Cette semaine dans les salles

Une nouvelle semaine dominée par la sortie du roi lion, sans oublier les autres films. Bons choix et bonnes séances.

  • Le Roi Lion (The Walt Disney Company France) Nouveau long de Jon Favreau après Elfe (147.4k), Zathura Une Aventure Spatiale (220.6k), Iron Man (2.04M), Iron Man 2 (2.57M), Cowboys & Envahisseurs (893.9k), Chef (18.2k) et Le Livre De La Jungle (5.72M). Le film d’animation éponyme sorti en 1994 a cumulé 10.22M de tickets.

Au fond de la savane africaine, tous les animaux célèbrent la naissance de Simba, leur futur roi. Les mois passent. Simba idolâtre son père, le roi Mufasa, qui prend à cœur de lui faire comprendre les enjeux de sa royale destinée. Mais tout le monde ne semble pas de cet avis. Scar, le frère de Mufasa, l’ancien héritier du trône, a ses propres plans. La bataille pour la prise de contrôle de la Terre des Lions est ravagée par la trahison, la tragédie et le drame, ce qui finit par entraîner l’exil de Simba. Avec l’aide de deux nouveaux amis, Timon et Pumbaa, le jeune lion va devoir trouver comment grandir et reprendre ce qui lui revient de droit…

 CRITIQUE 
  • Wild Rose (SND) Nouveau long de Tom Harfer après La Dame En Noir 2 L’Ange De La Mort (244.1k). Ce film attirera-t-il autant qu’A Star Is Born (2M) ?

A peine sortie de prison et de retour auprès de ses deux enfants, Rose-Lynn n’a qu’une obsession : quitter Glasgow pour devenir chanteuse de country à Nashville. Tiraillée entre sa passion et ses obligations de mère, la jeune femme va devoir faire des choix…

 CRITIQUE 
  • Her Smell (Potemkine Films) Nouveau long d’Alex Ross Perry après The Color Wheel (5.8k), Listen Up Philip (7.6k) et The Color Wheel (4.2k).

Becky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli des stades avec son girls band : « Something She ». Quand ses excès font dérailler la tournée nationale du groupe, Becky est obligée de compter avec son passé tout en recherchant l’inspiration qui les a conduites au succès.

 CRITIQUE 
  • Le Voyage De Marta (New Story) Un long  de la réalisatrice espagnole Neus Ballús.

Marta, 17 ans, passe à contre cœur des vacances au Sénégal en compagnie de son père et de son petit frère. Un jour, elle ouvre une porte qui donne accès à une zone réservée aux employés de l’hôtel. Elle rencontre alors Khouma, le photographe du club et Aissatou une femme de ménage. Elle va découvrir un monde qui lui était totalement inconnu. Un nouveau voyage va enfin commencer…

  • Persona Non Grata (Mars Films) Cinquième long de Roschdy Zem après Mauvaise Foi (789.7k), Omar M’A Tuer (572.7k), Bodybuilder (57.5k) et Chocolat (1.93M). Le film est le remake de O Invasor L’Intrus (12.5k) de Beto Brant.

José Nunes et Maxime Charasse sont amis et associés minoritaires dans une entreprise de BTP en difficulté. Devant la nécessité de protéger leurs intérêts, ils prennent une décision radicale et se retrouvent liés par un sombre secret.
Alors qu’ils commencent à entrevoir un avenir meilleur, un étrange personnage fait irruption dans leurs vies, leur rappelant que rien ne peut complètement s’effacer.

  • Les Beaux Menteurs (Destiny Films) Nouveau long de Bruno Mercier après So Long (1.6k) et Paranoia Park (0.2k).

Pour tester la sincérité de leurs meilleurs amis, Léon et Valentine décident de leur faire croire qu’ils se séparent. Ce jeu de rôles va donner une touche toute particulière au dîner ! Les révélations vont finir par avoir la peau de chacun. La soirée vire au cauchemar… Sans oublier, Agustino le plombier, un étrange invité de dernière minute qui va semer un grain de folie…

  • Le Coup Du Siècle (Universal Pictures International France) Premier long de Chris Addison qui est le remake au féminin de Le Plus Escroc Des Deux de Frantz Oz (58.2k).

Deux femmes escrocs – de deux catégories différentes – s’unissent afin de mener la vie dure aux hommes qui les ont bafouées.

  • Folle Nuit Russe (ASC Distribution) Premier long de la réalisatrice russe Anja Kreis.

C’est la fin des années Eltsine. La vie n’est pas drôle à Ivanovo : les garçons partent faire la guerre en Tchétchénie, tous ressentent les effets de la crise économique et morale. Et tous cherchent un sens à leur vie.Dans une secte, l’alcool, la fête, le départ pour l’étranger… Mais ce jour-là, rien ne se passe comme prévu…

  • Yuli (ARP Sélection) Nouveau long du réalisateur espagnol Icíar Bollaín après Flores De Otro Mundo (19.4k), Ne Dis Rien (89.3k), Mataharis (19.2k), Même La Pluie (333.3k) et L’Olivier (26k).

L’incroyable destin de Carlos Acosta, danseur étoile, des rues de Cuba au Royal Ballet de Londres.

 CRITIQUE 
  • Roads (Rezo Films) Nouveau long de Sebastian Schipper après Victoria (85.4k).

Gyllen, un jeune garçon de 18 ans originaire de Londres, fuit les vacances familiales au Maroc à bord du camping-car volé à son beau-père. Sur sa route, il rencontre William, un jeune congolais de son âge qui souhaite rejoindre l’Europe à la recherche de son frère disparu. Complètement livrés à eux-mêmes, ils décident d’unir leurs forces. Ce duo improbable se fraye un chemin à travers le Maroc, l’Espagne et la France jusqu’à Calais, poussé par la soif d’aventure. Au fil de leur voyage, l’amitié et la confiance s’installent entre les deux adolescents. Mais certaines décisions difficiles vont changer leur vie à tout jamais.

  • 100 Kilos D’Etoiles (Bac Films) Premier long de Marie-Sophie Chambon.

Loïs, 16 ans, n’a qu’un rêve depuis toute petite : devenir spationaute… s’envoler loin de cette Terre où elle se sent si étrangère. Mais elle a beau être surdouée en maths et physique, il y a un problème : Loïs pèse 100 kilos… et pas moyen d’échapper à ce truc de famille qui lui colle à la peau. Alors que tout semble perdu, Loïs rencontre Amélie, Stannah, et Justine, trois adolescentes abîmées comme elle par la vie, prêtes à tout pour partir avec elle dans l’espace…

 CRITIQUE 
  • Navajo Songlines (Hévadis Films) Documentaire de Lorenza Garcia et Bruno Vienne. On doit à ce dernier L’Enfance D’Un Maître (8.4k).

C’est en s’attachant à une vision d’équilibre entre l’homme et la nature que se dessine à travers ce documentaire, une formidable fresque filmique, où s’incarnent dans l’histoire authentique de chacun des personnages du film, l’histoire contemporaine des DINE. Loin de la carte postale du mythe sauvage de l’indien – les Diné du sable rouge de Monument Valley – nous racontent une réalité contemporaine et tracent une vision moderne qui répond à nos questions. Ce film pose aussi les questions sur l’évolution de notre société, de notre terre et de notre rôle à jouer pour les futures générations.

  • Te Ata (Jupiter Films) Un long de Nathan Frankowski.

Te Ata est inspiré de la vie de Mary Thompson Fisher, une femme qui a franchi les barrières culturelles pour devenir l’une des plus grandes actrices indiennes de tous les temps. Te Ata est incarnée par Q’orianka Kilcher, connue pour son rôle de Pocahontas dans Le Nouveau Monde de Terrence Malick, et dans Hostiles avec Christian Bale

  • Ombres Et Lumières (Axxon Films) Un long d’Olivier Nolin à qui l’on doit L’Ecole Est Finie (604.3k) et Un Jour Ou L’Autre (0.4k). Le film es t sorti au Saint André Des Arts en janvier dernier (0.1k).

Dans son approche onirique du quotidien, c’est un film hors norme aux images envoûtantes. Il nous parle des naufragés de l’amour. Comme une partition de musique de chambre  où domine une atmosphère de voluptueuse torpeur, il évoque quatre histoires d’amour passionnées où la part d’ombre souligne la lumière des âmes. 

  • L’œuvre Sans Auteurs Partie 1 et 2 (Diaphana Distribution) Troisième long de Florian Henckel Von Donnersmarck après La Vie Des Autres (1.51M) et The Tourist (856.7k).

À Dresde en 1937, le tout jeune Kurt Barnet visite, grâce à sa tante Elisabeth, l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi. Il découvre alors sa vocation de peintre. 
Dix ans plus tard en RDA, étudiant aux Beaux-arts, Kurt peine à s’adapter aux diktats du « réalisme socialiste ». Tandis qu’il cherche sa voix et tente d’affirmer son style, il tombe amoureux d’Ellie. Mais Kurt ignore que le père de celle-ci, le professeur Seeband, médecin influent, est lié à lui par un terrible passé.
Epris d’amour et de liberté, ils décident de passer à l’Ouest… 

Désormais installés en RFA, Kurt et Ellie tentent de se reconstruire loin de leur famille, tout en découvrant les joies de la liberté à l’Ouest. Accepté dans une prestigieuse école d’art berlinoise où il n’est plus contraint aux diktats du « réalisme socialiste », Kurt s’épanouit et affirme son style jusqu’à en repousser les limites. Mais la pratique de son art fait remonter en lui des souvenirs d’enfance longtemps enfouis qui lui révèlent le terrible passé qui le lie au père d’Ellie, le professeur Seeband.

  • Ardaas Karaan (Aanna Films) Un long de Gippy Grewal.

Suite de Ardaas.

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :