Critique de Toutes les vies de Kojin

Toutes les vies de Kojin

8

Réalisation

8.0/10

Scénario

8.0/10

Les pour

  • Documentaire simple et efficace
  • Sujet bien exploré

Twitter : #ToutesLesViesDeKojin #RougeDistribution #ffsarlat @festivalsarlat

Titre VO :

Réalisateur : Diako Yazdani

Durée : 1h27

Date de sortie : 15/01/2020

Diako Yazdani est réfugié politique en France depuis 2011. Au cours d’une visite chez sa famille au Kurdistan irakien, il leur présente Kojin, un jeune homosexuel de 23 ans. C’est alors qu’un débat est lancé sur l’existence de chacun et son acceptation au sein de la société.

A travers de multiples échanges avec divers intervenants, le documentaire va petit à petit explorer les opinions de chacun sur le sujet de l’acceptation de l’autre. De façon très naturelle, Kojin rencontrera la plupart d’entre eux pour échanger sur l’homosexualité. La plupart des interviews deviennent fascinants car mettent en avant d’un côté une violente radicalisation du rejet qu’un homme puisse aimer un homme (ou une femme aimer une femme) et d’un autre une volonté d’aider d’une certaine manière et parfois même à accepter son existence, même si le contexte de l’acceptation reste à controverse.

Fascinant, le documentaire nous rappelle l’importance de s’accepter comme on est et ne pas répondre d’une volonté de la société dans laquelle parfois on est totalement fait prisonnier. Les religions, les politiques, tout est encore à améliorer à travers le monde pour qu’un jour chaque homme, chaque femme puissent respecter les choix de son prochain sans craintes et sans malaises et permettre à tous une vie sereine et heureuse.

Toutes les vies de Kojin est un très beau documentaire. Simple et efficace dans son propos, on apprécie beaucoup son humour et sa prise de réflexion.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :