Cette semaine dans les salles

Nouvelle semaine de sorties où le deuxième opus des Trolls et 30 Jours Max devraient attirer un partie des spectateurs. Bons choix et bonnes séances.

  • Les Trolls 2 Tournée Mondiale (Universal Pictures Internationale France) Film d’animation de David P. Smith et Walt Dohrn. Ce dernier a co-réalisé Les Trolls (2.74M) avec Mike Mitchell. Le film est une production de Dreamworks Animation dont le meilleur score est Shrek 2 (7.14M) et qui reste sur Abominable (1.95M).

Reine Barb, membre de la royauté hard-rock, aidée de son père Roi Thrash, veut détruire tous les autres genres de musique pour laisser le rock régner en maître. Le destin du monde en jeu, Poppy et Branch, accompagnés de leurs amis – Biggie, Chenille, Satin, Cooper  et Guy Diamond – partent visiter tous les autres territoires pour unifier les Trolls contre Barb, qui cherche à tous les reléguer au second-plan.

CRITIQUE 
  • 30 Jours Max (StudioCanal) Deuxième long de Tarek Boudali après Epouse-Moi Mon Pote (2.47M). Le film totalise déjà plus de 58 000 tickets rien qu’avec les avp.

Rayane est un jeune flic trouillard et maladroit sans cesse moqué par les autres policiers. Le jour où son médecin lui apprend à tort qu’il n’a plus que trente jours à vivre, Il comprend que c’est sa dernière chance pour devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue Stéphanie. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendra tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue…

CRITIQUE 
  • The Good Criminal (Metropolitan FilmExport) Film d’action de Mark Williams avec Liam Neeson au casting.

Tom, un légendaire voleur de banque décide de se ranger et passe un deal, contre son immunité, avec le FBI qui n’a jamais réussi à lui mettre la main dessus. Il réalise vite que les Fédéraux ont un autre plan en tête : partager son butin et le faire accuser d’un meurtre. Pris au piège, pourchassé par la police et le FBI, il décide de reprendre les choses en main et se lance dans une vengeance explosive.

  • A Dark-Dark Man (Arizona Distribution) Nouveau long de Adilkhan Yerzhanov après La Tendre Indifférence Du Monde (22.6k).

Bekzat est un jeune policier qui connait déjà toutes les ficelles de la corruption des steppes kazakhes. Chargé d’étouffer une nouvelle affaire d’agressions mortelles sur des petits garçons, il est gêné par l’intervention d’une journaliste pugnace et déterminée. Les certitudes du cow-boy des steppes vacillent.

  • Una Promessa (Shellac) Un long des jumeaux Gianluca et Massimiliano De Serio.

Sous un soleil de plomb, au sud de l’Italie, Angela part avec d’autres travailleurs clandestins dans les champs, d’où elle ne reviendra pas. Face à cette disparition tragique et mystérieuse, lancés dans une quête de vérité, son mari Giuseppe fait la promesse à leur fils Antò de lui rendre sa mère.

  • Drunk (Haut Et Court) Nouveau long de Thomas Vinterberg après entre autres Festen Fête De Famille Dogme 1 (632.2k), La Chasse (151.5k), Loin De La Foule Déchainée (146.7k), La Communauté (98k) et qui reste sur Kursk (118.7k).

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

  • Calamity Une Enfance De Martha Jane Cannary (Gebeka Films) Nouveau film d’animation de Rémi Chayé après Tout En Haut Du Monde (512.2k). Le film a obtenu le cristal du long métrage au festival du film d’animation d’Annecy 2020.

1863, États-Unis d’Amérique. Dans un convoi qui progresse vers l’Ouest avec l’espoir d’une vie meilleure, le père de Martha Jane se blesse. C’est elle qui doit conduire le chariot familial et soigner les chevaux. L’apprentissage est rude et pourtant Martha Jane ne s’est jamais sentie aussi libre. Et comme c’est plus pratique pour faire du cheval, elle n’hésite pas à passer un pantalon. C’est l’audace de trop pour Abraham, le chef du convoi. Accusée de vol, Martha est obligée de fuir. Habillée en garçon, à la recherche des preuves de son innocence, elle découvre un monde en construction où sa personnalité unique va s’affirmer. Une aventure pleine de dangers et riche en rencontres qui, étape par étape, révélera la mythique Calamity Jane.

  • Israel Le Voyage Interdit Partie II : Hanouka (Nour Films) Nouveau documentaire de Jean-Pierre Lledo après Un Rêve Algérien (12.7k) et Algérie Histoires A Ne Pas Dire (4.1k). Il y a quatre parties, Hanouka est la seconde après Kippour et avant Hanouka, Pourim et Pessah.

Mon oncle maternel avait quitté l’Algérie en 1961… J’avais 13 ans. Et depuis je n’avais plus eu de relation, ni avec lui, ni avec sa famille… Je n’étais pas non plus allé à son enterrement, il y a 10 ans… Je l’aimais pourtant. Ce n’est donc pas lui que j’avais boycotté, mais le pays qu’il avait choisi… Israël. Qu’est-ce qui durant plus de 50 ans avait empêché le Juif algérien communiste que j’étais ? Ma fille Naouel a voulu m’accompagner dans cette aventure et j’ai accepté. Une dette à rembourser.
Partie II : Hanouka : Mais pourquoi le monde ne s’était-il intéressé qu’aux réfugiés arabes ? En Algérie, où j’avais vécu jusqu’en 1993, seul le malheur arabe palestinien avait un nom :  » la Naqba « . Le monde arabo-musulman ne s’était-il pas purgé de tous ses Juifs… ? Et si, il n’y avait pas eu… une… mais deux  » Naqbas  » ? Chaque jour s’approfondit le fossé entre celui que j’avais été et celui que je devenais… Et peu à peu se reconstitue ma famille, jusque-là fantôme… Près de sa tombe, aurai-je le pardon de l’Oncle ?

  • La Chouette En Toque (Cinéma Public Films) Film d’animation de Pascale Hecquet, Frits Standaert, Celia Tisserant et Celia Tocco déjà réalisateurs sur Les Ritournelles De La Chouette (65.5k), La Fontaine Fait Son Cinéma (45.6k) et La Chouette Entre Veille Et Sommeil (94.2k).

Dans ce programme, la Chouette du cinéma aborde avec humour la chaîne alimentaire, invite les enfants à la pâtisserie et évoque la valeur affective de notre nourriture. Elle présente l’adaptation d’un conte japonais burlesque et enchante une chanson populaire vieille de cent cinquante ans ! En plus des cinq fruits et légumes par jour, voici cinq contes gourmands que la Chouette « en toque » a mitonnés avec la magie du cinéma d’animation.

  • Les Equilibristes (Les Alchimistes) Documentaire de Perrine Michel.

On ne vient pas ici pour guérir, mais pour vivre le plus pleinement possible ses derniers jours. Ici, c’est un service de soins palliatifs. Au quotidien, des soignants font corps et s’écoutent les uns les autres, pour être au plus près des patients. En parallèle des scènes montrant une médecine pleine d’humanisme, la voix de la cinéaste se fait entendre. Elle accompagne, elle aussi, sa mère à travers la maladie. Quatre danseurs mettent en lumière la chronique de cet accompagnement. 

  • Princesse Europe (Sophie Dulac Distribution) Documentaire de Camille Lotteau.

Pendant la campagne des élections européennes de 2019, Bernard-Henri Lévy entreprend de sillonner l’Europe avec une pièce de théâtre écrite et jouée par lui. Le film suit l’infatigable défenseur de l’UE le long des routes d’une vingtaine de pays entremêlés, et le réalisateur décide de sortir des théâtres et des palais, à la rencontre des pensées et des visages.

  • La Première Marche (Outplay) Documentaire de Hakim Ataoui et Baptiste Etchegaray.

Le 9 juin 2019, quatre étudiants mènent à Saint-Denis la première Marche des fiertés en banlieue. 50 ans après Stonewall, ils imposent le combat LGBT là où personne n’avait voulu l’imaginer. Une immersion trépidante parmi les organisateurs de la pride, banlieusards et fiers. Les enjeux d’intersectionnalité et d’inclusivité des luttes sont clairement posés. Les jeunes militants débordent d’une énergie communicative dans un documentaire plein d’humour et d’engagement, qui inspire une volonté d’unité face aux oppressions. La projection sera suivie d’une rencontre avec les réalisateurs et des membres de l’association organisatrice de la Marche des fiertés en banlieue.

  • Les Petites Fièvres (Les Découvertes Du Saint-André) Documentaire de Lise Thibeault.

Bastian a dix huit ans quand il apprend que ses os sont malades. Il trouve dans la compagnie joyeuse et insouciante de Lise et leurs amis la force de sublimer la dernière année de sa vie. Cette immersion pudique raconte l’enthousiasme à vivre, à éprouver les troubles, à perler ses désirs, de ce garçon qui semble sans âge. Bastian et ses amis ont choisi une voie lumineuse.

  • No Way (Juste Doc) Documentaire de Ton Van Zantvoort.

Abandonner son troupeau ? Trouver un autre boulot ? Tout envoyer paître ? Pour Stijn, c’est NO WAY. Il se battra jusqu’au bout, contre vents et marées et lois du marché. Et il n’est pas seul.

  • Paris Calligrammes (Dean Médias) Documentaire de Ulrike Ottinger.

Paris Calligrammes est un film d’art et essai, un long métrage documentaire, réalisé par Ulrike Ottinger, réalisatrice allemande, emblème de l’avant-garde en Allemagne et du pop Art, aujourd’hui âgée de 75 ans. Elle raconte le Paris des années 60 qu’elle a connu, évoque en particulier une librairie, Calligramme, dirigée par Fritz Picard, où elle a rencontré des avant-gardistes allemands et français issus de la littérature et de l’art. Elle se rappelle Paris sous un autre angle, qui n’était pas seulement un lieu de rencontre pour des intellectuels et des artistes du monde entier à cette époque. Paris traversait une phase politique difficile de décolonisation à la suite de la guerre en Algérie. Les manifestations étudiantes contre la guerre du Vietnam et la discrimination raciale ont commencé au milieu des années soixante. Ulrike Ottinger décrit comment elle a vécu cette période de réveil artistique, politique et social.

  • Babylon (Les Films Du Camélia) Documentaire de Franco Rosso.

Campé par le chanteur du groupe Aswad Brinsley Forde, le jeune rasta Blue est perdu dans une société anglaise qui ne le comprend pas, pas plus qu’elle n’a réussi à assimiler sa vague d’immigration jamaïcaine depuis la décolonisation de l’île, en 1962. Chômage, policiers racistes, voisins et patrons xénophobes. Une oppression permanente que Blue évacue au micro de son sound-system, une gigantesque sono faite maison, avec le rêve secret de devenir le “sound” le plus couru de Londres. Mais sur sa route se dresse un obstacle de taille : le King de cette scène, le redouté Jah Shaka (dans son propre rôle)…

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :