Critique de Mowgli

Mowgli

7.8

Scénario

8.5/10

Casting

9.0/10

Réalisation

7.0/10

Bande originale

6.5/10

Les pour

  • Un bon casting
  • Une réalisation correcte

Les contre

  • Des effets visuels parfois décevants

Twitter : #Mowgli @NetflixFR

Titre VO :

Réalisateur : Andy Serkis

Acteurs: Benedict Cumberbatch,  Christian Bale, Cate Blanchett, Naomie Harris, Andy Serkis, Peter Mullan, Tom Hollander, Jack Reynor, Freida Pinto,  Rohan Chand

Durée: 1H44

Date de sortie : 7 décembre 2018 (Netflix)

Après une sortie cinéma annoncée il y a quelques années, les conseils de son réalisateur Andy Serkis de le voir en 3D pour vraiment en profiter… Le petit monde du cinéma a subit un petit séisme quand du jour au lendemain, le film s’est retrouvé être vendu par la Warner à Netflix.

Et pour le coup, le terme « vendu » correspond assez bien à ce qu’a été Warner sur le coup. En effet la première chose qui déçoit avec ce film est le fait que Netflix ne proposant pas de 3D, Mowgli ne correspond pas à la vision initiale de son réalisateur qui a sans doute donné beaucoup dans ce projet. Cela se ressent entre autre au début du film et sur certains plans qui devaient avoir été pensés en 3D (a force on repère les scènes pensées pour se détacher de l’écran). « Vendu » également parce que bien qu’ils disent le contraire, Netflix est aussi une Zone B pour les films dont les studios ne croient pas vraiment au point de ne pas risquer de sortie cinéma. Est-ce la peur de passer après Disney et son carton « Le livre de la jungle » ou le fait de ne pas être capable de bien vendre le film, quoi qu’il en soit, le fait de sortir le film sur Netflix est clairement un aveu de faiblesse et une facilité décevante.

Et le film dans tout ça… Que donne-t-il ? 

Mowgli est effectivement comme annoncé, une version plus adulte de ce que l’on a eu l’habitude de voir avec Disney et son « Livre de la jungle« . Plus adulte dans le sens où il y a certaines parties du film bien plus sombres (Une des scènes de fin est extrêmement triste et a de quoi perturber les jeunes spectateurs), où il y a du sang aussi bien humain qu’animal et où certains personnages tels que Shere Khan se trouvent êtres plus effrayants que par le passé. En gros, le film est plus proche de la réalité que de l’univers « propret » décrit par Disney et destiné à un autre public.

Concernant le casting du film, on ne peut que saluer le jeune Rohan Chand qui offre une très belle performance dans le rôle de Mowgli. Le jeune homme parvient à chaque instant à faire ressortir l’innocence, la peur, l’incompréhension et la dualité qui habite en lui sur chacune des scènes clefs du film. Le doublage animal est aussi de qualité avec une préférence pour Kaa superbement doublée par Cate Blanchett.

La réalisation d’Andy Serkis est de bonne qualité avec un sens du rythme réussi et une manière de poser la caméra interessantes. Tout en étant proche des personnages, Andy Serkis n’oublie jamais de nous faire découvrir les beautés de la jungle.

Arrive maintenant le point le plus discutable, négatif et surprenant du film venant d’un homme pro dans ce domaine habituellement : Les effets spéciaux ! Oui, ceux-ci laissent parfois à désirer et certains fond verts sont bien trop visibles, notamment sur le début du film. Même certains passages en motion capture, la marque de fabrique d’Andy Serkis manquent de finesse et certaines expressions font « mécanique » en manquant de finesse.

Fort heureusement, ce n’est pas constant, mais quand cela arrive, cela surprend. Andy Serkis a toujours mis la barre haute sur les effets visuels et la motion capture, ce qui explique l’étonnement.

Reste la bande originale soignée, agréable et qui accompagne bien le film.

Alors oui, on voit clairement que le film n’était pas ce qui allait être le plus simple à vendre auprès du public puisque pas spécialement destiné aux jeunes enfants ni totalement aux adultes, mais cela peut-il excuser un distributeur tel que la Warner de ne pas vouloir prendre de risque en le sortant en salle… Un bon distributeur ne doit-il pas croire à 100% en son projet et le défendre bec et ongles… Car quand bien même Andy Serkis retournera sa veste le temps de la promo pour ne pas froisser les gens, il est évident que les ambitions de ce dernier étaient une sortie salle et non de se retrouver directement sur Netlix.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :