Critique de Les traducteurs

Les traducteurs

7.7

Scénario

8.5/10

Casting

7.5/10

Réalisation

7.2/10

Les pour

  • Bon twist
  • Bon casting général

Les contre

  • Lambert Wilson moyennement convainquant
  • Un côté parfois téléfilm, trop français

Twitter : #LesTraducteurs

Titre VO :

Réalisateur : Regis Roinsard

Acteurs : Lambert Wilson, Olga Kurylenko, Riccardo Scamarcio, Alex Lawther, Frédéric Chau…

Durée : 1H45

Date de sortie : 29 janvier 2020

Belle surprise que Les traducteurs qui propose un thriller de type « Cluedo » made in France.

Style de film plutôt rare dans nos contrées, on ne peut que se réjouir de voir un réalisateur s’y attaquer avec les mêmes ambitions qu’un réalisateur tel que Rian Johnson qui a cartonné avec A couteaux tirés récemment et qui jouait aussi sur ce type de film à Twist.

Proposant un scénario de qualité, bien que parfois un peu too much dans son déroulement, on reste intrigué tout du long à chercher à comprendre comment la fuite du bouquin a pu avoir lieu et surtout par qui, montrant qu’avec de bons scénarios, le cinéma français est clairement capable d’aller vers ce genre là.

Du côté du casting, certains sont très bons à l’image d’Alex Lawther ou Frédéric Chau là où d’autres laissent un peu à désirer et notamment Lambert Wilson qui parfois en fait des caisses. On aurait quand même préféré un peu plus de subtilités dans son jeu.

Niveau réalisation, et bien que le travail effectué soit bon, il reste quand même parfois une ou deux longueurs et surtout un côté « téléfilm » sur certains passages qui ressort. C’est clairement ce qui trahit l’aspect « Film français » sans doute du à une manière de filmer.

Autre aspect du film qui donne ce côté un peu Téléfilm est la présence de Sara Giraudeau au casting. En effet, bien qu’elle soit douée, elle fait définitivement trop « français » de par sa voix et de par le personnage qu’elle joue. Le résultat est un rien kitsch pour le coup et cliché. Son personnags est malheureusement le moins bien écrit et pour le coup cela aurait été mieux de ne pas l’avoir dans le film afin d’éviter ce côté franchouillard.

De manière générale on a un bon film, certes pas à même de concurrencer le cinéma anglais ou américains, mais on sent clairement le fort potentiel de Regis Roinsard à nous emmener dans ce cinéma là.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :