Critique de Under the silver lake

Under the silver lake

8.1

Scénario

5.8/10

Casting

8.5/10

Réalisation

9.0/10

Musique

9.2/10

Les pour

  • Andrew Garfield est parfait
  • Visuellement magnifique
  • Bande originale superbe

Les contre

  • Scénario trop confus
  • Un rien trop long

Twitter : #UnderTheSilverLake @le_pacte

Titre VO :

Réalisateur : David Robert Mitchell

Acteurs : Andrew Garfield, Riley Keough, Topher Grace

Durée : 2h19

Date de sortie : 8 août 2019

Vous avez sans doute aimé It follows et forcément vous vous dites que la nouvelle réalisation de David Robert Mitchell va vous plaire… Détrompez-vous, car ce n’est pas acquis. En effet David Robert Mitchell brouille les pistes et ne se contente pas de simplement aller là où on l’attend avec Under the silver lake. Ce film est bien différend de It follows et a déjà perdu quelques fans en cours de route tout en en gagnant de nombreux autres.

Jouant avec les codes du film noir, David Robert Mitchell propose un thriller original saupoudré d’un message lié à la culture pop. Mix entre film noir, film sur la théorie du complot, film sur les sectes, film sur la jeunesse paumée dans un Hollywood chic et hype, Under the silver lake propose beaucoup de choses et parfois même un peu trop et c’est là que réside finalement son unique défaut, celui d’être un film trop long, trop tordu et qu’il sera bien difficile de regarder à nouveau attentivement. C’était déjà une des remarques faites lors de son passage à Cannes au point que le studio A24 a décidé de repousser le film à décembre aux US pour le re-monter.

Reste à voir ce que cela donnera lors de sa sortie US, puisque nous avons droit en France à la version complète et finalement souhaitée par son réalisateur.

Pour ce qui est des autres aspects du film, il n’y a absolument rien à redire. On retrouve un Andrew Garfield (très souvent cul nu) parfait et offrant à nouveau une superbe performance qui à elle seule vaut clairement le détour. A ses côtés et citée sur l’affiche, Riley Keough, plutôt convaincante bien que cette dernière soit très peu présente à l’écran. Enfin on reste toujours fan de Topher Grace, ce grand acteur qui attend juste le bon rôle à Oscars.

Visuellement, Under the silver lake est aussi magnifique avec des plans superbes, une mise en scène somptueuse et un style que l’on pensait disparu du cinéma actuel.  Si David Robert Mitchell a du mal avec les scénarios, il est incroyablement doué à la réalisation.

Du côté de la bande originale, elle est simplement exquise avec de la musique des 90’s incluant entre autre REM. Face à la musique pop, les autres pistes musicales composées par Disasterpeace sont envoutantes et rappellent fortement ces musiques que l’on pouvait retrouver dans les films d’Hitchcock. un Hitchcock d’ailleurs mis à l’honneur le temps d’un léger hommage dans le film.

Enfin, on appréciera l’humour du film et notamment la référence discrète mais amusante à Andrew Garfield en Spider-Man.

Under the silver lake ne va pas plaire à tout le monde et peut-être que son remontage US sera plus facile à digérer, mais il n’en reste pas moins une lettre d’amour à la culture pop soignée et porteuse d’un message ou de deux messages, voir trois messages… C’est bien là toute la complexité du film !

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :