Lionsgate s’excuse d’avoir engagé des « Blancs »

Comme vous le savez aujourd’hui avec Twitter et Facebook, il y a des gens qui se cherchent des combats quotidiennement.  Que ce soit par conviction chez certains ou plus souvent simplement pour se faire remarquer et pour se donner bonne conscience, il est très difficile de proposer quoi que ce soit sans avoir une, deux ou des milliers de personnes même pour venir analyser votre travail et se déchaîner dessus.

Après tout Twitter est devenu la place publique où l’on crie pour la mise à mort et applaudit quand la personne est à terre. il faut dire qu’avec cet outil il est simple de trouver des personnes aimant se divertir et se joindre à l’effet de masse pour gagner quelques minutes de popularité et quelques followers, ne nous mentons pas.

Mais parfois le débat va plus loin et cela oblige même les Studios de cinéma ou les réalisateurs à s’excuser ou s’expliquer. On se souvient ainsi de Ridley Scott fustigé par tous car il avait engagé Christian Bale pour son film Exodus ainsi que des acteurs blancs censés représenter des égyptiens. Ce que l’on sait moins, car sans doute composé d’une communauté moins bruyante de par chez nous, est que pour son dernier carton « Seul sur Mars« , le réalisateur a une fois encore été accusé de recourir à des acteurs blancs et noirs pour interpréter des personnages asiatiques dans le livre dont est inspiré le film.

Exodus photos5

Le plus amusant dans ceci est évidemment ne pas avoir vu les personnes hurlant au WhiteWashing sur Exodus s’exprimer sur le sujet montrant malheureusement que bien souvent il ne s’agit pas de convictions (bien que louables) mais bien de suivre un mouvement de masse.

Autre exemple dernièrement, l’annonce et le relais par des millions de personnes d cela présence de Tilda Swinton au casting de Doctor Strange… Jusque maintenant aucune plainte, aucune remarque venue du jeune public qui applaudit à chaque annonce venant de Marvel… Sauf que Tilda Swinton est supposée interpréter une Tibétaine mais cela semble avoir échappé aux personnes offusquées par certains casting.

Si je parle de ceci est parce que dès cette semaine, on risque de retrouver une grosse partie de ses « accusateurs du web » critiquer un autre film: « Gods of egypt »

Si à l’unanimité, tout le monde a répondu présent pour dire que la bande annonce était immonde d’un point de vue technique et annonçait un bon gros nanar, tout le monde est resté calme concernant son casting… Jusqu’à aujourd’hui où l’on voit certains tweet surgir accusant une fois encore un réalisateur et son Studio de procéder au WhiteWashing.

De ce fait, Lionsgate, le studio derrière Gods of Egypt a décidé de prendre les devants et de s’excuser….

lionsgate

« Nous reconnaissons notre responsabilité dans le fait d’aider et de nous assurer qu’un casting reflète la diversité et la culture dans un film d’époque. De ce point de vue là, nous avons échoué vis à vis de nos standards et nous allons continuer de nous améliorer… »

De son côté Alex Proyas, le réalisateur a tenu ces propos

AlexProyas

« Le process de casting pour un film comprend des complications variables mais il est clair que nos choix auraient du être plus diversifiés. Je m’excuse sincèrement au près de ceux offensés par les décisions que nous avons prises »

 

Concernant les choix de castings, on se souvient que Ridley Scott avait tenu par la suite des propos ayant choqués bien en expliquant qu’il était bien plus simple de vendre un film au public avec des blancs et une grosse vedette au casting plutôt qu’avec un homme de couleur. Des propos qui lors de la sortie d’Exodus avaient fait grand bruit… Jusqu’à la sortie de Seul Sur Mars cette année qui cartonne depuis montrant que le public criant contre un réalisateur a soit la mémoire courte, soit est déjà passé à un autre combat.

De plus, ces excuses concernant Gods of Egypt tombent à point nommé puisque depuis quelques jours, on reparle du film sans même faire mention de la pauvreté de sa bande annonce, une petite publicité qui confirme la citation bien connue  »

Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de

Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi!

Et pour montrer qu’il faut bien prendre des précautions en 2015 avec ce qui s’écrit ou se dit, je complète de quelques lignes pour signaler que cet article n’est pas là pour apporter un jugement personnel, mais bien pour relater des faits que l’on voit régulièrement sur les réseaux sociaux et plus particulièrement Twitter.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :