Seconde critique de Ghost in the Shell

Ghost in the Shell

8

Scénario

8.0/10

Réalisation

8.0/10

Casting

8.0/10

Musique

8.0/10

Les pour

  • Visuellement bluffant
  • Scénario bien écrit
  • Action efficace et explosive
  • Scorsese Johansson totalement imprégnée dans son personnage
  • Une réalisation impeccable

Twitter : #GhostInTheShell  @paramountfr

Réalisateurs : Rupert Sanders

Acteurs: Scarlett Johansson, Pilou Asbæk, Michael Pitt, Juliette Binoche, Takeshi Kitano, Michael Wincott

Date de sortie : 29 mars 2017

Durée : 1h47

GHOST IN THE SHELL est visuellement bluffant. La Mégalopole dans laquelle évolue le Major (Scarlett Johansson) est constamment grouillante de vie et semble véritablement vivante tellement chaque détail de l’environnement futuriste du long-métrage est parfaitement crédible et réaliste. Les décors sont hyper détaillés et d’une beauté incroyable, les hologrammes présents à chaque coin de rue et sur chaque immeuble, les véhicules, les armes, les costumes ainsi que la technologie informatique et cybernétique donnent une ambiance très particulière au film. Tout est ahurissant de réalisme… Sans oublier les effets spéciaux très soignés et bien réalisé. Tout le travail effectué par l’équipe artistique est incroyable !

Le scénario est plutôt bien écrit et n’est heureusement pas un simple copié/coller du manga animé. Les scénaristes ont su garder l’ADN de l’histoire d’origine et en remanier l’intrigue avec beaucoup d’intelligence, tout en rajoutant pas mal de nouveaux éléments sans pour autant être une trahison à l’univers culte du manga. Et même si l’aspect psychologique et métaphysique sont un peu moins développés comparativement à la version animée, il n’en demeure pas moins bien présent. En contre partie, le film propose plus d’action et approfondi d’autres éléments qui étaient moins développés dans la version animée, comme le passé du Major et les raisons qui ont fait d’elle un être vivant cybernétiques ainsi que d’autres détails sur le passé de certains de ses coéquipiers de la Section 9, tels que Batou ou encore plus d’explications sur le fonctionnement de la technologie futuriste du film.

L’action est bien plus présente que dans le manga animé, mais sans exagération non plus. Quand l’action fait son apparition c’est à chaque fois très dynamique, hyper efficace et toujours explosif. La mise en scène épousant parfaitement les séquences d’action, celles-ci sont d’autant plus immersive et d’une incroyable crédibilité. La 3D n’est malheureusement pas toujours bien optimisée, mais parvient tout de même à être immersive quand il le faut.

Scarlett Johansson est tellement imprégnée par son personnage du Major qu’on parvient à oublier l’actrice. Elle adopte même une démarche légèrement différente, comme pour accentuer son côté inhumain et robotique. Quand on la voit coiffée exactement comme le Major dans l’animé et dans sa combinaison de camouflage optique on se dit elle était décidément le choix parfait pour le rôle du Major et je ne voyais vraiment pas une autre actrice à sa place. Pilou Asbaek est parfait dans le rôle mythique du grand et fort Batou. Takeshi Kitano dans le rôle d’Aramaki, le chef de la Section 9, est comme d’habitude impeccable de justesse et charismatique. Juliette Binoche est tout à fait à sa place dans le rôle du Dr. Ouelet. Ainsi que Michael Pitt assez impressionnant dans le rôle mystérieux de Kuze.

En bref ! Grâce à l’impeccable réalisation de Rupert Sanders et au remaniement parfait de l’histoire originale par ses scénaristes, la version « live » de Ghost in the Shell entre directement au panthéon des meilleurs films de science-fiction et par la même occasion devient aussi culte que le manga animé. Tout simplement IM-MAN-QUA-BLE pour tous fans de science-fiction qui se respectent !

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :