On a écouté le premier EP d’Antoine Galey : On ne sauvera pas le monde ce soir

Ex candidat de The voice, Antoine Galey pourrait confirmer que parfois il n’est pas nécessaire de gagner pour avoir une belle carrière.

Perdant face à Slimane qui aujourd’hui est bien installé dans le paysage musical français et belge, Antoine Galey a pris son temps pour peaufiner ses chansons et c’est pour cela qu’arrive seulement aujourd’hui son premier ep « On ne sauvera pas le monde ce soir » que nous avons eu la chance de découvrir.

Si le premier single « On ne sauvera pas le monde ce soir » est déjà disponible depuis quelques semaines, les autres pistes de l’Ep sont dans la même veine, la qualité comprise.

Ainsi le second titre présent est le très réussi « Du bruit » qui risque fort bien d’en faire si choisi en second single. Peut-être même plus efficace que le premier single « On ne sauvera pas le monde ce soir« , il est impossible de ne pas rapidement fredonner en choeur les « Oh-Oh » du refrain. Il est évident qu’en live, ce titre devrait créer de jolies choses.

Arrive ensuite « Je prends » dans un tempo un rien plus bas bien qu’accélérant un peu une fois arrivé au refrain. Très agréable chanson aussi bien au niveau de la mélodie que du texte, Antoine Galey dépose sa voix singulière sur ce titre que l’on ne peut pas qualifier de ballade de par son tempo bien que celui qui s’en approche le plus.

Le dernier titre inédit présent sur « On ne sauvera pas le monde ce soir » est déconcertant au début avec ses petits sons électroniques d’autant que le reste de l’Ep est bien plus terre à terre avec de véritables instruments.. Mais il suffit de quelques secondes pour que revienne à nous de magnifiques instruments et notamment une guitare jamais loin de la country musique. Un style qui serait parfait d’ailleurs pour Antoine Galey selon nous. Ainsi « On arrête de se faire la guerre » a absolument tout pour fonctionner en radio et représente bien la musique actuelle, bien qu’en dépoussiérant un peu le tout, on découvre des sonorités plus adultes et une possible direction musicale qu’on espère retrouver plus souvent par la suite

Enfin l’ep se termine par une version dite « soft mix » de « On ne sauvera pas le monde ce soir » qui n’enlève rien à la qualité du titre original, lui apportant au contraire une couleur un peu différente et plutôt agréable.

On retiendra donc de ce premier effort, de belles chansons calibrées pour fonctionner, ce qui est le meilleur choix possible à faire pour un artiste débutant. Mais en y regardant de plus près, on peut surtout détecter dans les différentes pistes, des sonorités efficaces et la promesse d’un très grand avenir musical à l’image de Christophe Maé par exemple.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :