Critique du film « Interstellar »

Avis:

Twitter : #Interstellar @warnerbrosfr @wbpictures

Acteurs : Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine

Réalisateur : Christopher Nolan

Date de sortie: 05/11/2014 (2H49)

Bande annonce : 

Avis de Vincent

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Les places étaient difficiles à avoir, mais j’ai réussi à gagner une invitation pour l’avant-première « Interstellar » au Gaumont Champs-Elysées Marignan du jeudi 30/10/2014, précédée d’une masterclass avec Christopher Nolan. La salle était comble, avec dans le fond des caméras permettant la retransmission de la masterclass dans une dizaine de cinémas en direct. Les questions posées par Fabrice Leclerc étaient intéressantes, mais le réalisateur de la trilogie « Dark Knight » et « Inception » (entre autres) s’est efforcé à entretenir le mystère jusqu’au début de la projection. Les appareils photos numériques et caméscopes étant interdits (consigne à l’entrée), je n’ai pu vous ramener qu’une courte vidéo… que vous pouvez visionner ici.

Brand (Anne Hathaway) et Cooper (Matthew McConaughey) en pleine mission spatiale...
Brand (Anne Hathaway) et Cooper (Matthew McConaughey) en pleine mission spatiale…

Nous sommes dans le futur… La planète est malade, certains types de cultures ont disparu à cause de maladies comme le mildiou, les armées et les programmes spatiaux ont été supprimés depuis quelques temps à cause de coûts trop élevés, mais à part cela pas grand chose n’a changé… Ancien pilote de la NASA, Cooper vit à la ferme avec son beau-père et ses enfants, Murph et Tom. Ce dernier semble se destiner à reprendre l’exploitation agricole familiale, quant à la petite Murph elle semble avoir un don pour les sciences… Elle réussit d’ailleurs un jour à déchiffrer un mystérieux code, qui l’entraîne avec son père sur la route, à destination d’un lieu dont ils ne savent rien… arrivés sur place, ils découvrent le dernier bastion de la NASA, des scientifiques et astronautes qui continuent – en secret – à chercher dans l’espace une nouvelle terre d’accueil pour les Terriens. Pur hasard ou destin provoqué ? Cooper retrouve son ancien mentor, le professeur Brand, qui a besoin d’un pilote chevronné pour la mission de la dernière chance… Mis au courant de tout ce qui a été entrepris depuis des années (notamment envoyer des scientifiques dans l’espace explorer chacun une nouvelle planète, grâce à une faille découverte dans l’espace-temps près de Saturne), Cooper n’hésite pas longtemps. Même si pour cela il va devoir quitter sa famille, sans être certain de revenir… Et s’il parvenait à revenir, ce serait peut-être des dizaines d’années plus tard… Tom comprend, Murph se braque, Cooper quitte la Terre… Début d’une aventure hors du commun…

Murph (Jessica Chastain) et Tom (Casey Affleck) dans les champs de la propriété familiale...
Murph (Jessica Chastain) et Tom (Casey Affleck) dans les champs de la propriété familiale…

Que dire de ce film sans révéler quoi que ce soit qui pourrait vous gâcher le suspense ? Comme Christopher Nolan lors de la masterclass, je n’en dirai donc pas grand chose… Si ce n’est que malgré la durée (un peu moins de 3h) on ne s’ennuie pas. Le casting est hyper efficace, et bien choisi. Nolan aime jouer avec nos nerfs, et si l’histoire est moins « tordue » que pour « Inception« , on est souvent déstabilisés, on assiste à de nombreux revirements de situation, on perd nos semblants de repères et quand on croit deviner ce qui va se passer, tout s’écroule… « Interstellar » est un très bon film, avec beaucoup de suspense, de l’action, des effets spéciaux bien faits mais sans être tapageurs, et surtout de l’émotion… J’ai beaucoup aimé ce film, et la musique d’Hans Zimmer est une fois de plus magnifique. Petit détail ajoutant au charme de la soirée : le film a été projeté en 35mm (argentique) à la demande de Christopher Nolan (toujours réfractaire au numérique), ce qui sera le cas dans plusieurs cinémas ayant conservé du matériel argentique. Mais bon… Si vous le voyez en numérique ce sera très bien aussi 😉

DSC_0187

Avis de Jonathan

Fan des épopées spatiales depuis mes plus jeunes années de cinéphile et ayant fort peu de films du genre et de qualité à me mettre sous la dent ces dernières années, c’est évident que j’attendais avec grande impatience cet Interstellar de Nolan.

Il est évident qu’avec ce film Christopher Nolan nous en mets plein les yeux et nous offre une œuvre magnifique à travers une grandiose odyssée intersidérale époustouflante ! Mais le but premier de Nolan est bien de nous émouvoir et il y arrive plutôt bien, car au-delà de ses effets-spéciaux et de ses thématiques passionnantes telles que le voyage spatio-temporel, les causes et effets de la gravité, le besoin intrinsèque de la race humaine à découvrir de nouveaux horizons ou encore la survie de l’humanité, Interstellar est avant tout une grande aventure humaine intense en émotions. Et le plus bel exemple de cette aventure humaine est sans conteste le lien très fort qui unis Cooper et sa fille Murphy. Relation qui donnera lieu à une des scènes les plus émouvantes et déchirantes du film (que je ne vais pas vous spoilez par ici).

Interstellar-critique02

On regrettera simplement  une fin bizarre quelque peu maladroite et déconcertante dans son traitement en détruisant tout ce que le film c’était évertué à construire autour de la relation père/fille jusque là si convaincante et touchante. N’oublions pas de parler également de sa BO orchestrée avec maestria par Hans Zimmer (qui signe pour moi sa meilleure composition) et intégrée avec alchimie à chaque situation vécue par nos héros.

Enfin, saluons le casting composé d’acteurs cinq étoiles, avec en fer de lance l’exceptionnel et maintenant incontournable Matthew McConaughey qui mène le film vers des sommets grâce à un jeu incroyable.  En bref, même si le scénario d’Interstellar est parsemé de nombreuses imperfections cela reste un très grand film. C’est ainsi que durant ces 2h45 de film nous passons par un panel d’émotions telles que l’admiration, la tristesse, la curiosité, l’excitation, le questionnement, la peur, l’angoisse, la colère, le rire, la joie et l’espoir.

Avis de Christophe

Forcément, un film comme Interstellar va être vu par un grand nombre et forcément par mis ceux, ci pratiquement toute la team Zickma se sera déplacé e en salle pour découvrir ce qui s’annonçait comme le film de 2014. Si comme mes camarades de jeux j’ai été totalement subjugué par les superbes images, emballé par la bande originale vraiment efficace et par le jeu d’acteur vraiment de très bonne qualité avec une mention spéciale forcément à Matthew McConaughey que je n’apprécie pas plus que ça en temps normal et qui est parvenu ici à me bluffer, je me suis malgré tout retrouvé en fin de film avec une belle déception sur le dos…

Mais si j’ai tout apprécié, si je reconnais que ce film est un excellent spectacle, où est-ce que cela se plante ? Et bien au niveau du scénario que j’ai trouvé bien trop prétentieux et comportant de nombreux passages sans grands intérêts. Comme un besoin de faire un long et grand film, toute la première partie qui dure 1H30 aurait largement pu être réduite à une demi heure tout au plus sans pour autant dénaturer le film et on sent vraiment parfois le remplissage inutile. Vient ensuite cette mode du film Blockbusters qui se veut intelligent, histoire de se donner une belle image sans jamais être capable d’intéresser les néophytes. Oui je ne suis pas fana de science et en toute franchise, j’ai compris la moitié de tout ce qui a été expliqué tout au plus. Faire un blockbuster intelligent est louable mais encore faut-il être capable de le rendre accessible à tous et je suis convaincu que la moitié de la salle va s’ennuyer sur la première heure à se creuser la tête plutôt qu’à apprécier le spectacle.

interstellar.critique 02

Vous l’aurez compris, quand je vais au cinéma, cela ne me dérange absolument pas de réfléchir, bien au contraire mais j’apprécie aussi que l’on me donne quelques outils pour y parvenir et pas me retrouver devant un film où le réalisateur a supposé que nous étions forcément à même tout comprendre.

Interstellare est donc un grand film mais qui ne fera pas date malgré ce que les fans du réalisateur aiment à dire, il sera un film par mis les films du réalisateur une fois qu’il en aura un bon paquet sous le coude !

Ps: Jessica Chastain y est excellente, une fois encore

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire