Cette semaine dans les salles

Une nouvelle semaine de sorties qui ne devrait guère faire de l’ombre aux continuations. Bons choix et bonnes séances.  .

  • Qui M’Aime Me Suive (Apollo Films) Troisième long de José Alcala après Alex (5.1k) et Coup D’Eclat (136.3k).

Gilbert et Simone vivent une retraite agitée dans un village du Sud de la France. Le départ d’Étienne, son voisin et amant, le manque d’argent, mais surtout l’aigreur permanente de son mari, poussent Simone à fuir le foyer. Gilbert prend alors conscience qu’il est prêt à tout pour retrouver sa femme, son amour.

  • Us (Universal Pictures International France) Deuxième long de Jordan Peele après Get Out (1.14M).

Des parents emmènent leurs enfants dans leur maison secondaire près d’une plage afin de se détendre et de se déconnecter. Des amis les rejoignent. Au fur et à mesure que la nuit arrive, la sérénité se transforme en tension. Lorsque des invités – qui n’étaient pas prévus – se joignent au groupe, l’agitation palpable dégénère en chaos.

 CRITIQUE 
  • Dernier Amour (Diaphana Distribution) Nouveau long de Benoit Jacquot dont les meilleurs scores sont Les Adieux A La Reine (570.9k), Sade (441k), 3 Cœurs (382.5k), Journal D’Une Femme De Chambre (340.2k), Villa Amalia (300.8k) et qui reste sur le score d’Eva (153.6k).

Au XVIIIe siècle, Casanova, connu pour son goût du plaisir et du jeu, arrive à Londres après avoir dû s’exiler. Dans cette ville dont il ignore tout, il rencontre à plusieurs reprises une jeune courtisane, la Charpillon, qui l’attire au point d’en oublier les autres femmes. Casanova est prêt à tout pour arriver à ses fins mais La Charpillon se dérobe toujours sous les prétextes les plus divers. Elle lui lance un défi, elle veut qu’il l’aime autant qu’il la désire.

  • Walter (SND) Premier long de Varante Soudjian.

Pour Goran et son équipe de braqueurs amateurs, le plan était presque parfait : pénétrer de nuit dans un hypermarché pour dévaliser une bijouterie. Mais ces « bras cassés » n’avaient pas prévu l’arrivée d’un vigile pas comme les autres : Walter, un ex-chef de guerre africain qui va les envoyer en enfer…

  • Du Miel Dans La Tête (Warner Bros. France) Til Schweiger réalise le remake de son propre film Honig Im Kopf (7.24M en Allemagne) sorti en 2014.

Nick et Sarah élèvent leur fille de 10 ans, Tilda, dans les environs de Londres. Malgré leurs problèmes de couple, Amadeus  père de Nick, s’installe chez eux à contrecœur. En effet, atteint de la maladie d’Alzheimer et veuf depuis peu de temps, il est désormais incapable de vivre seul.

  • Sunset (Ad Vitam) Deuxième long de Laszlo Nemes après Le Fils De Saul (201.7k).

1913, au cœur de l’empire austro-hongrois. 
Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. 
Son rêve de travailler dans le célèbre magasin de chapeaux, autrefois tenu par ses parents, est brutalement brisé par Oszkar Brill le nouveau propriétaire.
Lorsqu’Írisz apprend qu’elle a un frère dont elle ne sait rien, elle cherche à clarifier les mystères de son passé.
A la veille de la guerre, cette quête sur ses origines familiales va entraîner Irisz dans les méandres d’un monde au bord du chaos.

  • L’Homme Qui A Surpris Tout Le Monde (JHR Films) Un long de Natalya Merkulova et Aleksey Chupov.

Aux confins la Taïga sibérienne, Egor, garde forestier, est un bon père de famille et un bon mari, respecté par ces quelques concitoyens. Lui et sa femme Natalia attendent un deuxième enfant. Quand Egor découvre qu’il est atteint d’une maladie incurable, il va tenter de tromper la mort… au risque de surprendre tout le monde.

  • Cómprame un Revólver (Rezo Films) Un long de Julio Hernández Cordón.

Quelque part au Mexique, dans un décor de western, Huck, une petite fille vit là avec son père, leur caravane posée près d’un vaste terrain de baseball abandonné. Certains soirs, les narcos y organisent des matchs avec bière, crack et bagarres. Huck, porte un masque, car on raconte que les filles disparaissent. Elle et ses copains, une bande à la “Peter Pan” passée maître dans l’art du camouflage, complotent pour éliminer le chef des narcos, terreur de ce no man’s land. Un jour, une fête est organisée pour l’anniversaire du caïd.

  • Sauvages (Alfama Films) Un long de Dennis Berry.

Nora sort de prison. Elle n’a qu’une seule idée en tête : retrouver une jeune artiste néo-punk qu’elle admire, Léa. Miroir l’une pour l’autre, elles vont s’aimer. Poètes, elles se perdent, se retrouvent, se trahissent. Passion folle et bataille acharnée pour trouver ensemble la beauté.  

  • Entre Les Roseaux (Outplay) Premier long de Mikko Makela.

De retour en Finlande pour les vacances d’été, Leevi aide son père à restaurer le chalet familial au bord d’un lac. Tareq, un réfugié syrien demandeur d’asile, les aide sur ce chantier. Alors que Leevi trouve refuge dans la littérature de Rimbaud, Tareq tente de se construire une identité dans un monde fait d’inégalités. Loin du regard du père, ces deux hommes que tout oppose se découvrent l’un l’autre. L’amour devient un exutoire…

  • Le Corps Sauvage (Carron Distribution ~1 copie) Nouveau long de Cheyenne Marie Carron.

À la recherche d’une nouvelle façon de vivre, Diane, 25 ans, s’installe chez son grand-père dans un village bordant une forêt où elle pratique la chasse à l’arc. Le grand-père lui fait découvrir l’univers de la chasse, ses rites et ses traditions, ainsi que son village où chacun vit en harmonie, unis par des valeurs fédératrices. Cette harmonie est bientôt menacée par un groupe de chasseur sans éthiques ; mais Diane est décidée à protéger le village et la nature à son corps défendant.

  • La Flor Part 2 (ARP Sélection) Un long du réalisateur  argentin Mariano Llinas d’une durée initiale de 814 minutes. La première partie cumule 4 077 tickets au terme de sa première semaine d’exploitation.

« La Flor » cambriole le cinéma en six épisodes.
Chaque épisode correspond à un genre cinématographique.
Le premier est une série B, comme les Américains avaient l’habitude d’en faire.
Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère.
Le troisième est un film d’espionnage.
Le quatrième est une mise en abîme du cinéma.
Le cinquième revisite un vieux film français.
Le sixième parle de femmes captives au 19e siècle.
Mon tout forme « La Flor ».
Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes.

D’un épisode à l’autre, « La Flor » change radicalement d’univers, et chaque actrice passe d’un monde à l’autre, d’une fiction à un autre, d’un emploi à un autre, comme dans un bal masqué.
Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu’au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l’histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

  • Le Rêve De Sam (Cinéma Public Films) Compilation de quatre courts métrages : 
    « Le Renard et la baleine » (Robin Joseph / Canada / 2017 / 12′ / animation 2D) : un renard curieux part à la recherche d’une baleine insaisissable. Une histoire de nostalgie et de découverte. 
    « Jonas et la mer » (Marlies Van Der Wel / Pays-Bas / 2016 / 11′ / animation 2D) : Jonas a toujours rêvé de vivre dans la mer, comme un poisson dans l’eau… Mais ce n’est pas possible… n’est-ce pas ? 
    « Home Sweet Home » (Pierre Clenet, Alejandro Diaz, Romain Mazevet, Stéphane Paccolat / France / 2013 / 10′ / animation 2D) : C’est l’histoire d’une maison qui s’échappe de ses fondations enracinées en banlieue, pour se lancer dans un voyage épique. 
    « Le Rêve de Sam » (Nolwenn Roberts / France / 2018 / 8′ / animation 2D) : Sam est une petite souris, qui, par un beau matin de printemps, décide de réaliser son rêve : voler avec les hirondelles.
  • Leur Souffle (Saje Distribution) Documentaire de Cécile Besnault et Ivan Marchika.

Au  milieu des paysages chers à Cézanne, Sœur Bénédicte va faire ses vœux  perpétuels. Elle s’apprête à vivre cloîtrée dans une abbaye bénédictine surplombant la vallée de la Durance, à Jouques.  Avec d’autres sœurs,  elle consacrera ses journées au travail et à la prière. Cécile Besnault  et Ivan Marchika nous invitent à vivre une expérience inédite, sans  jugement ni parti pris.

M (New Story) Nouveau long de Yolande Zauberman après Moi Ivan Toi Abraham (81.1k), Clubbed To Death (14.3k), La Guerre A Paris (19.9k) et Would You Have Sex With An Arab (8.6k).

«M» comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres de sa communauté qui l’adulait. Quinze ans après il revient à la recherche des coupables, dans son quartier natal de Bnei Brak, capitale mondiale des Juifs ultra-orthodoxes. Mais c’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère… une réconciliation.

  • Résistantes (Les Films Des Deux Rives) Documentaire de Fatima Sissani.

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de 7 ans.
Regard croisé de trois femmes engagées au côté du FLN sur la colonisation et la guerre d’indépendance algérienne. Elles connaîtront la clandestinité, la prison, la torture, l’hôpital psychiatrique. C’est au crépuscule de leur vie qu’elles choisissent de témoigner, après des décennies de silence.
Avec clarté et pudeur, elles racontent l’Algérie coloniale, la ségrégation, le racisme, l’antisémitisme, la prison, la torture, les solidarités, la liberté et aussi la nature qui ressource, les paysages qui apaisent, la musique et la poésie qui permettent l’échappée…

  • Social Business (Les Découvertes du Saint-André ~1 copie) Documentaire de Amirul Arham.

Le Social Business est conçu et fonctionne comme une entreprise classique. Mais le principe de maximisation du profit est remplacé par celui du bénéfice social. Les détenteurs d’actions peuvent progressivement récupérer leurs investissements, mais sans prendre de dividendes. En suivant le Professeur Mr. Yunus, Prix Nobel en Paix, le film montre comment cela fonctionne à travers le spectre de l’entreprise, qu’elle soit multinationale, très petite entreprise et même compagnie de cirque du Cambodge.


Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :