Critique Le Hobbit : La Désolation de Smaug

Avis:

Twitter:  #Hobbit2 #LaDesolationDeSmaug @warnerbrosfr

Acteurs : Martin Freeman, Richard Armitage,  Ian McKellen, Luke Evans, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Lee Pace, Benedict Cumberbatch

Réalisateur : Peter Jackson

Date de sortie 11 décembre 2013 (2h41)

Bande-annonce :

Le Hobbit 2 affiche 02

Après un an d’une longue et interminable attente, la suite du voyage inattendu se poursuit enfin !

L’ambiance est ici d’emblée bien plus sombre et dramatique que dans Un Voyage Inattendu. On commence à ressentir la menace de la guerre de l’anneau qui gronde, accentué par la présence du Nécromancien se faisant de plus en plus forte et l’influence de l’Anneau qui commence peu à peu à corrompre BilbonLe Hobbit 2 photo 01

Pour ce qui est des décors et des paysages, c’est un émerveillement de tous les instants. Que cela soit la demeure de Beorn à l’ambiance chaleureuse, l’aspect étouffant de la Forêt Noire, la beauté ahurissante du palais de Thranduil, la splendeur glaciale d’Esgaroth ou encore la magnificence du Mont Erebor et sa salle au trésor d’une opulence qui frise l’indécence; tout n’est que merveilles et d’une richesse presque indescriptible !

Le rythme du film est effréné, ce qui est plutôt une qualité pour éviter de lasser le spectateur mais, je regrette tout de même que certaines scènes soient un peu trop rapidement expédiées, s’éloignent un peu du roman comme par exemples la rencontre avec le changeur-de-peau Beorn, bien trop courte et ne se déroulant pas vraiment comme dans le livre ou encore la traversée de la forêt de Mirkwood, également trop rapide à mon goût. Finalement, se sont des défauts qui n’en sont pas vraiment et cela sera, je pense, vite rattrapé dans la version longue du film. Et puis le reste est tellement riche qu’on passe facilement outre ce genre de détails. Pour en revenir au rythme effréné du film, le meilleur exemple reste la séquence haletante des tonneaux qui en met plein la vue en termes de mise en scène, d’action et d’inventivité. Cette séquence est tout simplement une leçon de cinéma. L’orgasme rétinien n’est pas loin !

Le Hobbit 2 photo 56Ce deuxième film introduit évidemment de nouveaux personnages. Il y a Thranduil (Lee Pace) le Roi des Elfes de la Fôret Noire, personnage froid, arrogant et charismatique qui a ce côté mystérieux lui donnant un air effrayant d’une certaine manière. Bard (Luke Evans) qui était finalement très peu développé dans le roman et qui se vois ici offrir par  les scénaristes, une certaine profondeur plutôt intéressante et un charisme certain. Il nous gratifie d’ailleurs d’une belle joute verbal face à Thorin (Richard Armitage toujours aussi parfait et charismatique). Peter Jackson a quant à lui eu la très bonne idée d’introduire un personnage féminin à l’instar d’Arwen dans Le Seigneur des Anneaux. Bien qu’inexistante dans le roman, Tauriel, une elfe meurtrière et sexy des plus badass, interprétée par Evangeline Lilly parfaite et d’une grâce mortelle, est un personnage très attachant et bien plus subtile qu’il n’y paraît. Elle est un peu le pendant féminin de Legolas en bien plus sage et réfléchie que ce dernier. Il y a bien sûr le retour de Legolas plus jeune de soixante ans, que nous découvrons ici sous un aspect beaucoup plus froid et prétentieux. Le duo guerrier exterminateur d’Orcs qu’il forme avec Tauriel est d’ailleurs un pur plaisir !

Le Hobbit 2 photo 37

Mais le plus gros défi de cette suite des aventures de notre jeune et courageux Hobbit était certainement de donner vie à Smaug le dragon. Et c’est indéniablement la plus grande réussite du film, car il est vraiment une merveille d’effets spéciaux et de « réalisme ». Le film vaut vraiment le détour rien que pour lui. L’équipe de chez WETA a fait un travail formidable puisqu’ils ont su retranscrire à la perfection l’impression de gigantisme qui se dégage du dragon,  d’ailleurs vraiment très proche de la vision d’Alan Howe. J’ai carrément été hypnotisé par la longue confrontation (plus de 30 minutes) dantesque entre Bilbon le cambrioleur et Smaug le terrible. Ce passage du film est très oppressant et montre parfaitement la menace de mort imminente que représente Smaug pour Bilbon et la troupe des nains. Smaug est le plus beau dragon jamais vu au cinéma, sincèrement je n’ai pas assez de mots pour d’écrire sa perfection !

Le Hobbit 2 photo 34 Le Hobbit 2 photo 55

En bref ! Le Hobbit : La Désolation de Smaug est une magnifique épopée, rythmée, une aventure épique d’une profondeur et d’une richesse toujours aussi exceptionnelle, jonglant constamment entre scènes d’actions dynamique. Une poésie visuelles à couper le souffle. Tout cela magnifiée par un affrontement dantesque (oui, je me répète) contre Smaug en apothéose ! Je ne remercierai jamais assez Peter Jackson d’avoir donné vie à l’univers foisonnant de J.R.R Tolkien et de nous enchanter à chaque nouvelle aventure en Terre-du-Milieu !!!

Seul point négatif, une fin abrupte… beaucoup trop abrupte… mais cette frustration sera vite réparée pour la suite du voyage dans un an. Bien que l’attente va être, très longue…

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :