Critique de Dallas buyers Club

Avis:

Twitter: #dallasbuyersclub @ugcdistribution

Acteurs: Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto

Réalisateur : Jean-Marc Vallée

Date de sortie:

Bande annonce: 

Jusqu’où faut-il aller pour un rôle… Voilà clairement la question que l’on se pose à la vision de Dallas buyers club tant la transformation physique de Matthew McConaughey est dérangeante.

dallas buyers club

En effet on peut parler de performance physique, de talent d’acteur et d’investissement de soi et tous les compliments qui vont aller avec seront amplement mérités le concernant mais je dois admettre avoir été quelque peu dérangé par le rôle. En effet sur plusieurs passages on a cette impression étrange d’être un peu voyeur et ce de façon malsaine, car on fini plus par se sentir mal à l’aise devant la maladie et c’est un sentiment désagréable. Après cela joue sur la sensibilité de chacun bien entendu mais la peine qui m’aura envahi vis à vis du personnage me fait dire que j’aurais énormément de difficulté à affronter ce genre de choses au quotidien.

Autant le dire de suite, voir quelqu’un que l’on a l’habitude de voir en grande forme être aussi métamorphosé nous fait tellement mal que l’on souffre littéralement avec lui.  C’est un peu le problème aujourd’hui avec le cinéma, c’est que certains acteurs font finalement un peu partie de notre vie et un peu comme l’on verrait un membre de notre famille souffrir autant de la maladie, on a mal pour l’acteur.

dallas buyers club02Mais il n’est pas le seul à avoir donné autant au personnage et Jared Leto qui est vu ici comme second rôle est parvenu à me toucher bien plus que Matthew McConaughey, car il apporte bien plus de subtilité à son personnage tout en nous le rendant attachant, chose loin d’être évidente avec un tel rôle. Selon moi et malgré la performance de Matthew McConaughey, c’est clairement Jared Leto qui emporte le film et montre une fois encore combien c’est un très grand acteur.

Je terminerai de parler sur  les personnages en disant qu’il est évident que ce choix de rôle et cet investissement peut être vu comme un cri envers le public plus stricte et les gens du métier pour prouver quelque chose, un peu comme pour montrer qu’un acteur de comédie légère peut être bien plus qu’un amuseur de service mais à ce jeu là McConoghey l’avait déjà prouvé dans des films comme « le loup de wall street » et l’on est en droit de se demander s’il fallait aller jusque là (Dallas Buyers Club) et être aussi violent avec lui même et le public que pour prouver combien il est talentueux ?

dallas buyers club04

On repense bien entendu à Tom Hanks qui était tout aussi touchant et incroyable dans Philadelphia sans pour autant avoir été si loin dans la transformation.

Donc oui ma plus grande préoccupation pendant la vision du film aura été plus de me poser la question suivante « n’est-ce pas un peu trop ? »

Mais selon moi, le plus gros problème du film est qu’une fois passé le stade des acteurs, ce dernier est au final assez simple et même si le regard utilisé sur le système médical et le trafique de médicament est intéressant, on ne parvient jamais vraiment à rentrer dedans et on se retrouve à regarder un film de petites frappes.

dallas buyers club03Au final, le combat de ces deux hommes n’aura pas eu autant d’impacts sur moi que souhaité car une fois encore la transformation de Matthew McConaughey étant si importante que l’on ne voit finalement plus que ça. Et si finalement la performance aussi incroyable soit elle de l’acteur n’était pas le plus gros défaut du film car une fois ce dernier terminé, on ne retient finalement que ça et pas grand chose d’autre à côté…

A ce sujet, il vous suffit de tendre l’oreille autour de vous et lorsque vous entendrez parler du film, vous entendrez bien souvent des « quels acteurs » alors que très rarement des « quel film incroyable »

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :