Critique de Une Jeune Fille Qui Va Bien

Une Jeune Fille Qui Va Bien

10

Réalisation

10.0/10

Scénario

10.0/10

Casting

10.0/10

Les pour

  • Une véritable pépite de mise en scène
  • Un très bon casting
  • Un scénario maîtrisé

Twitter : #UneJeuneFilleQuiVaBien @AdVitam_distrib

Réalisation : Sandrine Kiberlain

Casting : Rebecca Marder, André Marcon, Anthony Bajon

Durée : 1h38

Date de sortie : 26 janvier 2022

Coup de cœur au dernier Arras Film Festival, Une Jeune Fille Qui Va bien débarque enfin en salles le 26 janvier 2022 et on vous encourage vivement à aller le voir.

Sandrine Kiberlain est connue pour sa grande carrière en tant qu’actrice mais cette fois ci elle s’exerce dans le rôle de réalisatrice et ça lui réussit parfaitement. Son premier long métrage est une véritable pépite.

A travers le regard d’Irène, jeune fille de 19 ans, on va découvrir l’insouciance de la jeunesse et son parcours dans le désir de devenir actrice dans un contexte qui ne lui apportera pas de la chance. Car oui, Irène est juive et l’histoire se déroule en été 1942. Malgré la pression du quotidien, la jeune fille garde le sourire, veut pointer du doigt le positif et rester Une Jeune Fille Qui Va Bien. C’est là toute la force du film. Créer cette tension progressive tout en déroulant le chemin de cette personne à qui on voudrait souhaiter tout le bonheur du monde et qui malheureusement, on le sait, ne pourra sans doute pas l’atteindre.

Kiberlain entreprend d’ajouter par petite touche les contraintes du quotidien, imposées par le régime nazi. D’ailleurs dès le début du film, les costumes et les décors nous ne font pas réaliser tout de suite l’époque dans laquelle on est. Comme si l’histoire pourrait se dérouler aujourd’hui au 21ème siècle. Puis on comprend au fur et à mesure le contexte et c’est là qu’on est frappé de plein fouet par le drame silencieux.

Le choix du casting est également une belle pépite. Rebecca Marder est une révélation avec ce premier grand rôle même si on n’a déjà pu la croiser dans d’autres films comme La Daronne ou Seize Printemps. Son jeu convient parfaitement à son personnage innocent et plein de vie. En face, on a le plaisir de revoir Anthony Bajon qui campe le frère avec justesse. Et on restera marqué par la grand mère incarnée par Françoise Widhoff qui est simplement splendide et qui a su mettre en avant le caractère de cette femme voulant conserver ses valeurs.

Vous l’aurez compris, on a adoré Une Jeune Fille Qui Va Bien de la première à la dernière seconde qui vous laissera un sentiment d’effroi dans son dernier souffle. Alors n’hésitez plus et prenez votre ticket. En plus le film a une durée parfaite, 1h38 et ces derniers temps c’est rare.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :