Critique de Saint Georges

Saint Georges

7.2

Scénario

6.7/10

Réalisation

6.7/10

Casting

8.0/10

Musique

7.5/10

Les pour

  • Nuno Lopes est excellent
  • Une histoire touchante

Les contre

  • Un peu long

Twitter : #SaintGeorges

Titre VO : São Jorge

Réalisateur : Marco Martins

Acteurs: Nuno Lopes, Mariana Nunes, David Semedo

Date de sortie : 17 mai 2017

Durée : 1h52

En voilà un film qui fait froid dans le dos. Dès le départ on nous annonce que pendant des années le Portugal a été en crise et que nombreux sont les personnes incapables de rembourser leurs crédits. Suite à cela, des sociétés de rachats de crédits ont été créés mais leurs méthodes ne sont pas vraiment orthodoxes.

Jorge est boxeur, mais sa vie de famille est sans dessus-dessus, entre un fils aimant, un père compliqué à vivre et une femme qu’il aime encore mais qui ne semble plus vouloir de lui.

Prêt à tout pour améliorer sa situation et enfin vivre une vie heureuse, il va accepter un métier d’apparence simple… Uniquement en apparence.

Saint Georges est un joli film mais souffre quand même de belles longueurs. Ainsi cela aurait été bien de couper un minimum de 20 minutes pour rendre le tout plus fluide et agréable à regarder.

Mis à part ce côté longuet, Saint Georges est surtout un bon film de par son scénario violent et surtout son acteur principal tout simplement incroyable.

Le scénario d’abord est vraiment fort et nous montre un Portugal loin de l’image « Carte Postale » et plus proche du gouffre qu’il n’y paraît. Entre des décors poisseux, des familles vivant de manière un peu négligées et des situations désespérantes, on assiste à un Portugal à la peine et où la misère a aussi trouvé sa place.

Concernant le casting, ce dernier est de très grande qualité, mais c’est essentiellement Nuno Lopes qui crève l’écran.  Cet acteur est incroyable et malgré un physique imposant de type armoire a glace montre de nombreuses émotions.

Saint Georges est un bon film au message fort et d’une certaine manière dénonciateur d’un marché pourris créé par la crise. Pour autant, il est à réserver à un public patient qui ne cherche pas uniquement une accumulation de scènes d’actions ou d’une histoire aux multiples rebondissements.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :