Critique de « Casse-Noisette et les Quatre Royaumes »

Casse-Noisette et les Quatre Royaume

5

Scénario

3.0/10

Réalisation

4.2/10

Bande originale

6.8/10

Casting

6.0/10

Les pour

  • C'est beau...
  • Très belle musique

Les contre

  • ... mais c'est vide
  • Keira Knightley ridicule
  • Durée beaucoup trop courte

#Twitter : #CasseNoisetteEtLesQuatreRoyaumes @DisneyStudios @DisneyFR

Titre VO : The Nutcracker and the Four Realms

Réalisateurs : Lasse Hallström & Joe Johnston

Acteurs: Mackenzie Foy, Keira Knightley, Morgan Freeman, Helen Mirren

Durée: 1h39

Date de sortie : 28 novembre 2018

C’est bientôt Noël, et où serait l’habituelle magie de cette période, sans le traditionnel film Disney de fin d’année ? Et cette fois pour la peine, ce n’est pas un mais deux longs-métrages que vient nous proposer la filiale française de notre souris préférée.

Alors qu’il faudra attendre quelques semaines de plus pour découvrir le retour en bonne et due forme de notre bien-aimée Mary Poppins, c’est ce 28 novembre que sort en salle l’adaptation d’un conte plus discret dans l’horizon des salles de cinéma : Casse-Noisette et les Quatre Royaumes.

On se méprendra en pensant le contraire mais Disney n’est pas étranger avec cette histoire, puisque le studio l’avait déjà adapté sous forme de court-métrage animé et musical dans Fantasia, il y’a de ça déjà 78 ans.

Aujourd’hui, le mythique conte puis légendaire ballet est amené sous une vision bien différente que celles connues jusqu’ici, et ce, sous la direction de deux réalisateurs, Lasse Hallström et Joe Johnston. Il y’avait de quoi nourrir de bonnes espérances !

Et… ce n’est pas encore ça.

En proposant un style visuel assez proche des derniers Alice, Oz et compagnie, le film promet certes de se rincer l’œil à plus d’une reprise devant des effets spéciaux et des décors vraiment très beaux (à défauts d’être assez souvent bien exploités), mais en ce qui concerne son histoire, c’est là que le bât blesse. Comment peut-on espérer que nous, spectateurs, soyons concernés par les actions des personnages principaux quand eux-mêmes… ne savent absolument pas ce qu’ils fichent là ?

Clara (Makenzie Foy) est visiblement la seule enfant de sa fratrie qui ne semble pas s’être remise de la mort récente de sa mère et se voit se faire offrir lors d’un réveillon de Noël un présent que cette dernière aurait voulu lui faire parvenir tôt ou tard. Débute une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas… Une aventure qui ressemble quand même, dans un premier temps, beaucoup aux premières minutes du chapitre 1 de Narnia. Et la jeune fille se laisse entraîner dans toute une série de péripéties, la menant à assister à un ballet très court qui présente très très rapidement la situation actuelle des 4 Royaumes, mais aussi à rencontrer la ridicule Keira Knightley (mais vraiment, comment passer de Pirates des Caraïbes à ça…), de croiser le chemin de Helen Mirren dont on se demande encore pourquoi elle est venue là-dedans (mais c’est pas grave, elle transpire toujours la classe dans n’importe quel rôle) et enfin de sauver un monde qu’elle ne connaissait pas quelques minutes auparavant… le tout sans jamais prendre le temps de se poser des questions. Et quand vient enfin le moment de se réfléchir : elle réalise qu’elle cherche des réponses mais à des choses qui lui échappent. Sincèrement ? Comment peut-on s’identifier de près ou de loin à quelque chose d’aussi mal amené ?

La morale est là, comme dans beaucoup de films des studios Disney, et elle est loin d’être déplaisante ou erronée mais on sent qu’une bonne partie du potentiel dont disposait cette œuvre est gâchée. 1h35 seulement quand le film aurait gagné à mieux développer son univers et les personnages qui le peuplent, d’autant que des reshoots avaient été tournés pendant un mois sous la direction de Joe Johnston

Donc on ne comprend pas, car il manque vraiment trop de choses avant de pouvoir parler de bon film de Noël, ou de magie bienveillante. Triste et décevante impression d’avoir vu un prototype non terminé d’une accumulation de bonnes et belles idées. Le point le plus réussi et abouti du film restera sans doute la superbe composition de James Newton Howard, mais le reste ? Dommage.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :