Cette semaine dans les salles

bases sortie 8-4-15

Cette semaine plein d’adaptations de romans. On ne pourra cependant pas passer à côté de la première réalisation de Jamel Debbouze qui sortant dans de nombreuses salles, devra amortir un maxi budget mais le bouche à oreilles suivra-t-il ? Sans grande conviction et sans doute plus préoccupé par la sortie d’Avengers l’ère d’ultron, Disney nous balance le troisième opus de Clochette. Non, vous ne voyez pas double, Reda Kateb est à l’affiche de Lost River et l’Astragale, tandis que Christina Hendricks est dans Dark Places et Lost River.

 

  • POURQUOI J’AI PAS MANGE MON PERE (Pathé Distribution ~716 copies) La première réalisation de Jamel Debbouze adaptée du roman de Roy Lewis.

L’histoire trépidante d’Édouard, fils aîné du roi des simiens, qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père.

CRITIQUE

 

 

  • CLOCHETTE ET LA CREATURE LEGENDAIRE (The Walt Disney Company France ~414 copies) Un troisième opus qui devra faire mieux que le premier (CLOCHETTE ET LE SECRET DES FEES : 1 484 381 entrées) sachant que le deuxième (CLOCHETTE ET LA FEE PIRATE : 1 055 367) avait fait moins.

Peu après le passage d’une étrange comète verte dans le ciel, la tranquillité de la Vallée des fées se voit troublée par un énorme rugissement que même Nyx, la fée éclaireuse en charge de la sécurité des lieux, n’est pas capable d’identifier. En bonne fée des animaux, Noa décide de pousser un peu plus loin l’enquête et découvre que ce cri provient d’une gigantesque créature blessée à la patte et cachée au fond d’une grotte. Malgré son allure effrayante, cet animal qui ne ressemble à aucun autre et qu’elle baptise bientôt « Grognon », cache un vrai coeur d’or. En l’apprivoisant un peu plus chaque jour, Noa remarque l’attitude étrange de Grognon : il n’a de cesse en effet d’empiler de grandes colonnes de pierre dans chacun des endroits de la Vallée des fées où se prépare le passage des saisons. Intriguée, elle le laisse pourtant faire et tente de démontrer à Clochette et ses amies – mais aussi à Nyx et à l’ensemble des fées éclaireuses qui veulent le capturer avant qu’il ne détruise tout sur son passage -, que son nouvel ami vaut bien plus que l’aspect terrifiant qu’il inspire au premier abord… Qui sait d’ailleurs si cette créature ne pourrait pas être celle dont parle une vieille légende, celle-là même qui sauverait la Vallée d’un orage capable de la réduire à néant ?

 

  • CAKE (Warner Bros France ~82 copies) Jennifer Aniston sous un nouveau visage.

Claire Bennett va mal. Il n’y a qu’à voir ses cicatrices et ses grimaces de douleur dès qu’elle fait un geste pour comprendre qu’elle souffre physiquement. Elle ne parvient guère mieux à dissimuler son mal-être affectif. Cassante et parfois même insultante, Claire cède à l’agressivité et à la colère avec tous ceux qui l’approchent. Son mari et ses amis ont pris leurs distances avec elle, et même son groupe de soutien l’a rejetée. Profondément seule, Claire ne peut plus compter que sur la présence de sa femme de ménage Silvana, qui supporte difficilement de voir sa patronne accro à l’alcool et aux tranquillisants. Mais le suicide de Nina, qui faisait partie de son groupe de soutien, déclenche chez Claire une nouvelle fixation. Tout en s’intéressant à la disparition de cette femme qu’elle connaissait à peine, Claire en vient à s’interroger sur la frontière ténue entre vie et mort, abandon et souffrance, danger et salut. Tandis qu’elle se rapproche du mari de Nina et de leur fils, Claire trouvera peut-être un peu de réconfort…

CRITIQUE

 

 

  • THE HUMBLING (Metropolitan FilmExport ~32 copies) D’après le roman de Philip Roth.

Célèbre comédien de théâtre, Simon Axler sombre dans la dépression au point de devenir suicidaire lorsqu’il perd soudainement et inexplicablement son don. Pour tenter de retrouver le feu sacré, il entame une liaison avec une lesbienne deux fois plus jeune que lui. Mais très vite, leur relation sème le chaos tandis que d’anciennes connaissances du couple réapparaissent dans leur vie…

 

 

  • DARK PLACES (Mars Distribution ~211 copies) Une adaptation du roman de Gillian Flynn.

1985, Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier. 30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère.

PHOTOS DE L’AVANT-PREMIERE
CRITIQUE

 

 

  • LOST RIVER (The Jokers/Le Pacte ~79 copies) La première réalisation de Ryan Gosling.

Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

PHOTOS & VIDEOS DE LA RENCONTRE DU 6 AVRIL

CRITIQUE

 

  • JACK (Diaphana Distribution ~28 copies)

Fonceur, tenace et plein de ressources, Jack, dix ans à peine, est déjà seul responsable de sa famille : son petit frère Manuel, six ans, et leur mère célibataire aimante, mais totalement immature, Sanna, qui travaille la journée et fait la fête la nuit. Mais cet homme de la maison en culottes courtes n’est pas infaillible et un événement va venir bouleverser le quotidien de ce trio. Les services de protection de l’enfance décident alors de retirer la garde des deux garçons à la jeune femme et de placer Jack dans un centre d’hébergement.

 

 

  • L’ASTRAGALE (Alfama Films ~105 copies) Une nouvelle adaptation du roman d’Albertine Sarrazin.

Une nuit d’avril 1957. Albertine, 19 ans, saute du mur de la prison où elle purge une peine pour hold-up. Dans sa chute elle se brise l’os du pied : l’astragale. Elle rampe jusqu’à la route et interpelle une voiture. Elle est secourue par Julien, repris de justice, qui l’emmène et la cache chez une amie à Paris. Pendant qu’il mène sa vie de malfrat à droite à gauche en province, elle réapprend à marcher dans la capitale. Julien est arrêté et emprisonné. Seule et recherchée par la police, elle se prostitue pour survivre et, de planque en planque, de rencontre en rencontre, lutte au prix de toutes les audaces pour sa fragile liberté. Mais les souffrances physiques qu’elle endure ne sont rien à côté de ce que l’absence de Julien provoque dans sa chair…

 

 

  • JAMAIS DE LA VIE (Ad Vitam ~125 copies) Le nouveau film de Pierre Jolivet dont le meilleur score reste JE CROIS QUE JE L’AIME (849 897 entrées).

Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue. Il y a dix ans, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt au combat. Aujourd’hui il est le spectateur résigné de sa vie, et il s’ennuie. Une nuit, il voit un 4×4 qui rôde sur le parking, et sent que quelque chose se prépare… La curiosité le sort de son indifférence et il décide d’intervenir. Une occasion pour lui de reprendre sa vie en main…

 

 

  • LEOPARDI (Paname Distribution ~32 copies)

Italie. XIXe siècle. Giacomo Leopardi est un enfant prodige. Issu d’une famille aristocratique, il grandit sous le regard implacable de son père. Contraint aux études dans l’immense bibliothèque familiale, il s’évade dans l’écriture et la poésie. En Europe, le monde change, les révolutions éclatent et Giacomo se libère du joug de son père ultraconservateur. Génie malheureux, ironique et rebelle, il deviendra, à côté de Dante, le plus célèbre poète italien.

 

  • LES ENQUETES DU DEPARTEMENT V : PROFANATION (Wildbunch Distribution~111 copies) La suite de MISERICORDE sorti directement en vod.

En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

 

 

  • LOBA (Iberi Films Distribution ~10 copies)

A travers les témoignages de ses patientes et de ses amies sages femmes, Catherine, guérisseuse-ostéopathe, nous invite à un voyage en France, en Catalogne, au Mexique et à Cuba pour comprendre comment l’accouchement se vit aujourd’hui. En sa compagnie, nous découvrons pourquoi et comment il a évolué vers plus de médicalisation. Et pourquoi le métier de sage femme est aujourd’hui menacé.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :