert Bober ravive la mémoire de son arrière-grand-père parti de Pologne pour s’installer dans une Vienne moderne et cosmopolite, celle de Stefan Zweig, Joseph Roth, Arthur Schnitzler, à la veille de la montée en puissance du national-socialisme qui mettra fin à cette capitale culturelle.

 

  • Editeur (Norte Distribution) Documentaire de Paul Otchakovsky Laurens.

Pourquoi les uns écrivent et pourquoi d’autres les éditent ? Qu’est-ce qui pousse les uns à confier le plus cher d’eux-mêmes, le plus intime, à d’autres qui vont s’en emparer au prétexte de le faire connaître ? Qu’est-ce que ça veut dire, éditer des livres ? Ou en refuser ? Comment et pourquoi devient-on éditeur ? Parce qu’on est un philanthrope, un pervers ? Pour attacher son nom a plus grand que soi ? Parce qu’on est un enfant qui n’a pas grandi ?

 

  • Les Résistants Du Train Fantôme (Les Découvertes Du Saint André) Documentaire de Jorge Amat.

Qu’est-ce que le « Train Fantôme » ? L’un des derniers convois de déportés, qui mit près de deux mois, depuis son premier départ de Toulouse, à transporter sa cargaison de prisonniers vers Dachau. Cela, en juillet et août 1944, alors que la France se libérait, que l’aviation alliée bombardait les gares et les voies ferrées, que les maquis faisaient sauter les ponts, sabotaient les rails. Ce nom de « Train Fantôme » lui fut donné très tôt, parce qu’il ne cessait d’apparaître, de disparaître, de s’évanouir dans la nuit, de se recomposer, de réapparaître, avec son chargement de damnés, un peu comme le vaisseau fantôme des légendes.
Un train où furent entassés, dans des wagons à bestiaux, autour de 750 déportés, dont une soixantaine de femmes, presque tous résistants, et de toutes les nationalités d’Europe, livrés par la police française aux Allemands.
Aucun convoi de déportation n’a mis aussi longtemps à atteindre sa destination. Aucun, non plus, n’a compté autant d’évasions (autour de 200).
536 déportés de ce convoi ont été immatriculés à leur arrivée à Dachau – dont près de la moitié n’a pas survécu à l’enfer des camps.

 

  • Padvamati (Aanna Films) Nouveau long de Sanjay Leela Bhansali après Devdas (101.9k), Black (1.8k) et Saawariya (3.2k).

La légende de Padmavati, reine de Mewar au début du 14ème siècle. Elle était connue bien sûr pour sa beauté, mais surtout pour son courage face à l’envahisseur qui assiégeait son royaume.

  • Coco (The Walt Disney Company France) Nouvelle Réalisation de Lee Unkrich aprèsToy Story 2(4.53M), Monstres & Cie (3.53M), Le Monde De Némo (9.38M), Toy Story 3 (4.36M) et Le Monde De Némo 3D (241.2k). Ce disney de fin d’année est sorti en avant-première à Paris au Grand Rex.tout comme Vaiana La Légende Du Bout Du Monde (5.66M).

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…
CRITIQUE

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :