Cette semaine dans les salles

cette-semaine-dans-les-salles-69

 

Cette semaine encore une multitude de films mais quatre trustent la majorité des copies, les autres ramassant les miettes. Bonnes séances.

 

  • Le Chasseur Et La Reine Des Glaces (Universal Pictures International France ~520 copies) Premier long de Cédric Nicolas Troyan. Ce film est le prequel de Blanche Neige Et Le Chasseur (1.9M).

Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé.
Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux.
Plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés. Des tréfonds dorés de la psyché, elle réussit à ressusciter Ravenna. Les deux sœurs vont alors retourner leur puissance maléfique, décuplée par la rage, sur le royaume enchanté.
Leur armée s’avèrera désormais invincible…à moins que… les deux proscrits qui avaient jadis trahi la règle d’or, subissant l’exil et la séparation, ne parviennent à se retrouver…

CRITIQUE

 

  • Adopte Un Veuf (SND ~424 copies) Deuxième long de François Desagnat sans co-réalisateur après Le Jeu De La Vérité (50.9k). Au casting, André Dussolier que l’on a vu dernièrement dans Le Grand Jeu (105k). Une autre idée de la colocation après Five (400.5k) toujours en salles.

Lorsqu’on est veuf depuis peu, il est difficile de s’habituer à sa nouvelle vie… C’est le cas d’Hubert Jacquin, qui passe le plus clair de son temps dans son immense appartement à déprimer devant sa télé. Un beau jour, suite à un quiproquo, sa vie va être bouleversée.
Manuela, une jeune et pétillante baroudeuse à la recherche d’un logement s’invite chez lui ! D’abord réticent, Hubert va vite s’habituer à la présence de cette tempête d’énergie, qui parvient même à le convaincre de loger deux autres personnes. Entre les errements de Paul-Gérard que sa femme a quitté et les gardes à l’hôpital de Marion la jeune infirmière un peu coincée, la vie en colocation va réserver à Hubert de nombreuses surprises…

 

  • Les Malheurs De Sophie (Gaumont Distribution ~264 copies) Dixième long métrage de Christophe Honoré dont le meilleur score est pour Non Ma Fille Tu N’Iras Pas Danser (416k). Cette fois ci le réalisateur adapte librement deux romans de la Comtesse de Ségur : Les Malheurs de Sophie et Les Petites Filles Modèles avec un budget estimé à 7.82M. C’est la troisième fois que l’écrivaine est adaptée après Les Malheurs De Sophie version Jacqueline Audry en 1946 (1M) et Un Bon Petit Diable (555.9k).

Depuis son château, la petite Sophie ne peut résister à la tentation de l’interdit et ce qu’elle aime par dessus tout, c’est faire des bêtises avec son cousin Paul. Lorsque ses parents décident de rejoindre l’Amérique, Sophie est enchantée. Un an plus tard, elle est de retour en France avec son horrible belle-mère, Madame Fichini. Mais Sophie va pouvoir compter sur l’aide de ses deux amies, les petites filles modèles, et de leur mère, Madame de Fleurville pour se sauver des griffes de cette femme.

AVANT-PREMIERE
CRITIQUE

 

  • Robinson Crusoe (StudioCanal ~423 copies) Film d’animation de Ben Stassen et Vincent Kesteloot qui ont déjà co-réalisé Sammy 2 (725k). Quand à Ben Stassen, on lui doit Le Voyage Extraordinaire De Sammy (1.3M), Le Manoir Magique (1M) et African Safari 3D (36.96k).

Mardi, un jeune perroquet, vit sur une île paradisiaque avec d’autres animaux. Il rêve de quitter son île pour découvrir le reste du monde. Après une violente tempête, Mardi et ses amis font la découverte d’une étrange créature sur la plage : Robinson Crusoë. Les animaux de l’île vont devoir apprivoiser ce nouvel arrivant ! C’est pour Mardi l’occasion de vivre une extraordinaire aventure et peut-être de quitter son île !

CRITIQUE

 

  • Le Fils De Joseph (Les Films Du Losange ~30 copies) Sixième long métrage d’Eugène Green qui reste sur le score de La Sapienza (51.5k).

Vincent, un adolescent, a été élevé avec amour par sa mère, Marie, mais elle a toujours refusé de lui révéler le nom de son père. Vincent découvre qu’il s’agit d’un éditeur parisien égoïste et cynique, Oscar Pormenor. Le jeune homme met au point un projet violent de vengeance, mais sa rencontre avec Joseph, un homme un peu marginal, va changer sa vie, ainsi que celle de sa mère.

 

  • Everybody Wants Some (Metropolitan FilmExport ~65 copies) Film de Richard Linklater à qui l’on doit Boyhood (255k), Rock Academy (208.8k) et Before Midnight (77.1k).

Dans les années 80, suivez les premières heures de Jake sur un campus universitaire. Avec ses nouveaux amis, étudiants comme lui, il va découvrir les libertés et les responsabilités de l’âge adulte. Il va surtout passer le meilleur week-end de sa vie…

 

  • D’Une Pierre Deux Coups (Haut Et Court ~41 copies) Premier long de la réalisatrice Fejria Deliba qui a reçu le prix du public au Festival Premiers Plans d’Angers 2016.

Zayane a 75 ans. Depuis son arrivée en France, elle n’a jamais dépassé les frontières de sa cité. Un jour elle reçoit une lettre lui annonçant le décès d’un homme qu’elle a connu, autrefois, en Algérie. Le temps d’une journée, elle part récupérer une boite que le défunt lui a léguée. Pendant son absence, ses onze enfants se réunissent dans son appartement et découvrent un pan de la vie de leur mère jusque-là ignoré de tous…

 

  • Blind Sun (Pretty Pictures) Premier long de la cinéaste Joyce A.Nashawati.

Grèce. Futur proche. Une station balnéaire frappée par une vague de chaleur. L’eau se fait rare et la violence est prête à exploser. Ashraf, immigré solitaire, garde la villa d’une famille française en son absence. Dans ce paysage aride, écrasé par le soleil, il est arrêté par un policier pour un contrôle de papiers…

 

  • La Saison Des Femmes (Pyramide Distribution ~73 copies) Film de la réalisatrice indienne Leena Yadav présenté en 2015 au festival du film de Toronto.

Inde, Etat du Gujarat, de nos jours. Dans un petit village, quatre femmes osent s’opposer aux hommes et aux traditions ancestrales qui les asservissent. Portées par leur amitié et leur désir de liberté, elles affrontent leurs démons, et rêvent d’amour et d’ailleurs.

 

  • Mekong Stories (Memento Films Distribution ~17 copies) Deuxième long de Phan Dang Di après Bi, N’Ai Pas Peur (5.4k). Le film a fait parti de la sélection de la Berlinale 2015.

Saïgon, début des années 2000. Vu est apprenti photographe, Thang vit de petits trafics et Van rêve de devenir danseuse. Réunis par le tumulte de la ville, ils vont devoir affronter la réalité d’un pays en pleine mutation.

 

  • Un Homme Charmant (Urban Distribution ~7 copies) Film en noir et blanc du réalisateur argentin à qui l’on doit El Otro (2.8k).

Quelques semaines après l’accident qui a coûté la vie à son frère et à son mari, Luisa revient peu à peu à la réalité. Un soir, elle fait la connaissance d’Ernesto, qui tombe aussitôt amoureux d’elle. Soucieuse d’offrir un cadre de vie sécurisant à ses deux petites filles, mais encore en plein deuil, Luisa ne sait comment gérer les avances de cet homme à la fois troublant et séduisant. Mais Ernesto est un homme pressé. Il est prêt à s’engager. Il parle déjà d’avenir. D’abord prévenant, il devient vite insistant, envahissant, étouffant. Dans le Buenos Aires des années 60, il n’est pas facile pour une femme de prendre le temps d’aimer à nouveau.

 

  • This Is My Land (Aloest Distribution) Premier documentaire de la réalisatrice israélienne Tamara Erde.

Et si le conflit israélo-palestinien était surtout une question d’éducation ? This is My Land observe la manière dont on enseigne l’histoire dans les écoles (publiques ou religieuses) d’Israël et de Palestine. Portraits d’enseignants, enthousiastes ou révoltés, rencontres avec des enfants désenchantés : le film révèle les murs que l’on dresse dans la tête des jeunes générations…

 

  • Granny’s Dancing On The Table (Tamasa Distribution) Film de la réalisatrice suédoise Hanna Sköld.

Loin de la société, Eini grandit au fond de la forêt avec son père.
Celui-ci lui fait croire que le monde extérieur et les adultes sont des dangers qu’il faut fuir. Il l’oblige à vivre à l’écart de tout contact.
Prisonnière d’une vie insoutenable, au coeur d’une nature inquiétante, Eini prend conscience de l’impasse dans laquelle elle se trouve.
Des histoires sur sa grand-mère et un monde intérieur vont lui permettre de trouver la force de survivre et de s’affranchir.

 

  • Parfum De Printemps (Zelig Films Distribution) Troisième long du réalisateur tunisien Férid Boughedir après Halfaouine L’Enfant Des Terrasses (279k) et Un Eté A La Goulette (180.4k).

Aziz, surnommé « Zizou », jeune diplômé au chômage, quitte son village du Sahara pour monter à la capitale, Tunis, en quête d’un métier. Il devient installateur de paraboles sur les toits. Encore honnête et candide, il circule dans tous les milieux, des plus aisés aux plus démunis, des modernistes « branchés » aux partisans du regime despotique, ou aux opposants islamistes clandestins. Un jour, depuis les terrasses du beau village de Sidi Bou Saïd, il tombe fou amoureux d’une jeune fille qui semble séquestrée par un groupe de mafieux proches du pouvoir, et à qui il rêve désormais de rendre la liberté. Quand éclatent en Tunisie les prémices de la Révolution qui va donner naissance dans toute la région aux espoirs fous d’un « Printemps » des peuples libérés, Zizou devient célèbre malgré lui ! Par sa maladresse et sa naïveté il traversera mille péripéties…

 

  • Le Potager De Mon Grand Père (Destiny Films) Deuxième documentaire de Martin Esposito après Super Trash (5.1k).

Chez son grand-père, Martin est venu se ressourcer, aider et partager des moments de vie. L’aïeul lui transmettra son savoir, un peu de ses racines et les secrets de ce potager cultivé par amour pour sa femme disparue. Issu de cette génération fast-food, Martin prendra conscience de la valeur de ce précieux héritage. C’est un hymne à la vie et à cette nature que nous devons protéger.

 

  • Tout S’Accélère (Kamea Meah Films) Documentaire de Gilles Vernet.

Gilles est un ancien trader devenu instituteur dans le 19ème arrondissement de Paris. Il s’interroge avec ses élèves de CM2 sur l’accélération vertigineuse de notre monde. Fasciné par leurs réflexions sur notre mode de vie et notre rapport au temps, il décide de les filmer puis d’aller à la rencontre d’experts du sujet. Pourquoi nos sociétés recherchent-elles toujours plus de croissance ? A quel impératif obéit cette accélération alors même que ces enfants de 10 ans mettent en évidence ses limites ?

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :