Critique de Fenêtre sur cour

Fenêtre sur cour

10

Scénario

10.0/10

Casting

10.0/10

Réalisation

10.0/10

Bande originale

10.0/10

Les pour

  • Casting incroyable
  • Suspens haletant
  • Un grand Hitchcock

Twitter : #Hitchcock @Cinemathequefr #FenetreSurCour

Titre VO : Rear Window

Réalisateur : Alfred Hitchcock

Acteurs :  James Stewart, Grace Kelly, Wendell Corey, Thelma Ritter

Durée : 1H50

Date de sortie : 25 avril 1955

A l’occasion de la rétrospective Hitchcock concoctée par la cinémathèque française, j’ai eu envie de critiquer les films d’un de mes réalisateurs préférés si ce n’est mon préféré : Alfred Hitchcock.

Clairement mon film préféré de celui que l’on appelle Le maître du suspens, Fenêtre sur cour est à mes yeux un film parfait.

Parfait puisqu’il tient totalement ses promesses d’un excellent suspens grâce à de multiples rebondissements et ce comme toujours avec Hitchcock, jusqu’à la dernière minute.

Ensuite le film ne se contente pas de simplement faire du suspens traditionnel et va également s’intéresser aux personnages, ce qui malheureusement parfois se fait rare dans ce genre de film. Ici on se soucie des personnages principaux tout comme du voisinage ou encore de l’infirmière (incroyable Thelma Ritter) qui, bien qu’ayant un second rôle, se rend attachante dès sa première apparition. On se soucie de chaque personnage comme on se soucie de chaque détail de l’enquête effectuée par James Stewart.

En parlant de James Stewart, il a ici un rôle extraordinaire puisqu’il passe son temps assis, sans vraiment pouvoir jouer la comédie autrement que via son visage et le haut de son corps. Il est extrêmement doué dans ce film, tout comme l’est Grace Kelly, plus belle et séduisante que jamais.

A noter qu’au-delà d’être belle et de jouer les amoureuses, Grace Kelly se mêle aussi à l’action du film (on ne va pas dévoiler sous quelle forme) et ne fait absolument pas figure de simple « femme en détresse », bien au contraire. Elle est importante à l’avancée de l’histoire tout comme l’est James Stewart.

Le couple fonctionne parfaitement et l’histoire d’amour proposée par les deux donne clairement envie de rêver.

La réalisation est évidemment exemplaire puisque signée Hitchcock avec des jeux de caméras et de la lumière habiles. Surtout, il parvient à nous placer dans la peau du héros et de fait nous intéresser aux habitants en face comme bien entendu à nous donner envie de résoudre l’enquête qui se crée face à nous.

Fenêtre sur cour a également une belle bande originale telles qu’on en faisait dans les années 50.

Ce film est un classique, un chef-d’oeuvre.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :