Une Belle Fin : Critique

Avis:

Twitter : #unebellefin @VOsoustitree

Titre original: Still Life

Acteurs : Eddie Marsan, Joanne Froggatt

Réalisateur : Uberto Pasolini

Date de sortie : 15 avril 2015 (1h27min)

https://www.youtube.com/watch?v=Hru_9_36cKc

Gros coup de cœur pour Une Belle Fin !

Quand on voit la bande annonce du film Still Life, titre original, on n’imagine pas à tel point il peut être émouvant. John May, homme solitaire, vit pour son travail et adore ça. Son job consiste à retrouver les proches de personnes décédées sans famille connue.

une belle fin image2

Le réalisateur Uberto Pasolini nous a prévenu avant la projection, comme son titre en anglais l’indique, « Still » signifie « quelque chose qui reste ». Alors dans Une Belle fin il ne faut pas s’attendre à du mouvement. Ses plans sont quasiment à 100% fixes. Ce n’est pas un film d’action à la Scorsese ni une comédie et encore moins un film romantique.   Alors que Pasolini s’attendait à voir des gens endormis c’est au contraire une majorité qui l’applaudisse à son retour dans la salle. On a envie de lui crier merci. Merci pour cette promesse qui n’en était pas une. Car oui devant Une Belle Fin ils nous aient arrivé de rire un peu, d’être surtout ému à chaudes larmes et enfin à être embarqué par l’histoire de John May qui ne nous a pas fait dormir. Même s’il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup d’action, les plans sont très bien construis. Il y a un certain rythme et la musique est parfaitement placée quand il le faut.

une belle fin image3

Il y a quelque chose de puissant dans le film. Une émotion forte qui vous transporte. Le personnage de John May au premier abord n’a rien d’attirant mais il a cette expression sur le visage qui nous pousse à vouloir le suivre. C’est quelqu’un de solitaire qui adore sa vie bien carrée, voir ses affaires bien rangées, bien posées. Exemple de la table bien présentée avant de manger.

Une des grandes forces du film est son interprète principal. Eddie Marsan a un jeu parfait. On sent une vérité. Il n’y a pas de surjeu. La deuxième force est le réalisme du scénario. Tout est inspiré de faits réels, il n’y a pas de fantaisie. C’est tendre, touchant et ce dernier plan t’accroche le cœur et tu ne peux retenir ces larmes qui étaient contenu dans tes yeux depuis un bon moment.

Franchement, Une Belle Fin est une œuvre magnifique qui devrait plaire à certains. Pas à tous il faut l’avouer. Mais on ne pourra pas dire que le but n’a pas été atteint : raconter son histoire et puis c’est tout. Encore Bravo !

Et voici le débat avec Uberto Pasolini, super intéressant :

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :