Critique de The search

Avis:

Twitter : #TheSearchLeFilm #TheSearch @warnerbrosfr

Titre Original :

Acteurs :  Bérénice Bejo, Annette Bening, Maxim Emelianov, Abdul Khalim Mamatsuiev, Zukhra Duishvili

Réalisateurs : Michel Hazanavicius

Date de sortie : 26 novembre 2014 (2h14min) 

Pour beaucoup Michel Hazanavicius, c’est la saga OSS 117, c’est son amitié pour Jean Dujardin, The artist, le français qui a ébranlé Hollywood, mais ce n’est certainement pas le cinéaste qui va les émouvoir, leurs apprendre des choses et pourtant, oui portant…

Il ne fait aucun doute que lorsque vous ressortirez du film, vous aurez le coeur noué, vous aimerez Bérénice Bejo comme jamais et demanderez à Michel Hazanavicius de très vite refaire un film de cette force là.

The search Critique3

Attention tout de même, ce film n’est pas parfait, la faute à sa durée encore un peu longue (pratiquement 15 minutes ont pourtant déjà été coupées depuis sa présentation à Cannes) car le début est encore un peu long mais s’il est un défaut à aller chercher au film c’est celui-là et uniquement celui-là car le reste du film est vraiment très bon.

The search Critique1

Bien entendu, avec 4 destins mêlés, il y en a forcément un ou deux qui vont plus vous interpeller que d’autres et pour moi c’est définitivement la relation entre Bérénice Bejot et le petit Abdul Khalim Mamatsuiev qui est tout simplement extraordinaire. Ce petit garçon est incroyable, extrêmement touchant et sa relation avec Bérénice Bejo est définitivement le plus gros point fort de ce film.

The search Critique2Si l’histoire de la soeur qui part à la recherche de ce petit garçon m’a moins emballé, j’ai été également très convaincu et touché par la partie sur le soldat qui passe de jeune innocent à monstre formé à coup de violence, car est elle aussi une partie très forte du film qui n’hésite pas à dénoncer des pratiques d’intimidations et de conversions assez difficiles. Et encore, lors de la rencontre avec Michel Hazanavicius, ce dernier à tenu à préciser qu’il n’avait pas tout montré sous peine de choquer bien plus fortement les spectateurs tant cette seconde guerre de Tchétchénie était violente.

Vous l’aurez compris, on sort de The search en ayant appris un peu d’histoire, en étant ému et en ayant eu pendant deux heures du grand cinéma devant les yeux. Pas totalement américains ni totalement français dans sa façon d’avoir été tourné, The search est surtout la confirmation d’un Michel Hazanavicius capable (même si l’on en doutait pas) de faire autre chose que des comédies loufoques et prouve une fois encore après The Artist qu’il est un réalisateur capable de beaucoup de choses aussi variées que risquées. Chapeau bas !

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :