Critique de Jersey Boys

Avis:

Twitter: #Jerseyboys @CEfilmfestival @warnerbrosfr

Acteurs: John Lloyd YoungChristopher WalkenErich Bergen, Vincent Piazza, Michael Lomenda, Freya Tingley, Kathrine Narducci

Réalisateur : Clint Eastwood

Date de sortie: 18 juin 2014 (2h14min) 

projection Champs Elysées film festival: 16 juin – Gaumont Marignan

Jersey Boys Critique4

Critique positive de Chris

Quand j’ai su que j’allais aller voir le film Jersey Boys, j’ai rédigé un article sur la bande originale du film, survolé un peu l’histoire du groupe si bien que j’avais un peu révisé mes classiques avant cette projection.

JERSEY BOYSEt pourtant, j’ai quand même appris quelques petites choses sur le groupe et plus particulièrement sur Frankie Valli que je connaissais assez mal. Tout l’intérêt de ce film est de bien entendu en apprendre plus sur le groupe mais surtout sur le lead singer et vedette du groupe Frankie Valli. De ce point de vue là, Clint Eastwood parvient largement à rendre ses personnages attachants, même si sans doute limité par le matériau de base (le musical de Broadway) on se retrouve quand même avec un sentiment de trop peu. Comme souvent dans des biographies, on se contente de ne parler que d’une partie de l’histoire et c’est une des choses qui me frustre toujours, à savoir ce sentiment de trop peu.

Totalement zapée, les années 80, les années 2000 (le film se termine en 1990) et certaines partis de l’histoire du groupe à peine évoquées, voir totalement supprimée tel le rachat des morceaux du groupe, la faillite de leur première maison de disque, les carrières sous d’autres noms etc….

Jersey Boys Critique3

C’est d’autant plus dommage que le début du film sur les prémisses du groupe se veulent un peu longuets et que cela aurait été plus agréable de raccourcir ceci et de montrer plus le dessous du show-business au travers de la vie de Valli car soyons clair, même si ce film parle des 4 seasons, c’est avant tout un film sur Frankie Valli, le chanteur au grand cœur.

Jersey Boys Critique2Sans trop connaître sa vie, on remarquera que dans cette vision, Frankie Valli est vraiment un être sensiblement parfait et que même lorsqu’il ne peut assurer son rôle de père ou d’époux, ce n’est jamais vraiment de sa faute et il a toujours une bonne raison (que vous découvrirez dans le film) et celà risque d’ennuyer certaines personnes de voir finalement qu’il a eu une jeunesse assez simple, pour ainsi dire toute propre et sans vraiment d’ennuis contrairement aux autres membres du group dont Tommy DeVito qui était un peu le Bad Guy de la bande.

Hormis ces deux, trois petites choses, le film offre une très belle histoire agrémentée qui plus est de très agréables chansons et contrairement aux apparences, ce n’est pas une comédie musicale car les chansons ne font pas spécialement avancer l’histoire comme un Grease pour ne citer que celui ci.

Quant aux personnes n’étant pas spécialement intéressées par les 4 seasons ou Frankie Valli, le film pourrait tout aussi bien être sur d’autres personnes et il ne faut absolument pas obligatoirement être fan du groupe pour apprécier l’histoire. Encore un très bon point d’ailleurs.

Au final je suis donc sorti du film avec une belle patate (le final y contribue grandement) et cela m’a donné envie d’en apprendre plus encore sur Frankie Valli. Le musical de Broadway me donne plus que jamais envie maintenant et pour ça, le film de Clint Eastwood est une grande réussite.

Critique négative de Charly

C’est assez rare mais voici un film dont je n’avais lu aucun résumé ni vu aucun trailer. Une surprise totale donc ? Pas exactement.

Cela fait une petite période déjà que je suis sceptique à tous les films que ce bon vieux Eastwood nous propose (en tant que réal , pour ce qui concerne l’acteur c’est une toute autre chose) et à la sortie de la projection de celui-ci … Et bien je me dis que ce n’est parti pour changer.

Je m’explique : il livre ici , je pense , un film vraiment personnel dans le sens où contrairement à des films comme Gran Torino ou Invictus , il s’adresse beaucoup plus à un public spécifique qui aurait connu plus ou moins l’atmosphère américaine très kitsch’ dont il est question ici.

Donc en ce qui me concerne, je ne connais pas le groupe dont l’histoire nous est contée et encore moins leurs chansons (à l’exception de « Can’t take my eyes off of you » que j’ai été assez surpris de trouver là).

J’ai clairement été à me demander ce que je regardais par moment puisque je n’avais aucune idée d’où Clint Eastwood voulait nous emmener . Après 2 heures, j’ai eu ma réponse : pas très loin.

C’est un énième film, comme le dit si bien Chris, qui retrace une partie des événements du sujet et non pas l’histoire complète. Et c’est clairement agaçant. 

Still from Jersey Boys

Je suis sorti du film de la même façon que j’y suis entré, en ayant l’impression de n’avoir vu qu’une partie de documentaire sur un groupe mais rien sur le fait que leur symbole, leur image perdure encore aujourd’hui. 

Donc outre ce fait que le film n’ait pas le moindre intérêt à mes yeux, reste tout de même la mise en scène, les acteurs etc…
Et je dis : mouais. Bof. 

Comme je l’ai déjà dit, c’est très kitsch, la photographie quelque peu granuleuse (qu’Eastwood avait déjà utilisée dans J.Edgar avec un rendu absolument dégueulasse)  est vraiment repoussante pour un film de ce style. 

Dur de se concentrer sur les acteurs puisqu’ils sont assez méconnus même si John Lloyd Young tire un peu son épingle du jeu. 
Reste les musiques qui ne sont pas incroyables mais un peu divertissantes pour certaines (encore faut-il les connaître et c’est la le problème).

En gros, JERSEY BOYS n’est pas un mauvais film, loin de là mais rien de plus la preuve que la vision d’Eastwood touche de moins en moins l’universalité pour se concentrer sur un public assez restreint et spécifique. Lorsqu’on n’en fait pas partie, il n’y a malheureusement plus grand chose à dire et on ferait mieux de retourner voir ses premières réalisations, comme UN MONDE PARFAIT par exemple.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :