Critique de « Le Roi Lion »

Le Roi Lion

9.8

Scénario

9.8/10

Réalisation

9.9/10

Casting (VO)

9.5/10

Bande-Originale

9.9/10

Les pour

  • C'est visuellement somptueux
  • Toute la nostalgie de l'animé retrouvée
  • Casting de qualité

Les contre

  • Ne pas s'attendre à autre chose qu'à du copié / collé pour le coup...

Twitter : #LeRoiLion #TheLionKing @disneylionking @DisneyFR

Titre VO : The Lion King

Réalisateur : Jon Favreau

Doublage VO : Donald Glover, Beyoncé Knowles, Billy Eichner, Seth Rogen, James Earl jones, Chiwetel Ejiofor

Doublage VF : Rayane Bensetti, Anne Sila, Jamel Debbouze, Alban Ivanov, Jean reno

Durée : 1h58

Date de sortie : 17 juillet 2019

Les adaptations live comme elles sont appelées divisent un peu les spectateurs depuis un moment. Il faut dire que Disney accumule les succès avec ses adaptations et forcément cela a de quoi énerver certains.

Les adaptations ou remakes de classiques animés (qu’importe le nom que vous leur donnez) divisent parce que certains préfèrent quand un personnage est détourné (Maléfique) et d’autres quand l’histoire originale est pratiquement identique (La belle et la bête), mais dans les deux cas, la plupart du temps de toute façon c’est un succès.

Le roi lion est à classer dans la seconde catégorie avec ça en plus que l’on est dans 98% du film sur du copié collé au plan près du film d’animation de 94. Donc oui ceux qui cherchent quelque chose de nouveau seront déçus et ceux qui trouvent que lorsque l’on a un chef-d’oeuvre sous la main, cela ne sert à rien de le dénaturer seront ravis de voir qu’on peut reproduire exactement la même magie avec de véritables animaux (même en CGI).

Retour 25 ans en arrière ; C’est en effet le nombre d’années qui sépare le chef-d’œuvre animé de 1994 des studios Disney, véritable pépite intergénérationnel qui aura su faire vivre des moments forts à des milliers d’enfants à travers le monde, avec cette nouvelle adaptation dite « live-action » de Jon Favreau.

Jon Favreau qui avait déjà réalisé la version live du Livre de La Jungle en 2016 et remporté un Oscar pour les effets visuels, revient cet été derrière la caméra et ce qu’on peut d’ores et déjà dire est qu’il ne nous déçoit pas. Entre son activité d’acteur avec le personnage de Happy Hogan que l’on retrouve dans le MCU, son rôle de show-runner sur la future série Star Wars qui débarquera en fin d’année, et ici avec la casquette de réalisateur… il est clairement en train de devenir un homme capable de tout faire, de toucher à tout et ce tout en étant plutôt à l’aise dans chacune de ces différentes fonctions.

Parce que oui, Le Roi Lion cru 2019 est tout ce qu’on nous avait promis. C’est beau, très beau. Si beau que ça en devient parfois même troublant de réalisme. On sent clairement toutes les heures de travail nécessitées derrière cette adaptation ainsi que l’avance technique mise à disposition des cinéastes tant on touche à la perfection visuelle . Favreau et son équipe sont restés fidèles à la version originale, en respectant plan par plan, phrase par phrase, geste par geste l’animé… tout en parvenant à rendre le tout actuel et réaliste.

Là où certes, les habituels détracteurs de ces dernières années, n’y verront aucun effort d’adaptation, zéro coup de neuf… on se positionnera avec un point de vue différent : c’est un remake. Et ça n’avait pas d’autre ambition. Et si certains changements sont les bienvenus dans d’autres productions type Aladdin, ou prochainement Mulan, l’engouement autour du Roi Lion est tel, qu’il n’aurait pas fallût se planter sous peine de grosses représailles des fans. Donc non, pas de prise de risques ici sur le plan de l’histoire, des personnages etc… c’est du copié / collé, mais sous un autre format visuel et avec quelques minimes approfondissements (une nouvelle chanson pour Beyoncé / Nala, et un passage très drôle qu’on n’avait pas vu venir à même de devenir culte) et c’est tout. Que ça plaise ou non.

Et pourtant… ça reste excellent dans tout ce que ça peut proposer : le casting vocal (en VO pour l’heure) est une réussite. Chiwetel Ejiofor incarne à la perfection Scar et même s’il n’égale pas Jeremy Irons, on ressent beaucoup de charme, de méchanceté et de nuances dans sa voix, quant à James Earl Jones, éternel Dark Vador et déjà Mufasa dans la version animée, ce dernier revient endosser la fourrure (la peau) du roi des félins avec toujours autant de prestance et d’admiration. Le reste du casting est correct, même si Donald Glover et Beyoncé n’offrent rien de bien marquants sur le long terme. Seth Rogen et Billy Eichner en Timon et Pumbaa par contre offrent les meilleurs passages du filmset sont véritablement hilarants. Petite modification pour Rafiki, qui cette fois-ci est davantage représenté par un babouin plus sage et avenant que celui dont on avait l’habitude de voir dans le DA ou sur les parcs Disney, mais un changement très positif et plus en phase avec l’histoire..

Hans Zimmer, Lebo M, Elton John… tous ces grands noms reviennent signer une bande-originale qu’ils avaient déjà rendu culte il y a bien longtemps… et si, les morceaux et passages chantonnés n’ont rien à envier aux anciens, ils sont aussi plaisants et réussis et ne devraient pas avoir de peine à vous donner envie de fredonner sur votre siège. A noter qu’une nouvelle chanson fait son apparition mais de manière très courte et que l’on retrouve même une chanson de Le roi Lion 2 en générique de fin.

Vous l’aurez compris, cette seconde jeunesse du Le roi lion est là comme alternative au classique animé, mais montre surtout qu’aujourd’hui et contrairement à il y a 25 ans, les studios tels que Disney sont capables de proposer des choses en mode « réel » qu’il était jusqu’alors uniquement possible à réaliser qu’en animé.

Le Roi Lion est une réussite. On n’en doutait pas spécialement même si les visuels avait de quoi désarçonner sur les premiers instants de la promo. Un film qui remplit ses promesses et son cahier des charges à merveille. Certains pourront trouver qu’il manque légèrement d’authenticité et d’identité mais il n’était en rien obligé de partir dans ces eaux-là, et en ce qui nous concerne, c’est tant mieux. Après tout le meilleur moyen de ne pas abîmer un chef d’œuvre, c’est de le respecter. . Disney tient sans doute ici l’un des moments forts de cette année et de son histoire.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :