Critique de Sauver ou Périr

Sauver ou Périr

7.8

Scénario

7.5/10

Réalisation

7.5/10

Casting

8.5/10

Bande originale

7.5/10

Les pour

  • Pierre Niney est à nouveau excellent

Les contre

  • Quelques mini longueurs

Twitter : #SauverOuPerirLeFilm @MarsFilms @festivalsarlat #ffsarlat2018

Réalisateur : Frédéric Tellier

Acteurs : Pierre Niney, Anaïs Demoustier, Vincent Rottiers

Durée: 1h56

Date de sortie : 28 novembre 2018

Sauver ou Périr, devise de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, rend hommage à toutes ces personnes qui ont bravé le danger en situation d’incendie et qui garderont une marque visuelle toute leur vie à travers leurs cicatrices de brûlures. Le film se concentre sur le personnage de Franck, sapeur pompier. Il est marié, a deux jumelles et vit avec sa famille dans la caserne où les interventions et les entraînements s’enchaînent. Il est tout simplement heureux. Jusqu’au jour où voulant secourir ses hommes lors d’un incendie, il se sacrifie et se retrouve grièvement blessé. A son réveil, il commence alors un long processus de reconstruction dans le service de traitement des Grands Brûlés d’un hôpital que ce soit du côté physique mais surtout de l’acceptation de sa nouvelle apparence et situation jusqu’à réapprendre à vivre.

On ne présente plus Pierre Niney, acteur principal de ce film qui en quelques années est devenu une valeur sûre du cinéma français . Après de nombreux films accompagnées de magnifiques performances dont certaines lui apportant plusieurs récompenses, l’arrivée d’un nouveau long-métrage avec inscrit Pierre Niney en haut de l’affiche est définitivement un gage de qualité.  Sa présence ainsi que l’affiche s simple et la thématique annoncée présentait dès lors un bon espoir quant à savoir si Sauver ou Périr allait nous plaire. Et on constate que c’est plutôt le cas à nouveau et que Pierre Niney continue d’être de ces acteurs capables de chaque fois choisir de beaux rôles.. En effet, en plus de son interprétation talentueuse avec également pour partenaire de jeu Anaïs Demoustier et Vincent Rottiers tous les deux très bons, on n’apprécie la qualité du scénario qui ici explore avec une belle justesse ce territoire des pompiers, leurs périples ainsi que cet espace hospitalier pour les victimes finalement peu mis en avant généralement.

Le film qui se concentre principalement sur les étapes progressives de vie et de surie de Franck nous montre ainsi le processus compliqué de devoir se reconstruire mentalement et physiquement après un drame aussi fort que la dégradation physique. Une reconstruction qui passe évidemment par des phases très difficiles et ce jusqu’à créer des tensions avec ses proches et ce malgré l’amour incroyable que l’on peut avoir peur eux. Les techniques de maquillages sont très réussies et les effets numériques, notamment lors de la séquence d’incendie, font très réalistes.

Du très bon travail même si l’on se permet néanmoins de titiller vis-à-vis de quelques longueurs parfois dans l’intrigue. Petit détail qui ne devrait pas faire de mal à Sauver ou Périr en salles dès le 28 novembre prochain.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire