Critique de Meurs, monstre, meurs

Meurs, monstre meurs

7.3

Scénario

5.5/10

Réalisation

8.0/10

Casting

8.5/10

Les pour

  • Un bon casting
  • De belles images

Les contre

  • Son aspect "étrange" joue contre lui
  • Bien trop lent !

Twitter : #MeursMonsreMeurs @etrangefestival #EtrangeFestival @UFODISTRIBUTION

Titre VO : Muere, Monstruo, Muere

Casting : Victor Lopez, Esteban Bigliardi

Réalisateur : Alejandro Fadel

Durée :

Date de sortie :  Janvier 2019

L’étrange festival est connu pour oser des choses et proposer des films capables de dérouter le spectateur. Cette année il y en a de nombreux dont Meurs, monstre meurs.

Annoncé tel un thriller horrifique, on se retrouve en fin de film devant quelque chose de totalement étrange pour le coup et difficilement explicable.

Meurs, monstre meurs comprend pratiquement toutes les bonnes choses d’un grand film de par sa mise en scène, son casting de qualité et sa bande originale réussie, mais malheureusement souffre de deux petits défauts.

Le premier de ceux-ci est sa lenteur. Le film, aussi joli soit-il à regarder, semble se traîner en permanence et finit par ennuyer les plus impatients venus chercher un peu d’action. Que ce soit dans les dialogues, la mise en scène ou même l’exécution des meurtres, Alejandro Fadel prend son temps, vraiment son temps et a moins d’aimer ce type d’ambiance, il est clairement difficile d’imaginer rester devant le film à la maison sans tôt ou tard vouloir faire une pause et passer à autre chose.

Autre point négatif du film, mais qui pour certains sera vu comme un grand point positif : sa conclusion.

Alors que le film joue un peu sur l’ambiguïté en laissant planer le doute sur l’identité du « Monstre », lorsque le responsable des meurtres est révélé, le film part dans une autre dimension assez étrange. Clairement, cela passe ou pas et d mon côté j’admets avoir eu un peu de mal avec l’aspect un peu grotesque du monstre et le message qu’il passe.

Meurs, monstre meurs est un bon film pour qui aime prendre son temps, mais aussi de par sa réalisation et son casting mais peinera à convaincre le jeune public pour qui l’ennui apparaît plus vite aujourd’hui qu’il y a 20 ans.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :