Critique de Miss

Miss

9.6

Scénario

8.5/10

Casting

10.0/10

Réalisation

10.0/10

Bande originale

10.0/10

Les pour

  • Un très beau sujet
  • Casting incroyable
  • Réalisation subtile

Twitter : Miss

Titre VO : #MissLeFilm

Réalisateur : Ruben Alves

Acteurs : Alexandre Wetter, Pascale Arbillot, Isabelle Nanty, Thibault De Montalembert, Stéfi Celma.

Durée : 1H47

Date de sortie : 21 octobre 2020

Aujourd’hui, faire un film sur l’acceptation de soi, sur l’idée d’une autre identité et ce qui en découd devient presque basique, caricatural, prévisible et limite idéal pour se faire bien voir… Oui sauf quand c’est Ruben Alves qui réalise et Hugo Gélin qui produit. Les deux hommes sont bien plus intelligents et subtiles que pour faire un simple produit commercial pour plaire à la masse qui aime crier sur Twitter…

En effet Miss va bien aborder la thématique du petit garçon qui rêve d’accomplir quelque chose réservé aux filles, mais ne va jamais tomber dans la facilité, préférant même nous montrer un monde loin d’être lisse, codé et totalement faux. Ainsi on nous met face aux difficultés que rencontrent celles que l’on appelle « Les travelots », celles rencontrées par des étrangers qui ne peuvent faire reconnaitre leurs diplômes en France, les moqueries subies par les personnes souhaitant accomplir un rêve non codé et ainsi de suite et ce toujours de manière simple et sans forcing.

Surtout, Ruben Alves nous montre un monde difficile, mais sans jamais chercher la pitié du spectateur. Au contraire, on s’attache aux personnages de par leurs parcours, leurs interactions entre eux et la sympathie qu’ils dégagent et ce sans jamais y avoir été forcé à coup de grosses musiques, passages tire-larmes ridicules etc.

Si l’on prend par exemple le personnage de la prostituée Lola, on s’attache énormément à elle tant par ses fêlures, son envie de changer aussi et surtout sa bienveillance vis-à-vis des autres alors qu’elle même est en grande difficulté. Ceci est bien aidé par la performance incroyable de Thibault De Montalembert.

Oui, les personnages secondaires sont attachants, intéressants et bien écrits. Que ce soit celui d’Isabelle Nanty ou son opposé, Pascale Arbillot, chacune a quelque chose qui directement capte le spectateur et nous touche à sa manière.

Chez les miss, bien entendu Stéfi Celma sort du lot de par l’importance de son rôle et cette dernière propose à nouveau une superbe performance.

Enfin, le héros / héroïne de ce film est Alexandre Wetter. Que dire sur la performance du jeune homme si ce n’est qu’elle est simplement incroyable. Ce dernier est brillant, offre des moments forts au film et parvient en 2 minutes à capter la caméra si bien qu’on s’attache instantanément à lui, son parcours avec ses difficultés.

Son personnage n’avait rien de simple et là où Ruben Alves ne tombe jamais dans la caricature, Alexandre Wetter en fait de même. Pas question de forcing, de moments exagérés ou d’un jeu d’acteur ridicule, Alex est comme vous et moi avec une difficulté et un rêve personnel.

Incroyablement talentueux, il ne fait aucun doute que s’il continue ainsi, une très grande carrière de comédien peut s’ouvrir à lui.

Sur les autres aspects du film, la réalisation est soignée, digne des plus grands films de cinéma, comprend une bande originale simplement magnifique qui accompagne joliment le film et enfin la fin évite, elle aussi, le ridicule et les pièges qu’aurait pu rencontrer sur son chemin ce type d’histoire.

Ruben Alves, signe avec Miss un magnifique portrait de femmes, toutes les femmes.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :