Critique du film « Mea Culpa »

Avis:

Twitter: #MeaCulpa @gaumontfilms @GillesLellouche

Acteurs:  Gilles Lellouche, Vincent Lindon, Nadine Labaki

Réalisateur : Fred Cavayé

Date de sortie: 05/02/2014 (1H30)

Affiche-MeaCulpa

Bande annonce: 

Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d’une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé . Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d’une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d’un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l’objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l’occasion de revenir sur les zones d’ombre de leur passé commun.

Le réalisateur Fred Cavayé et les acteurs Gilles Lellouche, Medi Sadoun et Vincent Lindon lors d'un débat enflammé à l'UGC Ciné Cité Rosny
Le réalisateur Fred Cavayé et les acteurs Gilles Lellouche, Medi Sadoun et Vincent Lindon lors d’un débat enflammé à l’UGC Ciné Cité Rosny

Le film est sorti ce matin, je l’ai déjà vu deux fois. C’est dire s’il m’a plu ! La première fois c’était lors de l’avant-première organisée à l’UGC Ciné Cité Rosny le samedi 1er février. Un moment comme d’habitude sympathique avec un débat passionnant de près de 40min. La seconde fois à l’occasion de la toute dernière avant-première, là aussi suivie d’un débat, qui a eu lieu hier soir au Pathé Beaugrenelle.

Franck (Gilles Lellouche) est un policier qui ne recule devant rien
Franck (Gilles Lellouche) est un policier qui ne recule devant rien

Franck et Simon sont proches. On devine dès le début du film qu’ils ont vécu pas mal de choses ensemble, mais on ne sait pas encore vraiment quoi… Des images furtives nous indiquent qu’il s’est passé quelque chose de grave, mais il faudra patienter un peu pour en savoir plus… Franck est flic à Toulon, avec ses méthodes pas très conventionnelles mais efficaces, ce qui déplaît à son supérieur hiérarchique. Simon était flic, mais travaille maintenant comme convoyeur de fond après avoir fait deux ans de prison et décidé de quitter sa femme et son jeune fils Théo. Il tente de se reconstruire mais ce n’est pas facile. Heureusement Franck n’est jamais loin lorsqu’il a besoin d’aide. A Toulon, la police est sur les dents : un gang de voyous venus de l’Est sème la mort sans aucun scrupule, sans aucune règle. Lorsque par hasard, dans les toilettes des arènes, pendant une corrida, Théo tombe sur cette bande de malfrats qui viennent de tuer quelqu’un, il signe son arrêt de mort… Parvenant à s’échapper parmi la foule, le jeune garçon va plus que jamais avoir besoin de son père et de Franck, qui vont reformer pour l’occasion le duo qui était leur quotidien avant l’accident qui a envoyé Simon en prison…

Simon (Vincent Lindon) a trop délaissé son fils Théo (Max Baissette de Malglaive) ces dernières années...
Simon (Vincent Lindon) a trop délaissé son fils Théo (Max Baissette de Malglaive) ces dernières années…

N’ayant pas encore vu « Pour elle » (je compte bien le voir très rapidement), mais ayant beaucoup aimé « A bout portant », j’étais pressé de découvrir ce nouveau film de Fred Cavayé d’autant plus qu’avec Gilles Lellouche et Vincent Lindon le casting était alléchant. Les toutes premières minutes nous mettent dans le bain : il va y avoir de l’action, de la violence même, mais sans que les images ne soient choquantes à outrance. Pas besoin de tout montrer… Comme je le disais plus haut, on comprend que les deux hommes ont vécu ensemble quelque chose (en l’occurrence un accident de voiture) qui a bouleversé leur vie. Et qu’ils ne s’en sont toujours pas remis, quelques années plus tard… Même si chacun tente de vivre sa vie. Comme dans « A bout portant » on retrouve des flics, des voyous, des exécutions, des règlements de compte… Mais aussi une histoire de fond, en rapport avec la famille, et qui dicte les agissements des principaux personnages. C’est d’ailleurs ce qui caractérise le cinéma de Fred Cavayé : ce réalisateur est incontestablement le maître de l’action à la française, n’ayant rien à envier aux films américains du même genre, mais avec au contraire un gros plus, le côté humain, omniprésent. Ses films ne sont pas simplement de l’action. Si ses personnages se retrouvent à courir, tirer, détruire des voitures et traquer des truands, ce n’est pas pour le plaisir… Et c’est ce que j’aime dans « Mea Culpa » (comme je l’avais aimé dans « A bout portant ») : on ne s’ennuie pas une seconde, certaines scènes sont très fortes et surprenantes niveau action, on sursaute à plusieurs reprises sur nos sièges, mais on a aussi beaucoup d’émotion. Sans rien spoiler, la scène du TGV est pour moi l’une des plus impressionnantes et mémorables de ces dernières années !

J’ai vraiment eu un coup de coeur pour ce film, et je ne suis pas le seul. J’admire le travail effectué par Fred Cavayé et son équipe. Les scènes d’action sont superbement filmées, la lumière est très travaillée, la musique (signée Cliff Martinez, autant dire une référence du cinéma américain) colle bien au film (cherchant plus à véhiculer le ressenti des personnages que l’action pure)… et que dire du casting ? Gilles Lellouche et Vincent Lindon forment un duo efficace, convaincant, ils ne se sont pas ménagés pendant le tournage et cela se voit. Ils se sont d’ailleurs blessés à plusieurs reprises sur le tournage (rien de grave). A leurs côtés, on retrouve une Nadine Labaki touchante en femme que la vie n’a pas épargnée, un Gilles Cohen particulièrement excellent dans la peau d’un commissaire hautain et odieux (un con tout simplement) et à des lumières de son rôle de rédacteur en chef olé-olé dans « 20 ans d’écart », le surprenant Medi Sadoun (alias Abdelkrim des Kaïra), des seconds rôles beaucoup moins connus mais efficaces, et puis surtout… un jeune acteur qui n’est pourtant pas un débutant : le petit Max Baissette de Malglaive. Quel talent ! Comme le confiait Fred Cavayé au cours des débats auxquels j’ai assisté, le film ne pouvait pas marcher sans un bon Théo. Et il est très bon Max ! Bref je vous recommande sincèrement ce film, si vous aimez l’action vous ne serez pas déçus. Si vous avez peur que le film soit trop violent, croyez-en la petite nature que je suis, certes la violence est présente mais beaucoup de choses sont suggérées et rien de choquant n’est montré à l’écran.

Des photos des deux avant-premières (Rosny et Beaugrenelle) sont disponibles sur le site et la page Facebook. Une vidéo complète du débat enregistré à l’UGC Ciné Cité Rosny sera en ligne dans les prochains jours, je vous invite vivement à la regarder après avoir vu le film, pour profiter des nombreuses informations (mais aussi de l’humour qui était omniprésent pendant cette soirée) autour du film.

Fred Cavayé lors du débat à l'UGC Ciné Cité Rosny
Fred Cavayé lors du débat à l’UGC Ciné Cité Rosny
Gilles Lellouche lors du débat à l'UGC Ciné Cité Rosny
Gilles Lellouche lors du débat à l’UGC Ciné Cité Rosny

 

Vincent Lindon lors du débat à l'UGC Ciné Cité Rosny
Vincent Lindon lors du débat à l’UGC Ciné Cité Rosny
Medi Sadoun lors du débat à l'UGC Ciné Cité Rosny
Medi Sadoun lors du débat à l’UGC Ciné Cité Rosny

 

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :