Critique : Resistance

7.5

Scénario

8.0/10

Casting

8.0/10

Réalisation

7.0/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Un bon casting
  • Un biopic bien écrit

Twitter : #Resistance @DeauvilleFr #Deauville2020

Réalisateur : Jonathan Jakubowicz

Acteurs : Jesse Einseberg, Clémence Poesy, Félix Moati, Bella Ramsey, Matthias Schweighöfer

Durée : 2h02

Date de sortie : prochainement

Synopsis :
Durant la Seconde Guerre mondiale, en 1942, Marcel Mangel s’engage, sous le nom de Marcel Marceau, dans la Résistance française, sous l’influence de son frère Simon et de son cousin, Georges Loinger. En partie par le mime, il aidera de nombreux enfants orphelins, dont les parents ont été tués par les nazis.

Après Secuestro express et Hands of Stone, le réalisateur vénézulien Jonathan Jakubowicz choisit comme sujet de son 3ème long métrage, la résistance française et plus particulièrement Marcel Marceau.

Des films sur la résistance, ou sur l’extérmination des juifs lors de seconde guerre mondiale, on en a vu passé… Mais pourtant le réalisateur arrive à être un minimum original dans ce qu’il raconte en s’intéressant au mime Marceau et retraçant sa vie et comment ce dernier a rejoint la résistance.

Il y a quelque chose de différent dans la manière de Jonathan Jakubowicz, le film reste très neutre dans sa manière de raconter l’histoire et surtout très porté sur l’humain (on peut noter cela lors d’une discussion entre Emma et Marcel, après un événement tragique).

Ici il n’est pas question de détester les nazis, malgré leurs actes, mais plutôt de tenter de voir le positif, à savoir combien de personnes peuvent être sauvés. Et c’est (en tout cas personnellement) une première malgré tous les films et séries qui ont été faites, d’une manière, ou d’une autre sur le sujet.
Cette fois-ci, il n’est pas question de parler seulement de la barbarie des nazis, mais au contraire de toutes les vies qui ont pu être sauvés grâce à des personnes comme Marcel Marceau et ses compatriotes résistants (entre autres).

Porté par un Jesse Einseberg très bien dans le rôle titre (même si on aurait préféré qu’un français, joue un français…), Clémence Poesy rayonne et prouve une nouvelle fois son talent, Félix Moati est également très bien, tout comme Bella Ramsey et Matthias Schweighöfer est impressionnant et juste en Klaus Barbie.

Un biopic intéressant, prenant (malgré quelques petites longueurs), bien mis en scène et doté d’une jolie photographie.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :